Aethero, la jeune flèche de Hongkong vers The Everest

International / 19.11.2019

Aethero, la jeune flèche de Hongkong vers The Everest

Le téléphone de John Moore a sonné à plusieurs reprises ce dimanche, juste après le succès de son 3ans Aethero (Sebring) dans le Jockey Club Sprint (Gr2), épreuve préparatoire au Hong Kong Sprint (Gr1), à l’affiche le 8 décembre à Sha Tin.

Par Franco Raimondi

Le poulain vient de pulvériser les vieux sprinters de Hongkong en affichant un chrono (1’07’’58) très proche du record de Sha Tin sur 1.200m, performance réalisée dans la même course il y a douze ans par Sacred Kingdom (Encosta de Lago). Trois semaines plus tard, ce dernier avait remporté la belle avec Gérald Mossé et fut même élu meilleur sprinter du monde, un titre confirmé en 2009. John Moore qui, atteint par la limite d’âge, arrêtera sa carrière d’entraîneur en fin de saison, n’a pas dissimulé la raison de l’engouement pour Aethero : « Je ne peux pas en dire plus pour l’instant, mais mon fils George a reçu un appel et une place lui a été offerte au départ de The Everest 2020. Je vais en discuter avec son propriétaire car il y a plusieurs détails à régler. Avant tout, il faudra choisir son prochain entraîneur. Je sais que David Hayes va s’installer ici et je pense qu’il serait heureux d’entraîner le poulain. En plus, il y a le problème de la quarantaine. J’espère que les gouvernements trouveront un accord pour réduire la durée de l’isolement. Deux semaines ici et deux semaines en Australie, ce serait parfait. »

Sacred Kingdom 2.0… Même s’il s’agit d’une course qui aura lieu en octobre 2020, les bookmakers ont déjà proposé une cote de 10/1 pour Aethero dans le sprint le plus riche du monde… Sacred Kingdom avait 4ans quand il a remporté le Hong Kong Sprint. Avant ce succès, il comptait sept victoires en huit courses. Aethero est plus jeune d’un an et a aligné cinq victoires en six sorties. Sa seule défaite est intervenue lors de sa course de rentrée, à l’issue d’un parcours cauchemardesque dans un handicap de classe 2, dans lequel il était le grandissime favori.

Il vaut déjà un rating de 122… Dimanche, Aethero bénéficiait de dix livres de décharge accordée pour l’âge (d’après le calendrier de l’hémisphère sud, on est en avril). Le handicapeur de Hongkong vient de le remonter de 17 livres pour son succès. En sachant que la valeur handicap de Hongkong ne tient pas compte de la décharge, son rating local de 119, ajusté avec le poids pour âge, se transforme donc en 129, c’est-à-dire deux livres de plus que Beat the Clock (Road to Rock), lauréat de Gr1, et du lauréat du Hong Kong Sprint 2018 Mr Stunning (Exceed and Excel). Le dragster a affiché un Racing Post rating de 124 et il vaut autour de 122 de rating international, hallucinant pour un sprinter qui n’a couru que six fois. Si le chrono d’Aethero dans le Jockey Club Sprint est à 8 centièmes du record de Sacred Kingdom, il avait battu, il y a un mois, un autre record du vieux champion, celui de 1.000m en 54’’69 et cela, sans un seul vrai coup de cravache.

Un monstre de 565 kilos. Le petit poids (51 kilos) qu’il portait dimanche a une influence certaine sur le chrono. Et pour refroidir davantage l’enthousiasme, on pourrait même rajouter qu’Aethero ne ressemble pas à un petit 3ans de début de saison, bien au contraire. Si on le compare aux treize aînés auxquels il était affronté, un seul pesait plus que lui. Car c’est un monstre de 565 kilos. Le légendaire Silent Witness (El Moxie), qui avait gagné à deux reprises en invaincu le Hong Kong Sprint, alors que l'épreuve se courait sur 1.000m, avait un poids similaire au sien. Mais en fin de carrière, il avait atteint les 584 kilos. La classe et la vitesse ne se mesurent pas avec une balance…

Zac Purton déjà au régime. À l’inverse, le poids risque de devenir un léger problème pour Zac Purton, le champion des jockeys de Hongkong. Dimanche, il a dû laisser sa place au jockey d’origine mauricienne Karis Teetan. Aethero doit porter dans le Hong Kong Sprint 53 kilos, un poids que l’Australien n’a jamais porté lors de ces trois dernières saisons. Le pilote ne veut pas rater la monte et il a déclaré : « En début de saison, j’ai déjà perdu un peu de poids. Le sacrifice ne devrait pas être trop dur. » Le jeu en vaut la chandelle en tout cas.

En bas du pedigree, il y a Kenmare. Quand George Moore a acheté pour 575.000 AU$ (354.000 €) Aethero à la vente Inglis Australian Easter, il a devancé des acheteurs à la recherche d’un poulain de Golden Slipper (Gr1) et avec peut-être un profil de futur étalon. Un détail qui ne compte pas pour ses propriétaires, Andrea Tien et Arthur Cheng. Le jeune cheval est arrivé chez John Moore en janvier, débourré et déjà castré. Aethero est issu de Sebring (More than Ready), qui a remporté les Golden Slippers, les Sires Produce Stakes, et raté de très peu la Triple couronne des 2ans en se classant deuxième des Champagne Stakes (Grs1). Décédé en février, il a donné 33 gagnants de Groupe, dont plusieurs ont décroché leur titre sur 2.000m et plus, comme le champion Criterion. C’est de sa mère, Pinocchio (Encosta de Lago), une propre sœur de Racing to Win qui a gagné six Grs1, qu’il tient sa vitesse. Elle a produit le très bon 4ans Classique Legend (Not a Single Doubt), lauréat de Gr2 et sixième cette année de The Everest. En bas du pedigree, comme père de la troisième mère, on trouve le français Kenmare (Kalamoun), qui avait fait la navette en Australie bien avant un certain Danehill… 

Pour revoir la course, cliquez ici https://youtu.be/C4geDHfRRds