PRIX CONGRESS (GR2) - Dream Wish, un drôle de poulain

Courses / 02.11.2019

PRIX CONGRESS (GR2) - Dream Wish, un drôle de poulain

PRIX CONGRESS (GR2)

Dream Wish, un drôle de poulain

Dream Wish (Dream Well) est un drôle de cheval… Le représentant de la famille Papot a été extrêmement dur pour s’imposer dans le Prix Congress (Gr2), triomphant de bout en bout dans cette épreuve. Il venait d’ouvrir son palmarès d’une manière similaire dans le Prix Noiro (L), mais ses adversaires l’avaient plutôt laissé faire dans le parcours. Ce samedi, ils ne l’ont pas lâché, le maintenant toujours sous pression.

Dream Wish a mené, sautant parfaitement tous les obstacles, dont un magnifique bond à la rivière des tribunes, que tous ces bébés steeple-chasers découvraient. Dream Wish a commencé à subir les attaques entre les deux derniers obstacles et, au saut de la dernière haie, Road Senam (Saint des Saints) était à sa hauteur et paraissait devoir le manger tout cru. Pourtant, Dream Wish a fait preuve d’un grand courage et est reparti, repoussant l’attaque de Road Senam puis celle d’Al Cuarto ** (Nicaron). Il s’impose de trois quarts de longueur devant Al Cuarto, lequel conserve une encolure sur Road Senam. Mauricius (Kapgarde) est quatrième à une longueur et demie, les autres étant à distance.

Un poulain amené à être mieux sur plus long. Dream Wish est transformé depuis qu’il a les œillères australiennes. Le représentant de la famille Papot, avec cet artifice, n’avait été battu que d’une tête par Mauricius dans le Prix Kargal avant de remporter facilement le Prix Noiro. Ce samedi, il s’impose en bon poulain d’autant plus que, selon son entraîneur Dominique Bressou, il n’avait pas tout pour lui : « J’étais un peu inquiet par rapport au terrain, qui est finalement assez roulant. Peut-être que, grâce au décordage, la piste était plus porteuse. L’autre jour, il était allé devant et tout le monde savait que ça allait encore être le cas aujourd’hui. Il l’avait laissé faire mais, cette fois, ils l’ont suivi. C’est certainement sa dernière sortie de l’année : il est bien formé sur le steeple et je ne pense pas le remettre sur les haies. Il m’étonne à chaque sortie : il est vraiment très dur et il ne fait que progresser. Je pense qu’il sera beaucoup mieux sur 4.400m et en terrain pénible. Dream Wish devrait durer : il n’en fait pas trop le matin, ne fait que progresser et il est dur. »

La belle année de la famille Devin. Dream Wish a été élevé par Antonia Devin, qui a vécu une grande année comme éleveur, en plat comme en obstacle : Dream Wish, mais aussi Invincible Dina (Doctor Dino), qui vaut mieux que sa performance du Bournosienne et a été l’une des meilleures 3ans au printemps… Mais il faut aussi citer Doctor Squeeze (Doctor Dino), lequel a sa place au départ du Prix Renaud du Vivier (Gr1), Lady Ardilaun (Soldier of Fortune), engagée dans le Prix Sytaj… En plat, on pense notamment à Villa Rosa (Doctor Dino), lauréate de La Coupe de Maisons-Laffitte (Gr3).

On retrouve Al Cuarto. Impérial lors de ses deux premières sorties au printemps, Al Cuarto avait ensuite déçu. Le pensionnaire de Guillaume Macaire remontre un bien meilleur visage ce samedi. Il venait de courir proprement dans le Prix Noiro et réalise une très bonne performance dans ce Prix Congress : c’est de bon augure pour la suite, d’autant qu’il a le profil pour progresser avec l’allongement de la distance. Giles Alus, compagnon de Marie-Laurence Oget, copropriétaire du cheval avec Pierre Pilarski et Palmyr Racing, nous a dit : « Le cheval a un excellent mental, il est très froid et ne se fait pas mal. Après un très bon début de printemps, il s’était peut-être un peu endormi. Il a couru les premières courses de 3ans et a eu une saison chargée. Aujourd’hui, on retrouve le cheval que l’on a connu en début d’année. Je pense qu’il sera beaucoup mieux au printemps de ses 4ans, sur 4.400m. Ce qu’il a fait aujourd’hui est très prometteur pour l’avenir. »

Road Senam ne démérite pas. Les pensionnaires de François Nicolle ont pris la troisième et la quatrième place de ce Prix Congress. Road Senam a un instant fait illusion avant de s’avouer vaincu, sans démériter. Mauricius se comporte très bien dans cette arrivée serrée entre les quatre premiers. L’entraîneur nous a dit : « Road Senam aurait dû durcir la course plutôt que de rester à trois quarts de longueur. D’habitude il est un peu mou et fait des fautes, là il était plus réveillé et n’a pas fait d’erreurs. La course s’est finie sur un déboulé ce qui ne l’a pas avantagé. Je regrette que le terrain n’ait pas été défoncé lourd. Mais si la finalité c’est d’en faire des chevaux de Grand Steeple il faut passer la rivière mais aussi le gros open ditch ce qui change la physionomie de la course. Mauricius a très bien couru il a fait toutes les préparatoires et il est toujours là. Il court sa valeur étant en dessous de Dream Wish et Road Senam. Il sera peut-être mieux sur une piste moins souple même s’il va partout. »

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2019/Dream-Wish.pdf

Une superbe souche du Mesnil. Dream Wish est un élève d’Antonia Devin. Il a été vendu une première fois par le haras du Mesnil en décembre 2016 chez Arqana. Guy Petit avait signé le bon à 25.000 €. Le poulain a ensuite été présenté par le haras de la Croix Sonnet en novembre 2017 sur le même ring. Il a été acheté 50.000 € par l’agence FIPS-FBA, déjà en compagnie de la famille Papot. En décembre 2017, Xavier Papot a aussi acheté sa mère Ladies Wish (Turgeon). Elle avait coûté 80.000 €, alors qu’elle était pleine de Doctor Dino. Dream Wish est son premier gagnant. Ladies Wish est gagnante en obstacle et a pris des places à Auteuil. La deuxième mère Ladies View (Comrade in Arms) a remporté le Prix Duc d’Anjou (L) et a bien produit. Elle a donné Ladies Choice (Turgeon), gagnante du Prix Fleuret (Gr3), Ladytown (Turgeon), du Prix Prince d’Écouen (L) et troisième du Prix Christian de Tredern (L, à l’époque), et Ladies Vision (Turgeon), deuxième d’un Prix Finot (L).

On retrouve encore de bons sauteurs sous la troisième mère, Ballyshannon (Rex Magna), notamment deuxième mère du "chouchou" du public et du Mesnil, le célèbre Shannon Rock (Turgeon), retraité en fin d’année 2017 avec 1,8 million sur son compte en banque. Ce dernier a terminé quatre fois deuxième du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) et s’est imposé dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1). Ballyshannon est aussi la mère de Pampalino (Pampabird), gagnant du Grand Prix de la Ville de Nice (Gr3), ou encore de Razzamatazz (Always Fair), gagnante du Roger de Minvielle (L).

Northern Dancer

Sadler’s Wells

Fairy Bridge

Dream Well

Alleged

Soul Dream

Normia

DREAM WISH (H3)

Caro

Turgeon

Reiko

Ladies Wish

Comrade in Arms

Ladies View

Ballyshannon