Tattersalls Octobre book 1 : le yearling de luxe ne connaît pas de crise

International / 07.10.2019

Tattersalls Octobre book 1 : le yearling de luxe ne connaît pas de crise

Les éleveurs ont investi plus de 37 millions d’euros en saillies pour faire naître les 552 yearlings du catalogue du book 1 de Tattersalls Octobre, qui seront proposés à partir de ce mardi en trois sessions. C’est sans compter les 23 produits de Galileo (Sadler’s Wells) et les 8 de Shamardal (Giant’s Causeway), qui ont officié en 2017 avec un tarif privé : en les ajoutant, avec une valeur estimée de leurs saillies, on arrive aisément à 47 millions. Il s’agit du stallion power, mais pour élever, il faut aussi – et surtout – des poulinières. Dans leur cas, il est plus difficile de fixer une valeur, mais toujours est-il qu’à la sortie du catalogue, les poulinières ayant produit un lauréat de Gr1 étaient 59 et les gagnantes de Gr1 étaient 21. En feuilletant ce book 1, il est presque impossible de trouver un yearling avec zéro black type en première génération.

L’offre à la hausse. Le catalogue de cette année est marqué par une hausse de l’offre, puisqu’il est passé de 519 sujets à 552. Ce lundi à 14 h, 54 sujets sont absents, ce qui signifie qu’ils seront à peu près 480 à passer sur le ring. L’année dernière, à l’issue d’une édition record, le chiffre d’affaires avait affiché 106,5 millions de Gns (127,89 M€), avec une légère baisse du prix moyen à 271.691 Gns (326.441 €), et une médiane à 167.500 Gns, un autre record. La comparaison avec 2014 marque une progression du chiffre d’affaires de 34,3 % et du prix moyen de 15,1%, alors que les lots vendus sont passés de 336 à 392 (16,6 % en plus), et que les millionnaires en Guinées ont augmenté de 6 à 14. La demande pour les yearlings de top-qualité ne connaît pas de crise.

Galileo & Cie, le stallion power. Le niveau de l’offre de cette année est même trop haut… Nous vous proposons dans le tableau les dix étalons les plus populaires d’Angleterre et d’Irlande plus le français Siyouni (Pivotal), qui sont représentés par 281 des 552 sujets du catalogue, soit 50,9 % du total. En 2018, ces mêmes étalons étaient représentés par 241 des 519 yearlings, soit 46,4 % du catalogue. L’offre est passée de 25 à 40 yearlings pour Frankel (Galileo), de 31 à 41 pour Kingman (Invincible Spirit) et de 21 à 29 pour Dubawi (Dubai Millennium), alors que les deux frères, Galileo et Sea the Stars (Cape Cross), sont presque stables (deux de plus pour l’aîné, quatre pour le cadet). La valeur des saillies – Galileo et Shamardal exceptés – est de 27,25 millions d’euros, c’est-à-dire 73,35 % de l’investissement total. L’année dernière, les 11 étalons du tableau ont affiché un chiffre d’affaires de 67,89 millions de Guinées, soit 63,7 % du total. Il faut quand même bien lire les chiffres : la hausse de l’offre de Frankel, Kingman et Sea the Stars est liée à celle de leur production. Les produits de Frankel sont deux fois plus nombreux (161 contre 81), alors que Kingman est passé de 111 produits à 138, et Sea the Stars de 105 produits à 145.

Le catalogue vu selon les top-étalons européens

Étalon  Cat. 19 Prod. 2019 Valeur sailles (€) Cat. 18 Prod. 18 C.A. 18 (Gns)
Dark Angel 30 170 1.950.000 20 168 4.284.000
Dubawi 29 146 8.178.000 21 135 12.665.000
Frankel 40 161 5.640.000 25 81 4.710.000
Galileo 23 151 21 137 17.875.000
Invincible Spirit 17 91 2.040.000 17 115 3.182.000
Kingman 41 138 2.542.000 31 111 6.609.000
Kodiac 23 167 1.150.000 23 182 4.630.000
Lope de Vega 25 117 1.250.000 17 148 3.360.000
Sea the Stars 31 145 3.875.000 27 105 6.167.000
Shamardal 8 51 15 82 1.110.000
Siyouni 14 139 630.000 24 172 3.305.000
Tot. 281 1476 27.255.000 241 1436 67.897.000

La France, ses yearlings et ses étalons. Les yearlings présentés par des entités françaises, après les absents, sont au nombre de neuf. Le haras de Saint-Pair propose un mâle par Frankel et deux pouliches par Muhaarar (Oasis Dream) et Dubawi. Coulonces Sales offre deux pouliches par Kingman et Le Havre (Noverre) alors que le haras de Montaigu a deux femelles par Sea the Stars. Le haras du Mézeray présente un Siyouni, tandis que la Motteraye présente un poulain par Shalaa (Invincible Spirit). Les étalons qui étaient stationnés en France en 2017 sont responsables de 34 yearlings, comme en 2018, mais la distribution est différente car Siyouni passe de 24 à 14. Le Havre (Noverre) compte sur 8 sujets dans le catalogue, Shalaa en a 6, Intello (Galileo) et Wootton Bassett (Iffraaj) sont à 3.

Moins de nouveaux étalons. Un autre chapitre important de ce book 1 est la présence des étalons avec leurs premiers yearlings. Il y a une forte baisse, de 89 à 54, mais le poids du stallion power et la forte concurrence laissent peu de place. Shalaa, qui avait fait ses débuts à 27.500 €, vient avec 6 yearlings juste après Awtaad (Cape Cross) qui en a 11. L’année dernière, trois jeunes étalons très attendus avaient leurs premiers yearlings : Golden Horn (Cape Cross), Gleneagles (Galileo) et Muhaarar (Oasis Dream), qui avaient respectivement 18, 15 et 30 produits en vente. Muhaarar avait eu un excellent accueil avec 23 vendus pour un chiffre d’affaires de 5,34 millions de Guinées (6,29 M€), ce qui lui avait garanti la cinquième place dans le classement des étalons. Quant à Golden Horn, il avait affiché 3,17 millions (3,32 M €) et Gleneagles, 1,72 millions (2,02 M€).