Adieu, Martaline 

Élevage / 26.11.2019

Adieu, Martaline 

Martaline est mort dans son paddock ce mardi matin, au haras de Montaigu, où il profitait d’une retraite heureuse et bien méritée. Étalon star du parc étalon français, tête de liste à plusieurs reprises, reconnu à l’international, il va laisser une trace persistante.

Par Adrien Cugnasse

C’est un monument qui nous a quittés. Après près de quinze années d’activité au haras de Montaigu, Martaline, 20ans, a tiré sa révérence. Sybille Gibson, Aliette et Gilles Forien ont rendu hommage au grand étalon : « Les mots nous manquent. Ces mots que tu mérites. Ces mots que nous voulons partager avec tous les éleveurs qui t’ont fait confiance, et à qui tu as donné tant de joies sur la piste avec tes champions, Beaumec de Houelle, Nirvana du Berlais, Kotkikova, Srelighonn, Vanilla Crush, Dynaste, Disko, Martalin, Very Wood, Ucello Conti, Agrapart, Chimère du Berlais, Edward d’Argent, We Have a Dream, Terrefort et tant d’autres… Le mot Chance parce que quand on est éleveur, on mesure la chance d’accueillir un cheval aussi exceptionnel que toi. Le mot Honneur, car c’est un honneur de vivre notre passion à travers un cheval comme toi. Le mot Bonheur, parce que quand on est éleveur, on sait que le bonheur de gagner est un incroyable privilège. Le mot Respect, parce que nous, les éleveurs, savoir nous faire tout petits à côté de ces chevaux qui nous font nous sentir si grands. Et puis le mot Adieu, même s’il est si cruel pour nous de le prononcer, et même s’il faudra du temps pour que la joie des souvenirs et la force de nouveaux espoirs ne viennent voiler la peine que nous ressentons aujourd’hui et combler un peu du vide que tu laisses. Et enfin le mot Merci. Parce que ce que tu nous as offert à tous est un cadeau inouï. Quand on aime les chevaux, on les aime tout le temps et on les aime pour toujours. »

Un stayer de classe. Issu d’une belle famille Juddmonte, celle de Kingman (Invincible), Oasis Dream (Green Desert), New Bay (Dubawi), Beat Hollow (Sadler's Wells)…, Martaline avait laissé entrevoir un réel potentiel à 2ans, courant à quatre reprises. À 3ans, ce poulain très allant s’est classé troisième du Prix La Force (Gr3), avant d’échouer en bon terrain dans le Prix du Jockey Club (Gr1) de Sulamani (Hernando). Toujours sur 2.400m, il a été capable de se classer deuxième du Prix Foy (Gr2) d’Ange Gabriel (Kaldounévées), lequel restait sur une deuxième victoire dans le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1). C’est à ce moment-là qu’André Fabre l’a progressivement réorienté vers les épreuves de grande tenue. Mais il lui a fallu attendre l’âge de 4ans et sa onzième sortie pour remporter son premier Groupe, le Prix d’Hédouville (Gr3). La même année, plus posé et plus maniable, Martaline a battu le record du Prix Maurice de Nieuil (Gr2). Il dominait en terrain bon souple Westerner (Danehill)? qui est ensuite devenu le grand cheval de tenue que l’on connaît (Ascot Gold Cup, Prix du Cadran, deux fois, Prix Royal Oak, deuxième de l’Arc…). C’est en fin d’année de 5ans, avec cinq victoires et 10 places en 19 sorties que Martaline a pris sa retraite sportive.

Plébiscité dès le départ. Quelques mois avant ses premiers pas en tant que reproducteur, à 3.500 € la saillie, Claude Beniada avait écrit à son sujet : « Difficile de trouver beaucoup mieux né que Martaline sur le marché des étalons rentrant cette année au haras (…) Il est, de plus, d’un modèle tout à fait impressionnant et dégage une solidité de bon aloi. » Managé de main de maître par les époux Forien, ses débuts furent flamboyants, avec pas moins de 114 saillies en première année de monte. Cela serait beaucoup en 2019 pour un débutant, mais c’était encore plus impressionnant à l’époque : il fut le quatrième sire le plus utilisé en 2005. Avec Linamix, Sadler’s Wells et Mill Reef, son papier le prédisposait clairement à donner des sauteurs. Sa première génération comptait le premier de ses black types en plat, Akarlina (Coupe de Maisons Laffitte et Prix André Baboin, Grs3). Sur les obstacles, ce fut le début d’un long feu d’artifice : sur les sujets ayant vu le jour en 2006, pas moins de 10 ont pris du caractère gras au cours de leur carrière. Ses premiers 3ans ont directement brillé comme Si tu Viens (deuxième du Prix Stanley, L), Nikoline (deuxième du Prix Wild Monarch, L)… La machine était lancée.

Une influence considérable. Il est difficile de résumer l’importance qu’a prise Martaline pour l’élevage français. Très connu outre-Manche, il a déjà produit plus de 1.100 chevaux dans notre pays. Trois de ses fils sont au haras – Nirvana du Berlais, Kitkou et Beaumec de Houelle – et c’est aussi le cas de 180 de ses filles. Ceux qui aiment les chiffres se souviendront qu’il a été l’un des premiers étalons d’obstacle à atteindre les 15.000 € de prix de saillie et qu’il fut par ailleurs à l’origine de 14 lauréats de Gr1, dont Beaumec de Houelle (Prix Cambacérès, Gr1), Terrefort (Betway Mildmay Novices' Chase & Betfred Tv Scilly Isles Novices' Chase, Grs1), We Have a Dream (Doom Bar Anniversary 4-y-o Juvenile Hurdle & Coral Future Champions Finale Juvenile Hurdle, Grs1), Srelighonn (Prix Ferdinand Dufaure, Gr1), Disko (Growise Champion Novice Chase & Flogas Novice Chase, Gr1), Chimère du Berlais (Prix Cambacérès, Gr1), Kotkikova (Prix Ferdinand Dufaure, Gr1), Very Wood (Albert Bartlett Novices' Hurdle, Gr1), Dynaste (Ryanair Chase & Kauto Star Feltham Novices' Chase, Grs1), Nirvana du Berlais (Prix Cambacérès, Gr1)… Ce mardi, Aliette Forien a précisé : « Martaline a eu une belle vie et une belle mort aussi. Il était en forme lorsqu’il est allé au paddock ce matin. Il laisse un grand vide et toute l’équipe du haras est sous le choc. Ce cheval nous a tant apporté. Rares sont les étalons d’obstacle qui, comme lui, sont capables de donner aussi des lauréats de Groupe en plat. Il vivait avec nous depuis près de quinze ans et c’était un rêve de cheval. Sa dernière génération est née en 2019. Dès le départ, les éleveurs français l’ont beaucoup aimé et il a largement justifié cette confiance. Nous avons la chance d’avoir plusieurs de ses filles – comme Presidente Line – ainsi que son fils Beaumec de Houelle au haras. Physiquement, ce dernier est l’exacte copie de son père au moment où il est entré au haras, tout en faisant preuve d’un tempérament plus posé. Nous y croyons beaucoup. »