GRAN PREMIO CARLOS PELLEGRINI (GR1) - Le brésilien Nao Da Mais fait pleurer l’Argentine

International / 15.12.2019

GRAN PREMIO CARLOS PELLEGRINI (GR1) - Le brésilien Nao Da Mais fait pleurer l’Argentine

GRAN PREMIO CARLOS PELLEGRINI (GR1)

Le brésilien Nao Da Mais fait pleurer l’Argentine

Trois dénouements du Gran Premio Carlos Pellegrini (Gr1), l’Arc de Triomphe de l’Amérique du Sud, auraient contenté les turfistes argentins. Une victoire de la pouliche Joy Canela (Fortify) aurait fait plaisir aux plus fins des connaisseurs, un triomphe du vétéran Pablo Falero, qui tirait sa révérence après une carrière fantastique, aurait été symbolique, alors qu’un succès du lauréat du Nacional (Gr1), le Derby, Mirinaque (Hurrican Cat) aurait constitué le meilleur résultat d’un point de vue technique. Mais la course a viré au cauchemar, et c’est le brésilien Nao Da Mais (T H Approval) qui a joué un bien vilain tour aux burreros, le surnom donné aux turfistes en Argentine. Lauréat du Derby Paulista (Gr1) et de deux autres Grs1 cette année, le 3ans avait tout à fait le droit de l’emporter, mais il est parti en outsider, à 22/1, pour la simple raison qu’un brésilien qui remporte le Pellegrini est un sacrilège.

Nao Da Mais, associé au vétéran (50 ans) Carlos Lavor, a tout de suite été placé en tête, calé à la corde, et il a endormi ses rivaux sur un faux train. Il a placé son démarrage à 600m du poteau, alors que Joy Canela a manqué de tenue. Mirinaque, lui, a fini très fort en pleine piste, mais il a dû se contenter de la deuxième place à trois quarts de longueur. Fromm (Treasure Beach), le cheval de Falero, a largement déçu. Nao Da Mais n’a rien volé, mais l’ambiance n’était pas celle des grands soirs à San Isidro. La seule consolation pour les turfistes aura été le succès dans la première des dix-huit courses de Pablo Falero.