Télécharger la dernière édition
French Purebred Arabian

French Purebred Arabian

Edito - Élevage

29.10.2019

Edito - Élevage

Si l’Angleterre est le pays de référence en ce qui concerne le pur-sang anglais, c’est aussi parce que le programme de courses y a été façonné par de grands éleveurs, ceux qui ont créé la race. Et l’épreuve qui compte le plus à leurs yeux, c’est le Derby d’Epsom (Gr1). Ce classique n’a pas l’allocation d’une grande épreuve internationale et il n’attire pas les foules comme à Royal Ascot ou Cheltenham. Mais pour un Anglais, le Derby reste la référence. Y triompher est aussi fort qu’une victoire dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) pour un Français. Pourtant, la filière a beaucoup changé ces dernières décennies et seulement deux des dix gagnants d’Epsom ont été élevés par un Anglais (Golden Horn et Australia). Les autres l’ont été par des éleveurs résidant hors de Grande-Bretagne, notamment les Irlandais de Coolmore.

Ce déferlement de puissances étrangères qu’ont vécu les éleveurs anglais, c’est ce à quoi les Français ont assisté, à l’échelle de leur filière du pur-sang arabe. Pourtant, comme chez le pur-sang anglais, certains éleveurs particuliers continuent à prouver qu’il est possible de gagner des Grs1 PA en France. Avec sa victoire dans le Qatar Arabian Trophy des Poulains (Gr1 PA), Amyr du Soleil (Amer) a prouvé qu’il était un champion en devenir. Il a été élevé en France, au haras du Saubouas, par un couple franco-britannique, Lisa et Pierre Deymonaz. Le Français Bruno Bellaud est l’éleveur de l’excellente Lady Princess (General), laquelle a confirmé sa suprématie dans le Qatar Arabian Trophy des Pouliches (Gr1 PA).

S’il est de plus en plus difficile d’être présent parmi l’élite, ces deux chevaux attestent du fait que c’est encore possible. En l’espace d’une décennie, le commerce est lui aussi devenu beaucoup plus sélectif. On observe d’ailleurs une baisse significative du prix des 2ans pur-sang arabes aux enchères. À Saint-Cloud, 34 lots à vocation course ont été vendus à un prix moyen de 31.860 €. Ce chiffre peut paraître faible. Mais le prix moyen des saillie de ces 2ans est de 3.661 €, soit 8,7 fois moins. On considère que la vente d'un yearling pur-sang anglais est correcte lorsque son montant représente trois fois le prix de saillie.

L’élevage des pur-sang arabes n’est pas, bien sûr, une martingale, mais malgré d’indéniables difficultés, il reste soutenable. Par le passé, les éleveurs français ont su sauver la race en créant l’Afac. Et nul doute que dans les années à venir, ils sauront trouver des solutions, notamment en ce qui concerne le programme de courses, pour relancer le marché dans l’Hexagone et pérenniser leur activité.