Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE MAGAZINE - Muhtathir, celui que l’on n’attendait pas

Élevage / 02.12.2019

LE MAGAZINE - Muhtathir, celui que l’on n’attendait pas

Ce dimanche, Envoi Allen est devenu le 4e gagnant de Gr1 de Muhtathir sur les obstacles. Alors qu’il entre dans sa 25e année, ce dernier est l’un des plus vieux étalons de France… mais il est aussi l’un des trois seuls sires français à avoir donné cinq gagnants de Gr1 dans l’hémisphère nord en plat (avec Lawman et Manduro). Son histoire sort des sentiers battus et nous vous proposons de la parcourir en 10 dates clés.

Par Adrien Cugnasse

  1. Elmaamul (Diesis) fut un remarquable cheval de course. Troisième du Derby d’Epsom (Gr1) de Quest for Fame (Rainbow Quest), il a ensuite été raccourci sur 2.000m, distance sur laquelle il a remporté deux Grs1 en bon terrain à 3ans : les Eclipse Stakes et les Phoenix Champion Stakes (Grs1). En 1991, Elmaamul fit son entrée au haras au cœur du Kentucky qui l’avait vu naître, au moment où la concurrence était très forte dans la branche anglaise de Shadwell (Nashwan, Unfuwain, Green Desert…). Comme Andrew Caulfield l’a expliqué quelques années plus tard : « A l’époque où Elmaamul est entré au haras, l’élevage américain se concentrait sur la vitesse, tout en montrant beaucoup de méfiance vis-à-vis des étalons de gazon. » En 1993, seulement 29 saillies furent vendues au tarif de 5.000 $. Le cheval fut donc rapatrié en Europe où il a successivement fait la monte à Eagle Lane Farm en Grande-Bretagne, à l’Allevamento di Besnate en Italie, et enfin à Beechwood Grange Stud dans le nord de l’Angleterre. En 2006, l’année de sa mort, il officiait à 2.000 £. Paolo Crespi, de l’Allevamento di Besnate, nous a confié : « C’était un remarquable cheval de course, puis un étalon sérieux, mais il n’a jamais été reconnu comme tel et le marché a été impitoyable. C’est malheureusement le destin de beaucoup d’étalons tout à fait valables à l’heure où la vitesse, la précocité et la mode priment. Pourtant, le rêve, c’est tout de même d’élever un classique. » À ce stade, difficile d’imaginer qu’un fils d’Elmaamul va réussir au haras quelques années plus tard.
  2. Shadwell a toujours soutenu son étalon et c’est ainsi que lors de son retour en Angleterre, Elmaamul saillit Majmu (Al Nasr) pour donner naissance à Muhtathir (Elmaamul) en 1995. Richard Lancaster, qui dirige l’entité hippique du cheikh Hamdan Al Maktoum, nous a expliqué : « Majmu était une bonne pouliche. Elle tenait 2.000m mais avait remporté les May Hill Stakes (Gr3) sur le mile de Doncaster. De son côté, Elmaamul était aussi un miler mais qui avait assez de tenue pour se classer troisième du Derby. Issu de la lignée de Sharpen Up, il représentait un outcross complet pour la jument. Ce croisement a donné Muhtathir qui est parti dans un premier temps à l’entraînement chez John Gosden, lequel avait déjà eu sa mère. Il a été performant au niveau Groupe tous les ans, de 2ans à 5ans, voyageant beaucoup et avec succès. » Majmu n’a pas donné naissance à d’autres black types parmi ses sept autres partants. La deuxième mère n’a pas produit de gagnant significatif en dehors de Majmu.
  3. Muhtathir fut un bon 2ans. Bien qu’entraîné outre-Manche, il s’est classé deuxième des Prix des Chênes (Gr3) de Second Empire (Fairy King). Cette génération française était solide et Muhtathir fut considéré comme le quatrième meilleur 2ans vu dans l’Hexagone en 1997 derrière Xaar (Prix de Salamandre & Dewhurst Stakes, Grs1), Chargé d’Affaires (Prix Morny, Gr1) et Second Empire (Grand Critérium, Gr1). Poulain généreux, parfois même trop allant en compétition, Muhtathir a couru cinq fois à 2ans et sept fois à 3ans. Troisième du Thresher Classic Trial (Gr3) pour sa rentrée, il montrait à cette occasion que les 2.000m étaient le bout du monde pour lui. De retour sur le mile, il s’est alors classé deuxième de la Poule d'Essai des Poulains (Gr1) en bon terrain. Transféré chez Saeed bin Suroor, Muhtathir a beaucoup pris l’avion en 1999, volant des Émirats Arabes Unis au Japon, en passant par l’Angleterre et l’Italie où il a remporté le Premio Vittorio di Capua (Gr1). L’année suivante, dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1), un match était annoncé entre le tenant du titre, Dubai Millennium (Prince of Wales's Stakes, Queen Elizabeth II Stakes & Dubai World Cup, Grs1), et le déjà quadruple lauréat de Gr1 Sendawar (Poule d'Essai des Poulains, Prix du Moulin de Longchamp, St. James's Palace Stakes et Prix d’Ispahan, Grs1). Mais Dubai Millennium, accidenté, a finalement décliné la lutte. Le cheikh Mohammed Al Maktoum et Saeed bin Suroor ont alors pris la décision d’envoyer à la place le sparring partner de leur champion. Son nom ? Muhtathir ! Faire le train pour Dubai Millennium à l’entraînement a de quoi épuiser plus d’un bon cheval. Pourtant, l’alezan avait encore de la réserve. Dans une course très rythmée, sous la selle d’un Dettori survolté, Muhtathir a remporté le Gr1 de Deauville de trois longueurs d’avance… et à la surprise générale (20/1) !

Photo : Muhtathir surclasse l’opposition dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois CREDIT Scoopdyga

  1. Muhtathir a couru dans huit pays différents et la fin de son année de 5ans a coïncidé avec son entrée au haras. Rirchard Lancaster se souvient : « C’est un très bel individu et en course, il a fait preuve d’une réelle dureté, à haut niveau qui plus est. Un véritable cheval de course. L’équipe de l’époque a pensé qu’il aurait plus sa chance de sortir en tant qu’étalon dans votre pays, ayant réalisé ses plus belles performances en France. Hubie de Burgh a alors trouvé un accord avec Alain Brandebourger en 2001. » Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu au haras des Chartreux. Et Shadwell a donc souhaité rapatrier le cheval en Grande-Bretagne. Richard Lancaster poursuit : « C’est alors que le haras du Mézeray a manifesté son intérêt pour Muhtathir, notamment du fait que la lignée mâle de Sharpen Up leur avait apporté une certaine satisfaction avec Trempolino. C’était donc un choix logique de le laisser en France et la suite a donné raison aux personnes qui ont fait confiance à Muhtathir.  » Au début des années 2000, le parc étalon français n’avait pas sa cote actuelle. Et d’ailleurs, on notera que parmi la trentaine de débutants de 2001, Muhtathir est le seul à avoir résisté à l’usure du temps.
  2. La génération inaugurale de 2ans de Muhtathir a couru en 2003. Et là, le miracle est arrivé. Au sein de cette première production, il a donné Doctor Dino deuxième du Prix de Condé (Gr3) à 2ans. Ce dernier est ensuite devenu un cheval de Gr1, tout comme une pouliche née la même année et qui a pris son envol à 3ans : Satwa Queen (Prix de l'Opéra, Gr1 ; Prix Jean Romanet, Gr2, deux fois ; Prix Vanteaux & Prix de Psyché, Grs3). En 2004, Muhtathir n’eu que 18 produits, et en 2005 son prix de saillie est descendu à 3.500 €. Pourtant grâce à la constance de sa production, sa cote est progressivement remontée. En dehors de quatre saisons à 10.000 € ou plus, l’étalon du haras du Mézeray a toujours officié à moins de 8.000 €. En plat, on lui doit 45 black types.
  3. Née pour le plat et issue de la deuxième génération de son père, Kruguyrova (Muhtathir) a rapidement été orientée sur les obstacles par Christian Scandella. À 3ans, elle s’est classée troisième du Prix Général de Saint-Didier (Gr3) et deuxième du Prix de Chambly (L). La consécration est arrivée en 2010 avec la victoire de Salder Roque (Muhtathir) dans le Prix Alain du Breil (Gr1). Ce dernier fut le premier des quatre gagnants de Gr1 sur les obstacles de Muhtathir (avant Twinlight, Quel Destin et Envoi Allen). L’étalon du haras du Mézeray approche de la vingtaine de black types sur les obstacles. Même si sa sœur a gagné quatre courses dans cette discipline en Angleterre, au départ, Muhtathir n’avait pas franchement le profil pour devenir un père de sauteurs. Traditionnellement, en France, ce sont les chevaux de tenue qui réussissent dans ce rôle, comme Cadoudal (Prix Hocquart, Gr2, 2.400m), Garde Royale (Prix Jean de Chaudenay, Gr2, 2.400m), Mansonnien (Prix Exbury, Gr3, 2.000m), Dom Pasquini (2e du Grand Prix de Deauville, Gr2, 2.700m à l’époque), Le Pontet (Grande Course de Haies d'Auteuil) ou encore Vidéo Rock (2e du Prix Niel, Gr2, 2.400m)… Et c’est toujours le cas actuellement. De 2009 à 2018, 14 étalons apparaissent trois fois ou plus dans le top 10 français. On trouve des stayers (Martaline, Turgeon…), des chevaux de Groupe à Auteuil (Saint des Saints, Kapgarde, Dom Alco, Balko, Nickname…) ou encore des sujets capables de briller sur 2.400m (Poliglote, Network, Ballingarry, Lavirco, Trempolino, Califet…). On peut trouver quelques belles exceptions en cherchant bien, à l’image de Nikos (Prix Edmond Blanc, Gr3), Laniste (Grand Handicap de Deauville) et Muhtathir ! Bien que miler, ce dernier ne détériore pas la tenue : neuf de ses 12 gagnants de Groupe en plat ont brillé sur une distance égale ou plus longue à celle de leur mère…
LES 12 GAGNANTS DE GROUPE EN PLAT DE MUHTATHIR
Cheval Meilleure(s) performance(s) Mère Meilleure(s) performance(s)
Doctor Dino Hong Kong Vase (Gr1, 2.400m), deux fois, Man O'War Stakes (Gr1, 2.200m) Logica Course D à Deauville sur 2.500m
Grace Lady Prix Corrida (Gr2, 2.100m) Parcelle de Sou Prix Girofla (Haies, 3.500m)
Headache  Prix d'Arenberg (Gr3, 1.100m) Psycadelic Prix de la Canardière (1.500m)
Hippy Grand Prix de Vichy (Gr3, 2.000m) Peace and Love Course F sur 2.300m au Lion-d'Angers
Indonésienne Prix Marcel Boussac (Gr1, 1600m) My Darshaan  Course à condition sur 1.400m
Little Nightingale  Prix Cléopâtre (Gr3, 2.100m), troisième du Prix de Diane (Gr1, 2.100m) L'Étoile de Moscou 2e du Prix Petite Étoile (L, 2.100m)
Mauralakana Beverly D Stakes (Gr1, 1.900m). Battue d'un nez dans le Glens Falls Handicap (Gr3, 2.200m) Jimkana Handicap en valeur 28,5 sur 2.150m
Mille et Mille  Prix du Cadran (Gr1, 4.000m) Quezon Sun 3e du Prix Petite Étoile (L, 2.100m)
Phelps Win  Prix de Guiche (Gr3, 1.800m) Take Grace Prix Miss Satamixa (L, 1.500m)
Satwa Queen  Prix de l'Opéra (Gr1, 2.000m) Tolga A donné deux autres black types sur 1.600m et moins
Silas Marner Prix Edmond Blanc (Gr3, 1.600m) Street Kendra Handicap en valeur 40 sur 1.600m
Zamaam Abu Dhabi Championship (Gr3, 2.200m) Nasheed Gagnante de Listed sur 2.000m
  1. C’est avec la victoire de Robin of Navan (American Post) dans l’édition 2015 du Critérium de Saint-Cloud (Gr1) que Muhtathir s’est affirmé en tant que père de mères. Il a poursuivi avec Holdthasigreen (Hold that Tiger), gagnant du Prix Royal-Oak (Gr1) en 2018. Ce dernier a confirmé cette année en remportant le Prix Cadran (Gr1), alors qu’au mois d’octobre, Mkfancy (Makfi) a gagné le Critérium de Saint-Cloud (Gr1)… comme Robin of Navan quelques années plus tôt ! Toujours en 2019, Rockemperor (Holy Roman Emperor) a décroché la troisième place des Belmont Derby Invitational Stakes (Gr1).
  2. Doctor Dino (Muhtathir), le meilleur produit de son père, est entré au haras du Mesnil en 2010. Proposé à seulement 3.000 € la saillie, il a donné 32 produits en 2011, 28 en 2012, 17 en 2013 et 18 en 2014… Très peu d’étalons sont capables de tirer leur épingle du jeu avec une production aussi numériquement réduite. C’est pourtant l’exploit qu’il a réalisé. Désormais père de 21 black types (six en plat et 15 sur les obstacles, dont les gagnants de Gr1 Master Dino, Sceau Royal, Sharjah et Sharjah), son prix de saillie a été multiplié par plus de cinq ! Richard Gibson, qui fut son entraîneur, nous a expliqué : « C’est un cheval exceptionnel, le rêve de tout entraîneur et de tout propriétaire. Il avait un super mental et était très sain. Si bien que cela ne m’étonne pas qu’il produise aussi bien en plat que sur les obstacles. Il avait assez de vitesse pour gagner un maiden à Deauville au mois de juillet de ses 2ans, l’important Prix d’Étreham (1.500m). C’est un cheval qui n’a jamais cessé de progresser tout au long de sa carrière : il est monté neuf fois sur le podium au niveau Gr1 et a remporté cinq Groupes. À 3ans, il a couru une grande édition du Prix du Jockey – celle de Shamardal et d’Hurricane Run – et il a ensuite fait deux fois le tour de la terre. C’est le plus grand voyageur de sa génération et c’est un cheval remarqué pour son physique partout où il passé. Sa réussite au haras est largement à mettre au crédit de la famille Devin qui l’a abondamment soutenu au départ. Aujourd’hui, sa réussite est éclatante sur les obstacles. Mais il ne faut pas que les éleveurs de plat l’oublient : Doctor Dino a donné deux pouliches de Gr1 dans cette discipline et il était lui-même black type à 2ans. »
  3. Avec l’impressionnante victoire d’Envoi Allen dans un bumper labellisé Gr1 en mars à Cheltenham, Muhtathir a très bien démarré l’année. Et 2019 s’est révélée une belle saison pour lui. Ce dimanche, Envoi Allen a survolé le Baroneracing.com Royal Bond Novice Hurdle (Gr1)… il est désormais invaincu en six sorties ! Toujours sur les obstacles, James du Berlais (Prix Fifrelet, L) et Roxinela (Prix Georges Courtois, Gr2) continuent à faire briller leur père à Auteuil. À 9ans, Mille et Mille a encore assez de gaz pour remporter le Grand Prix de Nantes (L). Norathir s’est classé troisième du Derby du Languedoc (L) et Endorphine deuxième du Prix Belle de Nuit (Gr3). Haky (troisième du Prix Kergorlay, Gr2) s’est rapidement adapté à l’Australie, alors que la placée de Gr1 Chipolata continue à être performante aux États-Unis (troisième des Beaugay Stakes, Gr3).
  4. La saison de monte 2020 sera à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de Muhtathir. Son fils Doctor Dino va officier à 16.000 €, un tarif jamais atteint pour un étalon d’obstacle en France. Silas Marner, autre fils de Muhtathir, fera la monte au haras de Saint-Vincent. Robin of Navan (American Post), au haras de La Barbottière et Alhadab (Camelot), au haras de Vains, seront ses deux premiers petits-fils sur le marché français. Charles-Henri de Moussac, du haras du Mézeray, nous a dit : « Il a sailli 67 juments en 2019 et vu son âge, nous le limitons. Nous devons refuser des juments en début de saison, avant d’ajuster au fil de la saison en fonction de son taux de fertilité pour éventuellement en rajouter quelques-unes sur sa liste. C’est un cheval avec beaucoup de présence et un très bon tempérament. Il transmet son changement de vitesse et sa dureté. La qualité de sa jumenterie est en rapport avec son prix de saillie, longtemps situé entre 5.000 € et 7.000 €. Grâce à lui, une belle collaboration entre le haras du Mézeray et Shadwell est née. » Au crépuscule de sa carrière, il est amusant de noter à quel point Muhtathir a été capable de surprendre à de multiples reprises. Issu d’une origine peu attractive, il est l’illustration parfaite de la théorie de Joseph A. Estes qui exhortait à « sélectionner pour le mérite et pas pour le pedigree. » Régulièrement, de très bons chevaux de course avec un pedigree faible du côté paternel et/ou maternel réussissent au haras en France ou dans les pays limitrophes. C’est par exemple le cas de Le Havre (Noverre), Linamix (Mendez), Monsun (Königsstuhl), Highest Honor (Kenmare), Kendor (Kenmare)…

Photo : Doctor Dino dans le Grand Prix de Chantilly CREDIT Scoopdyga