VENTE OSARUS - Quand la Normandie descend dans le Sud-Ouest

Institution / Ventes / 02.09.2019

VENTE OSARUS - Quand la Normandie descend dans le Sud-Ouest

Les haras normands n’hésitent pas à se déplacer à La Teste pour présenter leurs yearlings chez Osarus. Plusieurs vendeurs basés en Normandie nous expliquent pourquoi ils misent (aussi) sur cette vente.

Matthieu Gouesnard (haras d’Ombreville)

« Nous sommes venus à La Teste pour la première fois l’an dernier. Nos clients souhaitaient que nous présentions certains de leurs yearlings chez Osarus. Cette première expérience s’est bien passée, les poulains ont été vendus comme nous l’espérions, l’accueil fut très bon… Si bien que dès la fin de la vente, nous avons décidé de revenir en 2019 ! Cette année, nous sommes aussi allés pour la première fois à Baden-Baden. Quand on a un nombre assez important de yearlings, il est important de bien les répartir, de leur trouver la vente qui leur convient. Pour Osarus, on met l’accent sur la précocité, surtout dans les physiques, et je pense que notre lot correspond bien à la demande des acheteurs à La Teste. Nous étions venus avec trois chevaux l’an dernier ; cette année nous en présentons huit. L’organisation est bonne, c’est carré, les infrastructures sont à la hauteur, les acheteurs peuvent inspecter les poulains dans de bonnes conditions… En plus de la clientèle française, Osarus, grâce à ses efforts de prospection, attire des acheteurs comme Peter et Ross Doyle, les hommes de Middleham Park Racing, Federico Barberini, bon nombre de pinhookers irlandais… La sélection a aussi beaucoup progressé. Et puis l’ambiance est très agréable, il y a moins de pression qu’à Deauville… Au fil des années, Osarus a vraiment pris sa place dans le calendrier des ventes européennes. »

Guillaume Garçon (haras de l’Hôtellerie)

« Nous présentons des yearlings à La Teste depuis 2012. Nous sommes donc des fidèles, et notre lot a augmenté au fil des ans, suivant aussi le développement du haras. Osarus tient une vraie place dans les ventes française. Le catalogue s’améliore d’année en année. Au début, il était très axé sur la vitesse et la précocité, mais c’est moins le cas aujourd’hui. On y trouve et on y recherche tout type de chevaux. Le complexe en lui-même a beaucoup progressé, la cour qui héberge nos poulains est bien conçue, avec le confort nécessaire pour les vendeurs comme les acheteurs. J’ai pu constater aussi l’arrivée de nouveaux acheteurs chaque année. Désormais, les équipes d’Osarus peuvent réaliser une vraie sélection pour faire leur catalogue, ce qui explique également cette montée en gamme… Il y a aussi ce cadre très agréable, qui amène un côté détente tout en restant très professionnel. Nous présentons 17 yearlings cette année. »

Charles Brière (Fairway Consignment) 

« J’ai fait toutes les ventes de La Teste depuis que je me suis installé. La première fois, j’ai amené deux poulains, et je suis venu avec beaucoup plus de yearlings les années suivantes. J’aime venir à La Teste car il y a un marché relativement actif pour les chevaux assez précoces. Le cadre est sympathique et les chevaux se vendent généralement bien. Je trouve que la vente progresse nettement d’année en année. Il y a de plus en plus d’acheteurs et d’étrangers qui viennent, et les infrastructures sont meilleures, plus fonctionnelles qu’auparavant. La qualité des poulains, qui sont de mieux en mieux présentés, est également à souligner. »

Pierre Talvard (haras du Cadran)

« Je viens à La Teste depuis cinq ans. Je pense que c’est bien qu’il y ait deux agences de ventes. Osarus a fait beaucoup d’efforts de manière globale, aussi bien au niveau des infrastructures qu’au niveau du catalogue, lequel est mieux que les années précédentes. Ce sont des ventes sympathiques. »