L’opération séduction façon Sottsass

Courses / 01.10.2019

L’opération séduction façon Sottsass

Comment attirer les grands medias, et donc le public ? France Galop a choisi de les faire entrer dans les coulisses de la plus grande course du monde. C’est ainsi que mardi matin, sur l’hippodrome de Deauville, des journalistes du Monde, du Figaro, de Ouest-France ou encore du Pays d’Auge avaient rendez-vous pour le dernier travail de Sottsass (Siyouni), qui sera le deuxième ou troisième favori de l’Arc. Un Sottsass qui, associé à Cristan Demuro, a fait un bon canter sur le gazon, avec Olmedo ** (Declaration of War). « Il a couru il y a trois semaines, il s’agissait d’un travail d’entretien, pour observer sa locomotion, son envie… Le cheval n’avait pas une bonne locomotion… mais une très bonne locomotion ! », a expliqué Jean-Claude Rouget à nos confrères de la presse généraliste. Ils ont pu découvrir chaque maillon de la chaîne qui œuvre pour présenter un cheval au départ de l’Arc, du personnel d’écurie, en passant par les cavaliers d’entraînement, les jockeys, assistants entraîneurs… Mais aussi l’éleveur du cheval, puisque lundi, ils étaient conviés à l’écurie des Monceaux, où est né Sottsass. Henri Bozo a lui aussi joué aux pédagogues, avec des élèves d’autant plus attentifs qu’on leur a présenté la petite sœur de Sottsass, par Dubawi, en cours de sevrage.