Gémix au haras du Lion pour la saison 2020

Élevage / 01.10.2019

Gémix au haras du Lion pour la saison 2020

Gemix, l’étalon de Francis Teboul et Michel Haski, est actuellement tête de liste des étalons de première génération sur les obstacles en France, selon le pourcentage de black type et le ratio de partants par naissance (34,5 %). Il fera la monte au haras du Lion à partir de 2020.

Gémix (Carlotamix) a effectué ses cinq premières saisons au haras de Victot. Roland Monnier mettant fin à son activité, l’entourage du jeune sire en profite pour le déplacer dans l’Ouest. Au premier semestre, en plat, Fureur de Vivre s’est imposé à trois reprises, remportant notamment une Classe 1 à Bordeaux. Lui-même précoce, avant de devenir un millionnaire sur les obstacles, Gémix donne des sauteurs qui sont rapidement capables d’aller aux courses. À cette date, plus du tiers de ses 29 produits nés en 2015 ont déjà sauté en compétition dans l’Hexagone. Dès juin, Abalya a ouvert la marque pour son père sur les obstacles, avec une première victoire en haies et un premier succès en steeple au mois d’août. À Auteuil, Le Berry a fait forte impression en remportant le Prix Finot (L) des poulains. Le même jour, Gémystory s’est classé deuxième de l’autre peloton du Prix Finot (L). On notera que Le Berry est gris, alors qu’Abalya et Gémystory sont bais.

Les conditions pour la monte 2020 seront annoncées ultérieurement, avec celles des autres étalons du haras du Lion.

Un positionnement stratégique. Alix Vanhaecke, représentante de l’étalon pour Gemini Stud, a déclaré : « Gémix a donné deux black types à Auteuil pour sa première génération, qui ne comptait que 29 produits vivants ! C’est tout à fait remarquable, et il y a encore des 3ans inédits qui doivent débuter ces prochains mois… On n’a pas fini d’entendre parler de Gémix sur la butte Mortemart, et c’est mérité pour ses propriétaires qui ont tout fait pour soutenir leur étalon. Cela n’a pas été facile, mais ils se sont donné les moyens, en jouant le jeu à 100 % année après année, avec une communication approfondie, une politique commerciale audacieuse. Nous avons suivi de très près la première génération, pour que tous les produits aient leur chance ; ils ont acheté des poulains pour cela, en plus de ceux qu’ils ont élevés. Et on peut déjà dire que cela a fonctionné, puisque Le Berry est l’un de ces achats ! C’est aussi très agréable de voir que les premiers à bénéficier du succès de Gémix sont ceux qui sont à ses côtés depuis le début, avec Roland Monnier, et bien sûr la famille Cottin. Ils ont élevé Gémystory, et David, qui fut le jockey de Gémix, entraîne les deux poulains des Prix Finot… On ne pouvait pas rêver mieux ! Il faut également remercier tous les éleveurs qui ont fait confiance à Gémix les premières années, et à qui nous souhaitons de nombreuses victoires avec leur production. Nous sommes ravis d’installer Gémix au haras du Lion, qui bénéficie d’un positionnement stratégique dans l’Ouest et a obtenu d’excellents résultats depuis sa création. Même s’il a sailli très régulièrement depuis ses débuts, Gémix mérite un carnet de bal plus étoffé que celui qu’il a connu jusqu’à présent (54 juments maximum, en 2017 et 2018). Les résultats de sa production, ainsi que sa nouvelle position géographique, devraient lui permettre d’augmenter significativement le nombre de saillies en 2020. »

Dans les traces de Denham Red. François Thomas, directeur commercial du haras du Lion, a expliqué : « Nous sommes enchantés d’intégrer Gémix, qui trouvera une situation géographique idéale pour s’épanouir, à deux pas des terres natales de son ambassadeur, David Cottin. De notre côté, nous avions été impressionnés par le cheval en tant que compétiteur chez Nicolas de Balanda et attendions avec intérêt ses premiers produits en âge de courir. Nous avions été séduits par la qualité de ses yearlings et de ses 2ans lors de plusieurs sorties dans les herbages normands. Avec seulement une trentaine de produits pour sa première génération de 3ans, il s’impose déjà comme un étalon en devenir et bouscule certains a priori à son encontre. Alliant performances et qualités de reproducteur avérées dans le temple d’Auteuil, il trouve une place parfaite de successeur sur notre marché français où le vieillissement de nos étalons leaders est incontestable. » Un autre étalon ayant couru au plus haut niveau à Auteuil, lui aussi sous la casaque rouge et verte de la famille Teboul, avait fait la monte sous la responsabilité de Pierre et Nelly de La Guillonnière (gérante du haras du Lion) : il s’agit de Denham Red (Pampabird), un très bon reproducteur, notamment père du champion Un de Sceaux. Alix Vanhaecke se remémore : « Pour l’anecdote, on se souviendra qu’Un de Sceaux avait couru à Auteuil contre Gémix en 2014, dans le Prix Hypothèse : malgré une fin de course tonitruante, Gémix avait dû concéder une courte tête à Un de Sceaux qui a, par la suite, remporté dix Grs1 ! Gémix prend donc la suite du père de son rival au haras. Cela serait amusant qu’il produise un bon cheval avec une fille de Denham Red… La boucle serait bouclée ! »