Une course millionnaire de pur-sang arabes lors de la réunion de la Saudi Cup

29.10.2019

Une course millionnaire de pur-sang arabes lors de la réunion de la Saudi Cup

La Saudi Cup, avec 20 millions de dollars, est l’épreuve la plus dotée au monde pour les pur-sang anglais. Le programme de la réunion qui accueille cette course a été dévoilé le mois dernier, avec huit compétitions pour une enveloppe totale de 29,2 millions de dollars. Ce meeting sera organisé le 29 février prochain à Riyad, sur l’hippodrome du roi Abdulaziz. Lors d’une conférence de presse, Son Altesse Royale le prince Bandar bin Khalid Al Faisal, président du Jockey Club d’Arabie Saoudite, a annoncé que l’épreuve internationale pour pur-sang arabes se déroulerait sur 2.000m et sur le dirt. Ouverte aux 4ans et plus, elle sera dotée d’1,9 million de dollars.

Les engagements sont gratuits et ils se termineront à midi le 7 janvier 2020. La liste des partants, qui ne devra pas dépasser les 14 chevaux, sera réalisée à partir des invitations du Jockey Club d’Arabie Saoudite. Ce dernier va financer le transport et le logement des chevaux et de leur entourage. Ce sera aussi le cas de la nourriture et des coûts de vétérinaire ou de maréchal-ferrant.

Trois épreuves internationales seront organisées sur la nouvelle piste en gazon de l’hippodrome du roi Abdulaziz. Son Altesse Royale le prince Bandar a aussi annoncé le fait qu’au moins deux places, dans les sept courses internationales, vont être réservées aux chevaux entraînés en Arabie Saoudite. Il a par ailleurs déclaré : « La journée de la Saudi Cup offre à toute la communauté des courses saoudiennes de formidables opportunités. Pour la première fois, les jockeys, entraîneurs et propriétaires locaux vont avoir la possibilité de mettre à l’épreuve leur talent et celui de leurs chevaux, face à certains des meilleurs de notre sport. Lorsque l’on court avec les meilleurs, on a la chance d’apprendre à leur contact. La Saudi Cup a l’ambition de faire naître un rendez-vous incontournable dans le calendrier hippique international. Mais le cœur du projet est bien de faire grandir le sport hippique dans le Royaume et pour le Royaume. »

Le Jockey Club d’Arabie Saoudite a dévoilé d’autres détails sur la programmation de l’automne et sur les nouvelles règles concernant la médication. Cela permet au Royaume de s’aligner avec d’autres nations hippiques, comme la Grande-Bretagne, la France, l’Irlande et Dubaï. Notamment sur le fait que le Lasix et la "bute" ne seront pas autorisés lors de la réunion de la Saudi Cup.

Son Altesse Royale le prince Bandar espère aussi toucher un nouveau public : « Notre peuple fait courir des chevaux depuis des siècles dans les dunes. Aujourd’hui, cette passion s’est muée en un véritable sport. La Saudi Cup va nous aider à faire connaître le sport hippique à nos compatriotes saoudiens. Nous espérons que ce superbe jour de sport sera l’occasion, pour les nouvelles générations, de découvrir les frissons de la compétition. »

Les installations de l’hippodrome du roi Abdulaziz sont inspirées de celles de Belmont Park aux États-Unis. Depuis que la Saudi Cup a été annoncée, une piste en gazon a vu le jour, à l’intérieur de l’ovale en dirt. La course de pur-sang arabes sera organisée sur cette dernière qui est en fait un mélange de dirt et de copeaux. Olivier Peslier a terminé sixième sur Mith’haf Athbah (Amer), dans l’édition de la Prince Sultan International World Cup remportée par Tallaab Al Khalediah (Jalood Al Khalidiah). Il a déclaré : « C’est l’une des meilleures pistes en dirt au monde. Je sais que les jockeys américains l’aiment beaucoup car elle convient aux chevaux américains. La ligne droite est longue, environ 400m, et il n’y a pas beaucoup de projections. »

Récemment retraité, Ted Duncan a commenté : « C’est une piste fabuleuse et galopante. Et de ce que j’ai pu voir, c’est le meilleur cheval qui gagne. Il n’y a pas d’histoire de manque de chance. L’agencement de l’hippodrome est excellent : la grande course [et celle des pur-sang arabes, ndlr] commence par une descente jusqu’à la ligne opposée. Il n’y a donc pas de problème de corde. Vous pouvez gagner de n’importe quelle place. Et il y a une longue ligne droite, un peu comme à Newbury. J’ai toujours aimé monter ici.  Le champ de course, le rond et les balances sont superbes. Les boîtes de départ sont très modernes, d’un style américain. Des membres de l’équipe RaceTech avaient fait le déplacement depuis l’Angleterre pour aider les pousseurs locaux. »

Avec 1,14 million de dollars au vainqueur, cette course n’a pas encore le statut de Gr1 PA. Elle vient enrichir le programme international des compétitions millionnaires pour les pur-sang arabes avec la Qatar Arabian World Cup (Gr1 PA), en octobre, et la Dubai Kahayla Classic (Gr1 PA), en mars, deux épreuves organisées en parallèle de grandes compétitions pour les pur-sang anglais. Toujours parmi les courses millionnaires, il faut citer H.H. The Amir Sword (Gr1 PA), à Doha, et la Sheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan Jewel Crown (Gr1 PA), à Abu Dhabi.