Dans quelles conditions se dérouleront les Hong Kong International Races ?

International / 18.11.2019

Dans quelles conditions se dérouleront les Hong Kong International Races ?

Par Anne-Louise Échevin

Le Hong Kong Jockey Club (H.K.J.C.) a annoncé, lundi, les jockeys qui seront en lice lors du populaire International Jockeys’ Championship de Happy Valley, le mercredi précédant les Hong Kong International Races de Sha Tin.

La France sera représentée par Pierre-Charles Boudot qui aura, face à lui, Frankie Dettori (Italie), Oisin Murphy (Grande-Bretagne), Ryan Moore (Grande-Bretagne), James McDonald (Australie), Colin Keane (Irlande), Yuga Kawada (Japon), Silvestre de Sousa (présent pour la défense de son titre) et, pour Hongkong, Zac Purton, Joao Moreira et le futur jockey tête de liste de Hongkong en 2019. Ce championnat des jockeys permet de lancer une grande semaine de fête pour les courses de Hongkong. Une fête qui sera sous très haute tension en 2019.

Happy Valley, déjà deux meetings annulés. L’International Jockeys’ Championship a lieu lors des traditionnelles nocturnes de Happy Valley. Les tensions entre les manifestants prodémocratie de Hongkong et les autorités ont encore franchi un cran ces derniers jours : l’école polytechnique de Hongkong, par exemple, a été qualifiée par le gouvernement de "zone d’émeutes" et la police y a lancé un assaut pour déloger les étudiants qui s’y sont enfermés, avec des tirs à balles réelles si nécessaire.

Happy Valley est en plein cœur de Hongkong. En septembre, le H.K.J.C., dans une nuit de protestation massive, n’avait pas eu d’autre choix que d’annuler un meeting où devait courir un cheval d’un propriétaire aux positions pro-Chine, ce qui avait attiré l’attention des manifestants. Le mercredi 13 novembre dernier, une seconde semi-nocturne d’Happy Valley a été annulée. Le H.K.J.C. a expliqué ce choix : « Le club suit de près la situation à Hongkong. Nous avons mené une étude sur les risques autour du meeting de courses de ce soir et avons conclu que la tension sociale permanente à travers le territoire ne nous permettait pas d’assurer la sécurité de nos employés et des turfistes, tout particulièrement pour quitter l’hippodrome dans de bonnes conditions. » Winfried Engelbrecht-Bresges, président du H.K.J.C., a réitéré en fin de semaine dernière : « Il est très difficile de faire rentrer les gens tard le soir. Et nous devons faire passer les gens en priorité, tout particulièrement nos employés. La situation peut changer du jour au lendemain et d’heure en heure. Il nous faut suivre cela avec attention. »

Réfléchir à un plan B. La situation peut en effet évoluer à tout moment à Hongkong mais, depuis le début du mouvement de protestation, elle ne fait qu’empirer. Le H.K.J.C. est donc en train de réfléchir à d’autres possibilités pour l’International Jockeys’ Championship. Winfried Engelbrecht-Bresges a expliqué : « Il y a deux ou trois scénarii possibles. Il nous faut examiner tout cela avec le gouvernement car, si nous devons changer de lieu, il y a tout un processus de consultation qui prendra une bonne semaine, avec différents départements impliqués. »

Sha Tin moins touché. Dimanche, Sha Tin tenait la journée de préparatoires pour les chevaux locaux en vue des Hong Kong International Races. La réunion a pu avoir lieu, avec une fréquentation d’un peu plus de 10.000 personnes : c’est beaucoup, compte tenu de la situation, mais c’est malgré tout deux fois moins qu’en 2018 pour cette réunion. Sha Tin est moins touché que Happy Valley par les manifestations, mais n’est pas à l’abri non plus du mouvement : le H.K.J.C. a ainsi dû démentir officiellement une rumeur selon laquelle l’hippodrome de Sha Tin avait été mis à disposition des forces de l’ordre, en raison des blocages du campus universitaire de Sha Tin.

Winfried Engelbrecht-Bresges a analysé : « Tout s’est parfaitement déroulé. Malgré les difficultés, le public a répondu présent. Les enjeux locaux ont quasiment fondu de 170 millions de dollars (HK$). Je pense que beaucoup de gens n’ont pas la tête à cela et beaucoup de lieux de paris hors hippodrome étaient fermés. Cela joue. Nous devons accepter cette baisse du chiffre d’affaires, mais ce n’est rien par rapport à d’autres entreprises de Hongkong. Pour le moment, les enjeux ne sont pas notre principale préoccupation. C’est la sécurité. Nous voulons que les courses se déroulent. Ce meeting de dimanche était essentiel pour la qualification et la forme de nos chevaux locaux qui se dirigent vers les courses internationales de Hongkong. Nous aimerions beaucoup que le public soit présent ce jour-là pour assister à un grand jour de course. Mais nous ne vivons pas dans des temps où le business se poursuit comme à son habitude. (…) Nous devons donc prendre des décisions dans la gestion des risques. Les temps sont difficiles et, lorsque c’est le cas, il faut parfois prendre des décisions difficiles aussi, basées sur les risques. »

Les entourages des chevaux seront tenus au courant des risques. L’attraction des Hong Kong International Races 2019 devrait être la championne japonaise Almond Eye (Lord Kanaloa), qui a fait le choix de la Hong Kong Cup plutôt que de la Japan Cup. L’entourage de la pouliche a annoncé faire ce choix grâce aux garanties du H.K.J.C. sur la sécurité d’Almond Eye. L’institution n’a, pour le moment au moins, constaté aucun danger dans le transport des chevaux vers Sha Tin. Encore une fois, la situation peut évoluer très rapidement, dans le positif – si tant est qu’une issue à cette crise politique puisse être positive – comme dans le négatif. Le H.K.J.C. va être transparent avec les entourages des différents chevaux, comme l’a expliqué Winfried Engelbrecht-Bresges : « Nous avons toujours l’idée de maintenir les Hong Kong International Races et nous allons discuter avec l’ensemble des entourages internationaux de notre étude des risques. Il y a des chances pour que certains ne viennent pas, ce que, je crois, nous nous devons de respecter. Mais nous restons optimistes sur nos chances d’avoir de bons chevaux au départ. »