Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Une Assemblée générale de l’Association AQPS très suivie

Élevage / 24.11.2019

Une Assemblée générale de l’Association AQPS très suivie

L’Assemblée générale de l’Association AQPS a eu lieu ce dimanche matin à Auteuil au salon Kotkijet. Durant une bonne partie de la matinée, les intervenants se sont succédé, allant des représentants d’Arqana et Osarus, à François Boulard pour le programme ou encore Jean d’Indy. Le président de France Galop, Édouard de Rothschild, était également présent. Nous reviendrons en détail sur l’Assemblée générale lors de notre prochaine édition, tout en vous proposant dès ce soir, en annexe de ce journal, le discours du président, Hervé d’Armaillé. 

Le discours d’Hervé d’Armaillé à la 97e Assemblée générale de l’Association des éleveurs et des propriétaires d’AQPS

« Je tiens tout d’abord à vous remercier d’être venus si nombreux de tout le pays pour assister à la 97e Assemblée générale de l’Association des éleveurs et des propriétaires d’AQPS.

Il est toujours très satisfaisant de constater qu’une Association aussi vénérable puisse susciter autant de convoitises.

Impossible pour moi de commencer ce rapport moral sans évoquer les résultats des dernières élections à France Galop. Les listes Alliance Galop que nous avons formées ont remporté cinq sièges au Comité national, nos deux têtes de liste en région Île-de-France/Nord/Normandie ont été élues, et nos représentants dans les listes d’union dans le Centre-Est et dans l’Ouest ont été bien soutenus. Bravo à eux, à tous nos candidats et à tous nos sympathisants pour avoir réussi à susciter l’adhésion des électeurs.

Notre projet s’articulait autour de trois axes importants : la défense de l’obstacle, la valorisation des régions, l’élevage et les acteurs français. En somme, c’était un peu la trilogie des laissés pour compte de la pensée unique qui a prévalu ces dernières années. On en était tout de même arrivé à mettre en doute l’efficacité de la répartition 2/3-1/3.

Ce retour à l’essentiel, à savoir les courses et l’élevage, doit aussi beaucoup à la formidable mobilisation de nos adhérents au cours de la campagne. Alliance Galop et tous les soutiens de nos associations régionales sur le terrain ont vraiment fait la différence, car cette approche a permis aux électeurs de mesurer la profondeur de notre engagement.

Alliance Galop n’est pas une formation opportuniste, mais bien un mouvement d’hommes et de femmes de terrain, je dirais même de terroirs, désireux de défendre leur cause et leur vision.

On pensait l’obstacle condamné au seul prétexte qu’il générait moins de partants et moins d’enjeux. Or durant la campagne, l’ensemble des listes s’est positionné sur ce terrain en faveur de cette discipline ! Ce sursaut salutaire a permis à chacun de réaffirmer son attachement à nos racines et à la sauvegarde d’un leader de l’élevage européen.

Comme l’a très bien dit notre champion des propriétaires, Nicolas de Lageneste, nous avons remis l’église au milieu du village.

À présent, nous devons tous travailler, et pour cela, il faut que nous puissions être représentés comme il se doit au sein du Conseil d’administration.

Pendant ces six mois de campagne, la vie de l’association a bien sûr continué avec les succès des concours de Paray-le-Monial, Decize et Le Lion-d’Angers. Ces événements sont devenus des rendez-vous incontournables pour tous les éleveurs mais aussi pour tous ceux qui s’intéressent à notre élevage, nos partenaires propriétaires et entraîneurs, et tous les commerciaux d’Europe. Les succès de nos chevaux sur les pistes sont nos meilleurs arguments, mais les concours sont des moments forts de notre activité, des repères essentiels. Leur organisation demande beaucoup d’efforts et d’énergie, c’est un fait, mais cela n’est jamais vain. Dès lors, il faut que nous fassions en sorte de soulager autant que faire se peut ceux qui ont choisi de participer.

Je note aussi que l’étalonnage AQPS, et plus généralement pour l’obstacle, se porte bien. Des champions d’Auteuil sont entrés au haras ces derniers mois pour soutenir notre élevage et continuer de travailler à améliorer notre génétique. Le nombre des naissances AQPS en 2019 a encore progressé pour se maintenir au-dessus du millier. Nous devrions sentir progressivement les conséquences de ce retour à la croissance dans les pelotons. Ce n’est pas une fin en soi, mais il faut tenter de contribuer autant que possible à améliorer la situation.

Pour autant, on a pu observer lors des dernières ventes d’Automne Arqana que la demande restait très sélective. Il ne faut donc pas s’emballer, ni confondre la chèvre et le chou. Un cheval d’obstacle, qui plus est un partant à Auteuil, et à plus forte raison un gagnant à Auteuil, cela demande du temps et de la patience. Beaucoup sont appelés, et peu sont élus. Il ne faut jamais perdre cette caractéristique de vue.

C’est méconnaître notre élevage que de le réduire à des calculs de coin de table ou quelque coup de vente. Chaque victoire a un prix et chaque cheval d’obstacle a une histoire, faite d’imprévus, de longues pauses et d’incidents. Pour tout cela, il y a un prix à payer que chaque éleveur et chaque propriétaire présent ici connaît bien. C’est aussi ce qui fait la beauté de chaque succès.

Les nouvelles sont donc plutôt bonnes pour l’AQPS. Il faut s’en réjouir. Mais il ne faut pas pour autant se laisser aller. Les aléas de l’élevage d’obstacle nous rappellent tous les ans, et à chaque saison, que rien n’était acquis.

Notre programme de sélection en plat passe maintenant par treize courses de Groupe. Désormais, ces épreuves sont reconnues par les agences de vente au niveau international et c’est une excellente façon de promouvoir notre élevage. Les organisations internationales et France Galop, qu’il faut remercier de son soutien, en particulier grâce à Henri Pouret, ont entériné notre demande. Nous pouvons désormais nous concentrer sur d’autres objectifs.

Dans quelques instants, Claude-Yves Pelsy, président de l’Association du Centre-Est, présentera le catalogue d’élevage digital. C’est un projet très ambitieux qui devrait permettre à tous les éleveurs qui le désirent de promouvoir efficacement leur élevage. Tous les haras peuvent ainsi être présentés de façon pratique et facile au monde entier.

(…)

Je voudrais maintenant remercier les administrateurs et leurs conjoints du temps et de l’énergie qu’ils consacrent à notre Association, aux collaborateurs de France Galop, aux donateurs de belles saillies pour notre tirage au sort, et à vous tous de nous témoigner votre soutien pour défendre l’AQPS, mais aussi l’obstacle dans son ensemble, contre vents et marées.

Ce fut une grande satisfaction de vous compter aussi nombreux et motivés pendant les dernières élections. Et donc, encore une fois, un grand merci ! »