Le mot de la fin - Précocité

Le Mot de la Fin / 25.11.2019

Le mot de la fin - Précocité

Le monde de l’équitation aime reprocher aux professionnels des courses leur utilisation précoce des chevaux. Pourtant, il est intéressant de constater que les choses ont beaucoup évolué dans le saut d’obstacle à travers le temps. Aujourd’hui, un 7ans est considéré comme un jeune cheval et beaucoup d’épreuves sont fermées aux sujets âgés de moins de 8ans. Beezie Madden a l’un des palmarès les plus riches de l’histoire des sports équestres et elle a déclaré : « À cause de la technicité de ce sport, il faut plus de temps pour former un cheval de Grand Prix. Par le passé, vous pouviez voir un 6ans dans un Grand Prix, mais ce temps est révolu. » C’est donc pour des questions d’immaturité technique qu’un 6ans ne peut plus prendre part aux grandes épreuves. Alors que beaucoup de pratiquants du concours hippique font fausse route et pensent qu’il s’agit d’immaturité physique. On voit d’ailleurs une dérive dans l’univers du dressage, où de plus en plus de chevaux sont débourrés après l’âge de 3ans. Pourtant le travail, s’il est bien dosé, est positif pour le jeune cheval, quelle que soit sa race. En 2012, une étude a été publiée par des chercheurs néozélandais. Elle portait sur 4.683 pur-sang et a prouvé qu’un cheval entraîné de bonne heure aura une meilleure santé musculo-squelettique sur le long terme. Ainsi, selon cette étude, ceux qui ont couru à 2ans ont des carrières plus longues et plus fructueuses que ceux qui ont fait leurs premiers pas à 3ans…