TRIBUNE LIBRE - Déjeuner à l’hippodrome ne doit pas être un parcours du combattant

Courses / 06.11.2019

TRIBUNE LIBRE - Déjeuner à l’hippodrome ne doit pas être un parcours du combattant

Par Annick Aubry-Dumand, propriétaire

« Je me permets de vous livrer mon expérience personnelle de la restauration à l’hippodrome d'Auteuil. Au printemps, nous voulions faire découvrir à deux jeunes couples avec enfants les courses à Auteuil (ils souhaitaient investir…). J’avais donc tenté de joindre la brasserie par téléphone afin d’y réserver une table, en vain. Nous étions tout de même venus à 10 personnes, mais la brasserie affichait complet. Malgré tout, nous avions pu déjeuner une petite planche de charcuterie et de fromage… le seul menu possible.

La semaine passée, pour les 48 h de l’obstacle, j’ai cherché une nouvelle fois à réserver pour venir déjeuner le samedi ou le dimanche avec des amis. Si la première expérience m’avait un peu refroidie, la seconde, en revanche, me laisse perplexe car :

- Il me fut impossible de joindre le restaurant panoramique, alors qu'il y avait ce jour-là des courses à Auteuil !

- Il me fut impossible de joindre une personne responsable des réservations à France Galop !

- Il me fut impossible de joindre la personne via le numéro de portable indiqué !

- Il me fut impossible de joindre quelqu’un via le numéro de téléphone qui figure sur Google, pour la simple et bonne raison que ce numéro n’est pas attribué !

Nous avons beau nous persuader qu’aux courses, l'accueil est convivial, l’ambiance est chaleureuse et qu’investir dans les chevaux est sympathique... Nous constatons que ce n'est plus le cas !

Un déjeuner-spectacle est, il me semble, un bon moyen de faire découvrir les courses et de faire revenir le public sur les hippodromes. Mais encore faut-il que les restaurants existent et que l’on puisse y réserver une table...

Tenaces, nous avons malgré tout, en téléphonant à France Galop quelques jours plus tard et après avoir eu plusieurs interlocuteurs au bout du fil, réussi à faire une réservation.

Samedi, premier jour des 48 h de l’obstacle, le restaurant était à moitié vide ! Et il l’aurait été certainement encore davantage si nous n’avions pas insisté dans notre démarche. Si le menu était bon et le service tout à fait correct, je plains tout de même les équipes du restaurant qui, elles aussi, sont victimes de cette situation.

En revanche sur internet, vous avez beaucoup de renseignements sur l’hippodrome de Vincennes et j’espère, pour nos amis trotteurs, qu’ils sont encore d’actualité ! »