Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le beau samedi des éleveurs français

International / 16.11.2019

Le beau samedi des éleveurs français

Le beau samedi des éleveurs français

Ce samedi, l’élevage français a brillé aux quatre coins du monde. Alors que la France dormait encore, Azuro (Myboycharlie) et Neufbosc (Mastercraftsman) se sont classés premier et troisième de la Sandown Cup (Listed, 3.200m) en Australie. Vers 15 h à Punchestown en Irlande, les "FR" ont décroché les trois premières places du Morgiana Hurdle (Gr1), avec la victoire de Saldier (Soldier Hollow) devant Petit Mouchoir (Al Namix) et le grand favori Klassical Dream (Dream Well). De l’autre côté de la Méditerranée, à Casablanca, les produits de l’élevage français ont remporté les quatre épreuves ouvertes aux chevaux étrangers de la première journée du meeting international du Maroc. Mieux encore, dans la grande épreuve internationale du jour, le Prix de la SOREC – Défi du Galop, ils se sont emparés des trois premières, Oriental (Smart Strike) devançant le tenant du titre Caravagio (American Post) et Dynamite Mus (Kentucky Dynamite).

Les entiers envahissent Auteuil. L’autre fait marquant de ce samedi, c’est la présence de trois entiers sur le podium du Prix de Beaugency. Sur les haies d’Auteuil, l’impressionnant Solo (Kapgarde) devance les très bien nés High King (Turgeon) et Gary du Chenet (Martaline). Cette année, le nombre d’entiers performant à bon niveau sur les obstacles français est vraiment impressionnant. Outre les trois chevaux précités, on peut penser de manière non exhaustive — et en se limitant à l’hippodrome de la Butte Mortemart — à For Fun (Motivator), Goliath du Berlais (Saint des Saints), Nirvana du Berlais (Martaline), Henry Brulard (Planteur), King Edward (Martaline), My Kalores (Lord du Sud), Le Lude (Turgeon), Moises Has (Martaline), Diplomat (Teofilo), Elmadam (Martaline)… Hier rares, ces futurs étalons sauteurs sont désormais nombreux et, en élargissant cette liste, cela représente une petite quinzaine de futurs reproducteurs pour le parc français. Deux ont d’ailleurs déjà une place annoncée au haras. À terme, le schéma de croisement de Solo (Kapgarde sur Balko) ou de Flying Startandco (Cokoriko sur Dom Alco), dont le père et le père de mère sont des sauteurs, va donc vraisemblablement devenir courant.