Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

PRIX GEORGES DE TALHOUËT-ROY (GR2) - Sangennaro en patron

Courses / 13.10.2019

PRIX GEORGES DE TALHOUËT-ROY (GR2) - Sangennaro en patron

AUTEUIL, DIMANCHE

Lauréat du Prix Finot - Peloton A (L), Sangennaro (Poliglote) passait un test grandeur nature dans ce Prix Georges de Talhouët-Roy, pour sa deuxième sortie. Il devait en effet faire face à Nirvana du Berlais (Martaline) et à For Fun (Motivator), lesquels avaient conclu respectivement premier et deuxième du Prix Aguado (Gr3) au printemps. Le représentant de Frédéric Bianco a réalisé quelque chose de peu commun en surclassant l’opposition de quatre longueurs ce dimanche, gagnant par la même occasion son ticket pour le Prix Cambacérès (Gr1).

Fidèle à sa précédente tactique. Comme lors de ses débuts, Sangennaro s’est tout de suite installé en tête de l’épreuve, Nirvana du Berlais galopant dans son sillage. Son jockey, Geoffrey Ré, l’a calé contre les fusains extérieurs dans la ligne d’en face. Le futur vainqueur s’est un peu négligé sur la dernière haie de la ligne opposée, sans perdre de terrain pour autant. Accélérant le long du rail extérieur entre les deux derniers obstacles, Sangennaro s’est détaché sur le plat en quelques foulées, Geoffrey Ré se payant le luxe de le ralentir et de le flatter à cent mètres du but. Cinquième entre les deux ultimes difficultés, For Fun a fourni un bel effort final sous 69 kilos pour venir s’emparer de la deuxième place, trois quarts de longueur devant Kool Has (Martaline). Nirvana du Berlais a conclu quatrième devant Le Berry ** (Gémix), vainqueur du Prix Finot - Peloton B (L).

Un bon sauteur qui a beaucoup de rythme. Marcel Rolland, entraîneur du cheval, a déclaré : « Sangennaro le fait bien. Je suis tout de même un peu surpris de la façon dont il gagne. C’est un excellent sauteur et je ne pense pas qu’il sera dérangé par le terrain lourd dans les semaines à venir. Avant la course, j’avais dit à son jockey de le monter pour lui et de ne pas s’occuper des autres. C’est un cheval qui a beaucoup de rythme, qui ne fait pas d’effort en sautant. Son propriétaire est un vrai sportsman qui veut se faire plaisir. Cela fait un moment que j’entraîne pour lui. Il a eu des offres d’achat pour Sangennaro, et il fallait avoir non seulement les moyens mais aussi le courage de les refuser. Je pense qu’il a bien fait de le garder et qu’il ne va pas le regretter ! » Geoffrey Ré a quant à lui expliqué : « Je suis un peu surpris dans le sens où il était archi-prêt lorsqu’il a débuté. Le Finot était son objectif et il avait gagné. Après cette victoire, il avait deux options : soit courir mercredi dans une course avec beaucoup de partants, ou alors tenter le Groupe avec moins de partants, sachant que toutes les allocations sont bonnes à prendre. À la dernière haie, je me suis dit : "Bon, quand est-ce que les autres arrivent ?" Mais ils ne sont jamais venus ! »

For Fun, d’une régularité sans faille. Récent deuxième du Prix Robert Lejeune (Gr3), For Fun est encore une fois tombé sur un os. C’est la troisième fois qu’il finit deuxième au niveau Groupe et sa régularité est admirable. Son copropriétaire, Benoît Gabeur, nous a confié : For Fun court bien, mais un 3ans, sous 69kg, ce n’est pas facile. Il est battu à chaque fois par des chevaux différents qui se trouvent dans de meilleures conditions au poids.   À présent, il va aller sur le Cambacérès. Il reste sur six podiums successifs. Un jour, il entrera au haras. C’est un cheval qui présente un profil très rare. Très régulier en compétition, sur toute la saison, c'est le frère de deux gagnants de Gr1 et il est issu d'un gagnant de Derby qui a produit une gagnante d'Arc. Dans sa famille, on trouve trois générations de black types à Auteuil. Il ne doit pas y en avoir beaucoup dans ce cas. »

Kool Has confirme sa qualité. Vainqueur au mois de juillet du Prix Frascati, à Auteuil, Kool Has avait confirmé par une deuxième place dans le Prix des Platanes (L). Son entraîneur, François Nicolle, nous a déclaré : « Il court très bien. J'ai l'impression qu'il a eu du mal à suivre le rythme. La bonne ligne des 3ans est celle de For Fun et nous en sommes proches. Peut-être qu'il aurait pu être deuxième si Gaëtan Masure avait été plus dur avec lui. Le gagnant est un bon poulain : il a été devant et a fait sa course. Bravo à lui. »

Un descendant de Chica Bonita. Élevé par Frédéric Bianco, Sangennaro est un fils de Poliglote (Sadler’s Wells) et de Caterina (Maresca Sorrento). Il est le premier produit de sa mère, laquelle était aussi entraînée par Marcel Rolland et avait décroché deux victoires sur les haies, en treize sorties : une à Dieppe et une à Auteuil. Caterina a elle aussi été élevée par Frédéric Bianco, tout comme son père, Maresca Sorrento (Cadoudal). La jument a un yearling par Masked Marvel (Montjeu).

La deuxième mère est Chanel du Berlais (Saint Preuil), dont le meilleur produit est Torre Del Greco (Bonnet Rouge), troisième du Prix Ketch (L). La troisième mère n’est autre que la matrone Chica Bonita (Badayoun), lauréate d’un Prix Wild Monarch (L). Au haras, elle a donné Isis du Berlais (Cadoudal), lauréate du Wild Monarch et du Prix de Chambly (L, à l’époque), Enzo du Berlais (Mansonnien), qui a remporté le Prix Gérald de Rochefort (L), Karoo du Berlais (Indian River), gagnant du Prix Roger Saint (L), ou encore Chica du Berlais (Cadoudal). Cette dernière n’a pas brillé en course mais s’est révélée au haras, donnant Nikita du Berlais, Bonito du Berlais ** ou encore Bonita du Berlais

PEDIGREE WEATHERBYS :

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/SANGENNARO.pdf

 

 

 

Northern Dancer

 

 

Sadler’s Wells

 

 

 

 

Fairy Bridge

 

Poliglote

 

 

 

 

 

Val de l’Orne

 

 

Alexandrie

 

 

 

 

Apachee

SANGENNARO (H3)

 

 

 

 

 

 

Cadoudal

 

 

Maresca Sorrento

 

 

 

 

French Free Star

 

Caterina

 

 

 

 

 

Saint Preuil

 

 

Chanel du Berlais

 

 

 

 

Chica Bonita