PRIX PIERRE DE LASSUS (HAIES) (GR3) - L’Autonomie, de bon cœur !

Courses / 19.10.2019

PRIX PIERRE DE LASSUS (HAIES) (GR3) - L’Autonomie, de bon cœur !

PRIX PIERRE DE LASSUS (HAIES) (GR3)

L’Autonomie, de bon cœur !

Ce n’est pas un hasard si elle lui rappelle une certaine jument noire… François Nicolle ne tarit pas d’éloges sur L’Autonomie (Blue Brésil), qui a de nouveau réalisé une démonstration dans ce Prix Pierre de Lassus (Gr3), et n’a pas hésité comme précédemment à la comparer à sa championne De Bon Cœur (Vision d’État). Il faut dire que la représentante de Catherine Coiffier est chaque fois plus impressionnante, et s’annonce comme le cheval à battre dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1).

Devant, et qui m’aime me suive. Fidèle à sa tactique préférée, L’Autonomie s’est rapidement installée aux commandes de l’épreuve, suivie de près par Saint Sonnet (Saint des Saints). La pouliche a commencé à perdre ses adversaires en route dans le tournant d’Auteuil, et a abordé le tournant final avec une dizaine de longueurs d’avance sur le reste du peloton. Elle n’a jamais faibli et s’est imposée en toute décontraction, sans avoir jamais puisé dans ses réserves. Pas moins de quinze longueurs sanctionnent sa supériorité. Après avoir patienté à l’arrière-garde, Doctor Squeeze (Doctor Dino) a couru de première en terminant de belle façon pour venir s’emparer de la deuxième place, deux longueurs et demie devant Porto Pollo (Manduro). La quatrième place est revenue à Byzance du Berlais (Martaline) devant Always Magic (Sunday Break). Quant à Saint Sonnet, il a une nouvelle fois déçu, plafonnant entre les deux ultimes difficultés et terminant au sixième rang.

Aucun doute, elle vient d’ailleurs ! L’Autonomie remporte donc son quatrième Groupe après ses succès dans les Prix de Pépinvast, Questarabad et de Maisons-Laffitte (Grs3). Troisième du Prix Cambacérès (Gr1) l’an dernier, elle paraît à 4ans meilleure que jamais et n’a jamais été aussi proche d’une première victoire au plus haut niveau. Difficile d’envisager une défaite dans le Gr1 ! On sait qu’avec les chevaux, rien n’est jamais joué d’avance, mais l’enthousiasme de François Nicolle est assez contagieux. L’entraîneur nous a confié : « Après sa dernière course, je pensais la présenter directement dans le Renaud du Vivier, mais je crois que j’ai bien fait de la faire courir aujourd’hui. J’ai trouvé qu’elle était plus posée, plus calme, plus détendue que par le passé. Celle-là, elle est hors ligne ! Il y a moins de tapage autour d’elle qu’il y en a eu autour de De Bon Cœur, mais les deux se valent pourtant… L’Autonomie n’est pas du tout dérangée par le terrain lourd. Elle enroule, elle enroule, elle saute juste et elle écœure les autres ! En face, s’ils essayent de la suivre, ils meurent… Elle est capable de dérouler et de remettre un coup de reins sur le plat. Je pense qu’elle n’a pas pris dur et elle va arriver extra pour la bonne. » François Nicolle nous a également livré ses impressions au sujet de ses deux autres pensionnaires, Porto Pollo et Polirico (Cokoriko) : « Porto Pollo court très bien. Il fait une valeur qu’on n’avait pas vue depuis un moment. En revanche, je suis très déçu de la septième place de Polirico. Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé. Nous allons le faire scoper. »

Lien weatherbys http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2019/L-Autonomie-.pdf

Une petite-fille de L’Authie. Élevée par sa propriétaire, L’Autonomie avait été sacrée championne suprême dans la catégorie des 2ans lors du National de l’Obstacle en 2017, alors qu’elle était présentée par Nina Hubert. C’est une fille de Blue Brésil (Smadoun), étalon à Yorton Farm, et de L’Automne (Kahyasi), gagnante d’un handicap sur les 2.100m de Maisons-Laffitte, dont elle est le seul produit vainqueur. La poulinière a un 3ans inédit nommé L’Autodidacte (Diamond Boy), qui a été exporté en Irlande l’année dernière, ainsi qu’un yearling issu du même étalon.

La deuxième mère, L’Authie (Linamix), s’est imposée à six reprises en plat et en haies et a conclu troisième du Prix Renaud du Vivier (Gr1). Elle a donné six vainqueurs dont La Canche (Le Havre), troisième du Prix de Bagatelle (L), et L’Auvergnat (Sadler’s Hall), lauréat de quatre courses dont deux gros handicaps à Saint-Cloud et titulaire de près de 140.000 € de gains. L’Authie est aussi l’aïeule de L’Aubade (Enrique), gagnante à cinq reprises en haies et en steeple, deuxième du Prix Bernard Secly (L) et quatrième du Prix Christian de Tredern (Gr3).

La troisième mère, La Bucaille (Labus), s’est imposée à 3ans sur les 2.100m de Longchamp, mais aussi sur les haies d’Auteuil. Outre L’Authie, elle a donné l’étalon Clety (Sillery), gagnant du Prix Right Royal (L), deuxième du Prix Kergorlay (Gr2) et troisième du Royal-Oak (Gr1), et Hurtevent (Highest Honor), lauréat des Prix Juigné (devenu Gr3) et Dominique Sartini (devenu Listed) et troisième des Prix Michel Houyvet et Scaramouche (Ls). C’est la famille de Tingry (Amen), gagnant de la Grande Course de Haies de Printemps (Listed, à l’époque), d’Anaking (Astarabad), lauréat de la Gran Corsa di Siepi di Milano (Gr1), ou encore de Saint Palois (Saint des Saints) gagnant des Prix Jean Stern (Gr2), Héros XII, Fleuret, Duc d’Anjou et Troytown (Grs3) et deuxième des Prix La Haye Jousselin et Ferdinand Dufaure (Grs1), entre autres.

Kaldoun

Smadoun

Mossma

Blue Brésil

Exit to Nowhere

Miss Récif

Miss Brésil

L’AUTONOMIE  (F4)

Ile de Bourbon

Kahyasi

Kadissya

L’Automne

Linamix

L’Authie

La Bucaille