TRIBUN LIBRE - L’histoire est en marche !

Institution / Ventes / 02.10.2019

TRIBUN LIBRE - L’histoire est en marche !

Par Patrick Klein, Croissance Courses

« Les instances de France Galop doivent être renouvelées à la fin de cette année.

Les élections précédentes ont toujours sacré un président issu des membres cooptés. Notre monde associatif s’est souvent plaint de cette situation, mais il faut reconnaître qu’il en porte une part de responsabilité. En effet, l’entre deux tours de ce scrutin m’a souvent fait penser à une élection de la IVe République, où négocier un poste devenait la priorité devant la mise en forme d’un programme vite oublié et jamais appliqué.

Cette nouvelle élection offre un paysage associatif en pleine évolution. Le Syndicat national des propriétaires après avoir soutenu la gouvernance actuelle, semble avoir un regard très critique sur celle-ci. Leurs adhérents doivent avoir un peu de mal à suivre les avis contradictoires de leurs leaders.

L’Association des PP doit se réinventer. Il n’est pas si facile de faire comprendre à ses adhérents, et encore moins à ses électeurs, que les mesures votées en Conseil d’administration à l’unanimité en début de semaine puissent être critiquées dès le vendredi suivant dans une lettre au goût un peu trop salée.

La Fédération des éleveurs, elle, tente d’étendre son influence en présentant une liste dans le collège des propriétaires, oubliant ses contradictions concernant sa mission de base, à savoir soutenir avant tout les éleveurs, surtout les plus fragiles.

Quant à Génération Courses, leur sectarisme anti-province et leur mainmise sur France Galop durant ces quatre dernières années devraient faire réfléchir bon nombre d’électeurs quant à leur aptitude à engendrer pour tous les membres de la filière un plan d’avenir.

De nouvelles associations voient le jour et de nouveaux noms se portent candidats. Toutefois, un leitmotiv semble se dégager des souhaits de la grande majorité de ces listes, la nécessité d’un renouvellement de la gouvernance de France Galop.

Comment changer cette élection en un scrutin historique ? Les planètes se sont alignées, pouvant permettre un vrai changement à la tête de France Galop.

À cette élection, une majorité de candidats, issue du monde de l’entreprise, pourrait former, une fois élue, un collectif autour d’une plateforme commune, dont la relance économique de notre activité serait la pierre angulaire. Des convergences aussi existent entre ces différentes listes sur des mesures remettant "le clocher de l’église au milieu du village".

Mathématiquement, un président issu des rangs des membres associés (cooptés) peut être élu sans une majorité de voix des socioprofessionnels. Toutefois, s’il devait être désigné sans cette dernière, de quelle légitimité pourrait-il se prévaloir pour engendrer les réformes qui s’imposent et négocier au nom des acteurs économiques de la filière ?

Ensemble, rassemblés autour d’un programme et d’une vision partagée, les nouveaux élus socioprofessionnels seront plus forts et pourront enfin peser d’une manière décisive sur cette élection et, pourquoi pas, appeler pour la première fois l’un des leurs à la présidence.

Cela serait un signe fort d’ouverture de l’Institution. »