L’ÉDITO - La salamandre et le soleil d’été

Courses / 28.10.2019

L’ÉDITO - La salamandre et le soleil d’été

Dimanche, nous avons vécu un moment historique en assistant à une match race entre Alson et Armory dans le Critérium International (Gr1). Vendredi soir, sous les lumières de Newcastle, autre moment historique : le Vertem Futurity Trophy (Gr1) va devenir le premier Gr1 européen à se disputer sur une piste All Weather (Tapeta). Les enseignements sont simples : "L’heure, c’est l’heure. Avant l’heure, c’est pas l’heure. Après l’heure, c’est plus l’heure". Pour le plat, ce n’est plus l’heure.

Par Anne-Louise Échevin

Deux Critériums, deux enseignements différents. Les deux Critériums disputés ce week-end sont indissociables l’un de l’autre. L’un marche plutôt bien : le Critérium de Saint-Cloud remporté par Mkfancy (Makfi) a rassemblé huit partants cette année. L’autre, le Critérium International, peine à trouver sa place.

Si l’on remonte à 2008 (sachant que les courses ont été annulées en 2017), on remarque que le Critérium de Saint-Cloud rassemble en moyenne 9,3 partants. Le Critérium International, quant à lui, rassemble une moyenne de 7,1 partants. Pour des raisons peut-être liées à l’élevage, le terrain lourd de Saint-Cloud ne fait pas fuir les 2ans capables d’aller sur 2.000m. Rappelons qu'avant 2015, on disputait même le Critérium de Saint-Cloud à la mi-novembre. Et rappelons aussi que le Critérium de Saint-Cloud est une course unique en Europe. Quant au Critérium International, il a lui aussi vécu un changement en 2015, passant de 1.600m à 1.400m (pendant que le Lagardère faisait la mutation inverse).

Il y a aussi une différence majeure entre les deux Critériums : le Critérium de Saint-Cloud est historique. Le Critérium International existe depuis 2001 et est, en réalité, une transposition du Prix de la Salamandre (Gr1) qui se courait à la mi-septembre. À la mi-septembre, c’est encore l’été. À la fin octobre, c’est bel et bien l’automne…

Pourquoi avoir deux Grs1 pour 2ans face à face des deux côtés de la Manche ? Il y a une incohérence du programme européen : pourquoi deux Grs1, très similaires, se courent sur un même week-end et, probablement, se cannibalisent ? Samedi, Doncaster proposait – ou était censé proposer – le Vertem Futurity Trophy (Gr1, 1.600m). Dimanche, ParisLongchamp proposait le Critérium International (Gr1, 1.400m).

Pour être juste jusqu’au bout, le calendrier 2019 est particulier. Normalement, le Vertem Futurity Trophy tombe une semaine avant le Critérium International. Les jeux du calendrier et des week-ends ont fait que, cette année, les deux courses se sont retrouvées séparées d’une seule journée. Reste qu'un jour ou une semaine d’écart, c’est trop peu entre deux courses, surtout avec des 2ans qui ont déjà la saison classique en tête : on va courir soit l’un, soit l’autre. Et, au palmarès, le Vertem Futurity Trophy est bien plus impressionnant que le Critérium International.

Vertem Futurity Trophy vs Critérium International

Année Lauréat Vertem Lauréat Critérium
2018 Magna Grecia Royal Meeting
2017 Saxon Warrior Course annulée
2016 Rivet Thunder Snow
2015 Marcel Johannes Vermeer
2014 Elm Park Vert de Grèce
2013 Kingston Hill Ectot
2012 Kingsbarns Loch Garman
2011 Camelot French Fifteen
2010 Casamento Roderic O’Connor
2009 St Nicholas Abbey Jan Vermeer

Même s’il s’était couru, le Vertem Futurity Trophy aurait été un échec. Le Vertem Futurity Trophy (ex-Racing Post Trophy) a été reporté et va donc se disputer vendredi soir à Newcastle, sur une Tapeta. C’est un crime de lèse-majesté pour un Gr1 européen, où sélection rime avec gazon. Même si la météo avait permis la tenue de l’épreuve, nous aurions assisté à une autre sorte de match race dans ce Vertem Futurity Trophy. Sur les six partants, cinq étaient entraînés par Aidan O’Brien...

Les prévisions météorologiques étaient catastrophiques en Angleterre depuis plusieurs jours avant la course et il est probable que les entraîneurs britanniques n’aient pas eu envie d’aligner leurs bons 2ans dans un bourbier quasi certain. D’ailleurs, les entraîneurs britanniques ont aussi boudé le Critérium International.

Faut-il une preuve supplémentaire sur le problème de météo/terrain : les engagements du Vertem Futurity Trophy ont été rouverts suite au report de la course. Ils ont été validés ce lundi. Ils sont quinze en lice, dont neuf O’Brien. Au même stade, la semaine dernière, ils étaient douze en lice… dont onze O’Brien. Les entraîneurs britanniques ont donc quelques éléments de 2ans pouvant courir un Gr1 sur 1.600m… mais visiblement pas en terrain lourd.

Le sport est une question de saison. Le calendrier a donné un symbole fort. Le Vertem Futurity Trophy, prévu le samedi 26 octobre, tombait en même temps que la seconde journée du Showcase de Cheltenham, qui lance traditionnellement la saison anglaise d’obstacle. En Angleterre, les saisons sont segmentées nettement : de mai à septembre, c’est le plat. D’octobre à avril, c’est l’obstacle. Nous disons bien septembre pour le plat, du moins dans ce que dit la tradition : la saison britannique devait se terminer avec les Dewhurst Stakes.

Mais, depuis, le Champions Day est sorti de terre et a changé la donne. Les nostalgiques regrettent toujours les anciens Champion Stakes, qui se disputaient en septembre à Newmarket et certainement pas à la mi-octobre dans le bourbier d’Ascot. Ironie de l’histoire, encore : en 2019, la plupart des épreuves du Champions Day se sont disputées sur la piste de haies d’Ascot, la piste de plat était impraticable.

En France, la saison de plat se poursuit plus longtemps, mais il faut rappeler que la création du Prix de l’Arc de Triomphe était, à l’époque, quelque chose d’incroyable : courir une grande course de plat à cette date ? Mais, mes braves, vous n’y pensez pas ! Cela passe encore, même s’il est impossible de se faire une idée à l’avance de la sauc(é)e à laquelle nous pourrions être mangés côté météo un premier dimanche d’octobre. De l’Arc de Danedream à celui de Waldgeist cette année, c’est le grand écart niveau météo… Sacré été indien.

La salamandre se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue. La saison de plat et la saison d’obstacle se chevauchent en France. Mais nous avons chez nous quelque chose que les Anglais n’ont pas : le meeting d’hiver de Vincennes. L’hiver n’est pas l’heure des sauteurs, il est le rendez-vous des trotteurs.

Et ce meeting d’hiver commence ce mercredi 30 octobre. À quelques jours près, un Gr1 pour des 2ans pouvant rêver de Poule d’Essai se court en début de meeting d’hiver et à une semaine du grand week-end d’obstacle français de l’automne. Cela a-t-il un vrai sens ?

Sportivement, non. En Angleterre, berceau de tous les sports, chaque sport à sa saison. Le rugby, c’est l’hiver. Le cricket, c’est l’été. Aux États-Unis aussi, les saisons de NBA, football américain et base-ball sont rythmées par les saisons. Le plat, c’est donc quand le soleil brille et réchauffe les cœurs et les corps. Croyez-moi, lorsque je suis arrivée à ParisLongchamp dimanche, sous un ciel couvert et le froid, je me suis dit : « C’est un temps de Vincennes ! »

Si Jean de La Fontaine avait écrit une fable sur la salamandre, il l’aurait sûrement axée sur la capacité d’adaptation de ce petit animal pour survivre. Dans la mythologie, la salamandre a besoin de la chaleur du feu pour survivre… Notre Salamandre a tenté de s’adapter en Critérium International, à la fin du mois d’octobre. Mais cela n’a pas marché… Après tout, la salamandre hiberne dès qu’apparaissent les frimas.

Trouver un créneau. Comme le rappelait le Dr Jean-Pierre Colombu dans notre précédente édition, France Galop ne fait pas ce qu’elle veut avec le programme de sélection. L'European Pattern Committee est là pour veiller à ce que le programme européen reste équilibré entre chaque pays, que les différents programmes ne se cannibalisent pas. Le créneau de la Salamandre à la mi-septembre n’est plus disponible puisque le Curragh propose les National Stakes (Gr1, 1.400m) lors de l’Irish Champion Weekend. Il nous faut donc trouver une autre date si nous le souhaitons.

Plus tôt au mois d’octobre ? Difficile puisque cela fait entrer en concurrence avec le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1, 1.600m), lequel est déjà face aux Dewhurst Stakes (Gr1, 1.400m). Jean-Pierre Colombu parlait de Deauville. Un Gr1 sur 1.400m ne serait probablement pas un concurrent au Darley Prix Morny (Gr1, 1.200m) : à ce stade de l’année, les 1.400m et 1.200m ne s’adressent pas aux mêmes 2ans. À la limite, le Darley Prix Morny serait plutôt en concurrence avec les Phoenix Stakes (Gr1, 1.200m) disputés en Irlande quelques jours auparavant. En revanche, on peut partir du principe qu’il n’y aurait pas de concurrence directe entre un Critérium deauvillais et le meeting d'York, qui n’a pas de Gr1 pour 2ans (exception des Nunthorpe qui sont ouverts à cette génération).

Faire un circuit européen sur 1.200m et un autre sur 1.400m. On peut donc très bien imaginer un double triptyque européen : Phoenix Stakes en Irlande, reculer le Prix Morny d’une semaine et conclure le meeting de Deauville avec un Gr1, puis les Middle Park Stakes (Gr1) à la fin septembre, pour les 2ans, sur 1.200m. L’autre triptyque, axé 1.400m, serait : Critérium International à la place du Morny, puis National Stakes, puis Dewhurst Stakes ou option du Lagardère, puis Vertem Futurity pour ceux qui souhaitent tenter leur chance sur 1.600m… Il y a des options pour sauver le soldat Critérium International !