Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ce que représentent les 101 yearlings millionnaires

Élevage / 15.10.2019

Ce que représentent les 101 yearlings millionnaires

Ce lundi, dans le book 2 de la vente de yearlings d’octobre de Tattersalls, le lot 723, un poulain par No Nay Never (Scat Daddy), est entré dans l’histoire du marché du pur-sang. En affichant un prix de 900.000 Gns (1,08 M€), il est devenu le centième membre du club des yearlings millionnaires (en euros) vendus depuis 2015.

Par Franco Raimondi

Ce montant record pour le book 2 n’aura été que de courte durée, puisqu’une pouliche par Dark Angel (Acclamation) a fait monter les enchères à 1,05 million de Guinées (1,26 M€). La semaine passée, jeudi pour être précis, quand le marteau est tombé à 825.000 Gns (991.200 €) pour une pouliche par Le Havre (Noverre), Willie Carson, champion jockey devenu éleveur, avait avoué que son rêve était de vendre un jour un yearling à un million de Guinées et que cela restait jouable car la poulinière Phiz (Galileo) était pleine de Dubawi (Dubai Millennium).

Entre 2009, moment où la grande crise mondiale a frappé le haut du marché du pur-sang, et maintenant, le scenario n’a rien plus à voir. Passer de zéro millionnaire à 101 en cinq ans, c’est énorme ! L’offre, d’une saison à l’autre, est difficile à comparer. C’est pour cela que mon étude ne porte que sur ces cinq dernières années. En 2014, on comptait 13 millionnaires et les deux années suivantes, 14. Le cap des 20 a été franchi en 2017, année où 23 sujets ont été vendus pour un prix à six chiffres. En 2018, ce chiffre est monté à 27 pour redescendre à 23 cette année. Si l’offre diffère d’une année à l’autre en termes de qualité, on remarquera tout de même que ce chiffre de 20 yearlings millionnaires par saison se répète. Ce que me disait il y a une douzaine d’années un sage et vieil éleveur américain (« la logique, c’est de vendre un yearling millionnaire pour chaque course millionnaire au programme ») est tombé aux oubliettes. De plus, les yearlings millionnaires en puissance qui arrivent sur le marché ne sont qu’une petite partie du total. Chez les grandes maisons, on arrive largement à plus de 300 chevaux de cette valeur, des sujets, qui, tout simplement, ne sont pas à vendre…

Un chiffre d’affaires de 169,7 M€. Les 101 yearlings à avoir dépassé le million d’euros depuis 2015 sont issus de seize étalons différents et ils ont affiché un chiffre d’affaires de 169,7 millions. Le trio Galileo (Sadler’s Wells), Dubawi (Dubai Millennium) et Frankel (Galileo) est responsable de 77 de ces millionnaires et de 137,19 M€ de chiffre d’affaires, c’est-à-dire 80,8 % du total. Les trois étalons ont également produit les douze sujets les plus chers. Au cas par cas, l’étude se révèle encore plus intéressante car Galileo est en tête du classement par nombre de millionnaires (36), ainsi qu’au classement par chiffre d’affaires (61,41 M€). Toutefois, Dubawi le devance pour le prix moyen, avec 1,9 million pour 29 vendus, tout comme Frankel, qui affiche 1,71 million pour douze sujets. Les détails font la différence : Galileo a eu 11 mâles et 25 femelles, alors que Dubawi compte 22 poulains et sept pouliches millionnaires. L’âge et le tarif des étalons est un autre facteur très important. Galileo est là depuis toujours, alors que les premiers yearlings de Frankel, conçus à 125.000 £ (142.600 €) en 2013 sont arrivés sur le marché en 2015, et Dubawi officiait en 2013 à 75.000 £ (85.500 €).

Siyouni et Le Havre, les nouveaux membres. Les 23 millionnaires de cette année sont issus de neuf étalons. Parmi eux, on compte deux nouveaux membres : le français Siyouni (Pivotal) et le sprinter Dark Angel (Acclamation). Muhaarar (Oasis Dream) a été admis au club en 2018 avec un de ses premiers yearlings, en même temps que le français Le Havre (Noverre), qui a dû produire des classiques pour mériter sa carte. Kingman (Invincible Spirit) et No Nay Never (Scat Daddy) ont eux aussi reçu ce privilège en 2017 avec la première production, la même année qu’un étalon confirmé dans son créneau (vitesse et précocité) comme Kodiac (Danehill).

Le poids des "super mamans". Le stallion power est très important mais ne justifie pas tout car les "super mamans" jouent un rôle très important. Quatorze poulinières, dont la française Prudenzia (Dansili), ont donné deux millionnaires ou plus sur cette période de cinq ans pour un total de 31 sujets. Parmi eux, une large majorité (24) est issue de Galileo et Dubawi. Si le chiffre d’affaires des millionnaires issus de ces poulinières d’excellence a atteint 52,04 millions, Shastye (Danehill), elle, compte trois yearlings à sept chiffres durant cette période. Cela représente un chiffre d’affaires de 7,34 millions, mais si on prend en compte tous ses yearlings (7) vendus (quatre par Galileo, un Street Cry, un Sadler’s Wells et un Medicean), on arrive à 13,22 millions.

Une forte demande pour les pouliches. Notons également le poids important des femelles parmi les yearlings issus des "super mamans". Elles sont majoritaires (19) et dans la liste des 101 millionnaires, les pouliches font presque jeu égal avec les poulains (48 - 53). Elles ont affiché un chiffre d’affaires de 78,74 millions, soit 46,4 % du total. Il est vrai qu’une pouliche avec un pedigree de haut niveau garde une bonne partie de sa valeur, même si elle galope juste assez vite pour gagner une course à la campagne ou qu’elle reste inédite. Cependant, la recherche d’un cheval avec un pedigree d’étalon, qui anime d’autres marchés comme l'australien, n’est pas si importante en Europe.

Quatre entités françaises au top. Quarante-six entités figurent parmi les vendeurs, dont quatre françaises, avec dix millionnaires au total : haras de La Pérelle, haras du Mézeray, La Motteraye et l’écurie des Monceaux, laquelle a élevé ou présenté sept millionnaires. Le chiffre d’affaires des millionnaires français est de 14,7 millions. Au niveau européen, le leader est Newsells Park Stud avec 13 yearlings vendus pour un montant total de 21,52 millions.

Godolphin, leader des acheteurs. Chez les acheteurs, Godolphin est tête de liste avec 51,43 millions pour 28 yearlings issus de 7 étalons différents. Dubawi domine avec 15 sujets, mais après la paix de Lexington et le retour sur Galileo, on a compté six fils du champion sire de Coolmore. Les Irlandais, avec plusieurs associations, se sont assuré 25 millionnaires pour 43,26 millions, dont 15 Galileo. En revanche, à l’extérieur, ils ont acheté deux produits de Dubawi, Frankel, Kingman et un Siyouni. Shadwell vient en troisième position avec huit poulains à sept chiffres pour 12,9 millions, Qatar Bloodstock et Phoenix Thoroughbred se sont offert cinq millionnaires pour respectivement 9,64 et 8,25 millions. Ces cinq acheteurs ont acquis 71 sujets pour 125,48 millions d’investissements, c’est-à-dire 73,9 % du total. Une concentration de la demande représente toujours un risque mais attention, on parle d’un produit de luxe et 24 acheteurs se sont offert ces cinq dernières années un yearling millionnaire.

Étalon Vendus M F C.A. Top Prix (euros)
Dark Angel 2 2 2.262.000 F. Allez Aiala 1.262.000
Dubawi 29 22 7 55.230.000 M. Alina 4.268.000
Frankel 12 6 6 20.547.000 M. Flèche d'Or 3.675.000
Galileo 36 11 25 61.414.000 F. Dank 4.741.000
Invincible Spirit 3 2 1 4.364.000 F. Cassandra Go 1.896.000
Kingman 4 3 1 8.121.000 M. Grace and Favour 2.726.000
Kodiac 1 1 1.141.000 F. Queenofthefairies 1.141.000
Le Havre 1 1 1.006.000 F. Blissful Beat 1.006.000
Muhaarar 1 1 1.096.000 F. Queenofthefairies 1.096.000
No Nay Never 2 2 2.087.000 M. Muravka 1.081.000
Oasis Dream 1 1 1.304.000 M. Izzi Top 1.304.000
Raven's Pass 1 1 2.000.000 F. Spirit of Tara 2.000.000
Sea the Stars 5 5 5.560.000 M. Chicago Dancer 1.202.000
Shamardal 1 1 1.031.000 F. Yummi  Mummy 1.031.000
Siyouni 1 1 1.540.000 M. Cabaret 1.540.000
War Front 1 1 1.006.000 F. Perhelion 1.006.000
Total 101 53 48 169.709.000