Le mot de la fin - Trafic

Le Mot de la Fin / 13.10.2019

Le mot de la fin - Trafic

Le 16 octobre, Le Lion-d’Angers accueille l’Assemblée générale de la Fédération mondiale de l’élevage de chevaux de sport (W.B.F.S.H.). À quelques jours de l’événement, certains des plus grands acteurs français (GFE, haras de Semilly…) et internationaux (Paul Schockemöhle, le Team Nijhof, VDL Stud, Joop van Uytert, Keros, Zangersheide…) ont lancé un cri d’alerte. Dans cette lettre ouverte, publiée par Grand Prix, on peut lire : « Le trafic national et international est devenu si complexe que les propriétaires de juments et étalons sont confrontés à des problèmes de traçabilité des gamètes (…) La fraude liée au sperme frais et congelé et aux embryons volés risque fort de devenir incontrôlable si aucune règle n’est définie sous la supervision de la W.B.F.S.H. Pour être parfaitement honnête, la situation est déjà hors de contrôle. » En raison de la mondialisation, le vol de semence et d’ovules prend donc de l’ampleur, alors qu’il était encore rare il y a une décennie. Le marché du cheval de sport, comme celui du pur-sang, est global, ce qui n’est pas le cas du trot. Dans ce contexte, il est possible de revendre hors de France, en ciblant des pays à la réglementation plus souples, les gamètes volés. Si un jour le galop se laisse tenter par l’insémination artificielle, cette problématique de traçabilité sera un défi colossal compte tenu des enjeux financiers.