Des journées de formation gratuites pour les salariés du milieu hippique

Courses / 02.12.2019

Des journées de formation gratuites pour les salariés du milieu hippique

La sécurité des hommes et les chevaux est primordiale. Et il est toujours possible de progresser sur ce point. Vendredi dernier, un groupe de salariés a pu suivre gratuitement un stage de formation dirigé par Nicolas Blondeau et Mathilde Lefèvre, au haras de la Haie Neuve. Tangi Saliou, directeur du haras, nous a dit : « Avec Marie-Laure Collet, du haras de Clairefontaine, et le garçon de voyage de Joël Boisnard, nous avons organisé un stage financé par les organismes du Fafsea, réservé aux salariés agricoles, et du Vivea, réservé aux responsables d’entreprises agricoles. Ce stage est gratuit pour les employés : il y a un budget formation de 2.500 € maximum par salarié. Les personnes présentes ont pu apprendre des règles de sécurité et échanger avec les représentants de l’école Blondeau. J’ai mis à leur disposition une dizaine de chevaux, dont certains qui avaient des problèmes à l’embarquement, et Nicolas Blondeau a réglé le problème grâce à des exercices de soumission rapides et efficaces en termes de sécurité. Au niveau de la Fédération des éleveurs, nous sommes en train de mettre en place une convention avec la jumenterie du haras du Pin, afin de former le personnel et les chefs d’entreprise. Le meilleur moyen de progresser, c’est de se former ! »

Apprendre à coopérer au mieux avec l’animal. Florence Blondeau, directrice de l’école Blondeau, nous a expliqué : « Cette formation a été créée en partenariat avec le label EquuRES et la F.F.E. Le but est de comprendre comment coopérer au mieux avec le cheval. Ces journées de formation sont prises en charges à 100 % pour les salariés, et à 80 % pour les responsables d’exploitation. On peut intervenir aussi bien dans les haras que chez les entraîneurs, et dans beaucoup de régions. Nous avons déjà organisé des stages de ce genre chez Pierre Levesque, au haras des Coudraies, chez Stéphane Cérulis ou encore chez Markus Nigge. Ils sont ouverts aux gens venant de tous les horizons, et pas seulement des courses. »