AUTOUR DU MONDE PENDANT LES FÊTES

International / 05.01.2020

AUTOUR DU MONDE PENDANT LES FÊTES

Par Franco Raimondi

Omaha Beach, le record de Mike Smith

Malgré toutes les difficultés rencontrées, l’opening day de Santa Anita est une véritable fête pour les courses en Californie. Les 35.085 turfistes présents – la pire affluence depuis 2013 – se sont régalés avec un Mike Smith des grands jours. Grâce à un doublé dans les La Brea Stakes et les Malibu Stakes, le jockey a battu le record américain du nombre de victoires de Gr1, détenu jusque-là par Jerry Bailey, le fils de son ancien dentiste. En selle sur la pouliche Hard not to Love (Hard Spun), il a enregistré un 216e succès et égalé le record, et avec le grandissime favori, Omaha Beach (War Front), il l’a dépassé. Le pilote, qui fêtera en août ses 55 ans, est à nette distance de Lanfranco Dettori, lequel, avec ses 19 Grs1 remportés en 2019, totalise 251 victoires au plus haut niveau. L’Italien est encore loin de Lester Piggott, dont le record n’a pas été homologué car il avait effectué ses débuts bien avant la création du système des pattern. D’après un pointage, Lester a remporté 301 courses désormais labélisées Gr1.

Lys Gracieux, l’Arima Kinen en cadeau d’adieu

Au mois d’avril, Lys Gracieux (Heart’s Cry) avait fait le déplacement à Sha Tin pour la Queen Elizabeth II Cup (Gr1), un objectif plus favorable par rapport à ce que lui proposait le programme japonais et dont elle s’était classée troisième. La donne a changé en juin avec un succès dans le Takarazuka Kinen, puis, en novembre, lorsqu’elle avait décroché une victoire historique dans les Cox Plate (Gr1) en Australie. Dimanche 21 décembre, la fille de la française Liliside (American Post) a réalisé le chef-d’œuvre de sa carrière en remportant l’Arima Kinen (Gr1). Tous les turfistes attendaient une femelle, mais à 200m du poteau et alors que la favorite, Almond Eye (Lord Kanaloa), cédait, Lys Gracieux a explosé le peloton pour s’imposer de cinq longueurs sur le 3ans Saturnalia (Lord Kanaloa). Tout de suite après la course, l’entourage de Lys Gracieux a annoncé que la jument n’allait pas faire comme Enable (Nathaniel) et Sistercharlie (Myboycharlie), qui resteront à l’entraînement à 6ans. Elle quitte les pistes avec 1,21 milliard de yens de gains (9,93 M€). Quel dommage !

Resu Lys Gracieux

Deep Impact s’offre le dernier Gr1 au Japon

Contrail (Deep Impact) s’est imposé en invaincu dans les Hopeful Stakes (Gr1, 2.000m) de Nakayama le 28 décembre. Il s’annonce d’ores et déjà comme le grand favori des classiques 2020 au Japon. L’élève de la famille Maeda est le 46e lauréat de Gr1 issu du regretté Deep Impact, qui a ainsi dépassé Dubawi (Dubai Millennium) au classement. Deep Impact a décroché son huitième titre de champion sire. Il ne lui en manque que cinq pour faire jeu égal avec son père, Sunday Silence (Halo), qui a remporté sa dernière couronne en 2007, année où les plus jeunes de ses fils avaient 4ans. La dernière saison complète de Deep Impact est celle des foals nés en 2019, qui auront 4ans en 2023. Réussira-t-il à battre son père ? Outre le classement général, Deep Impact a remporté celui des pères de 2ans en devançant son fils Kizuna. Depuis les débuts de ses premiers juniors en 2010, il a toujours dominé ce classement, sauf en 2015, quand il avait trouvé sur son chemin Daiwa Major (Sunday Silence).

Galileo à la poursuite de papa

Galileo (Sadler’s Wells) avait déjà course gagnée en juin. Il a remporté pour la onzième fois le titre de champion sire en Angleterre et Irlande. Ce n’est que pour une poignée de livres qu’il n’a pas réussi à battre son propre record de gains. Ses produits ont décroché 11,66 millions de livres (13,73 M€) sur les îles, alors qu’en 2017, ce montant s’élevait à 11,69 M£. Son père, Sadler’s Wells (Northern Dancer), compte 14 titres. Mais le record est en danger. Cette année, le deuxième au classement est Sea the Stars (Cape Cross) et non Dubawi, son dauphin lors des quatre saisons précédentes. Les produits de Galileo ont gagné presque trois fois plus que ceux de son frère. La domination de Galileo n’est pas près de s’arrêter, tout comme celle de Coolmore : le dernier champion sire à avoir officié dans un autre haras fut Blushing Groom (Red God) en 1989.

More than Ready, l’étalon des deux mondes

La succursale australienne de Vinery Stud a annoncé que More than Ready (Southern Halo) ne ferait pas la navette en 2020. Depuis 2001, l’année de ses débuts, il n’a pas raté une seule double saison. Il est donc représenté par 38 générations, moitié nordistes et moitié sudistes. Il a un peu plus de 3.500 produits sur le terrain, dont 3.144 en âge de courir. Il compte 1.858 gagnants (record du monde), dont 200 au niveau black type et 90 de Groupe. Avec ses doubles générations 2018, 2019 et 2020, il dépassera largement les 3.500 produits. En 2020, il est encore proposé à 80.000 $ (71,450 €) aux États-Unis grâce à sa fille Uni, une publicité vivante qui lui a offert une septième victoire de Breeders’ Cup, un autre record.

Brown & Irad Ortiz, une saison record

Aux États-Unis, le dollar l’emporte sur le prestige. Chad Brown et Irad Ortiz Jr, entraîneur et jockey de Bricks and Mortar (Giant’s Causeway), ont signé deux nouveaux records en 2019. L’entraîneur a franchi le cap de 30 millions de gains. Avec 31,11 millions de dollars (27,79 M€), il a fait mieux que Todd Pletcher, qui avait décroché 28,11 millions en 2007. L’escadron de Chad Brown a remporté 54 Groupes, dont 20 Grs1, et 222 succès sur 823 partants (27 %). Le record s’est construit sur le gazon : c’est sur cette surface que les chevaux de l’ancien assistant de Bobby Frankel ont pris 24,28 millions (21,69 M€), c’est-à-dire 78 % des gains totaux. Les françaises Uni et Sistercharlie pèsent respectivement 1,45 et 1,08 millions de dollars. Le meeting de la Breeders’ Cup a été décisif pour Irad Ortiz junior. Il a remporté le Classic avec Vino Rosso (Curlin), le Turf avec Bricks and Mortar, et deux autres courses avec à la clé 6,6 millions. Cela lui a permis d’atteindre 34,1 millions (30,46 M€). Il pulvérise le record de Javier Castellano, lequel avait amassé 28,12 millions en 2015. Grâce à son sans-faute (six sur six), Bricks and Mortar a donné 5,72 millions de dollars (5,11 M€) à l’entraîneur et au pilote.

Maximum Security, le grand pari de Coolmore

Maximum Security (New Year’s Day) avait effectué ses débuts le 20 décembre 2018 en remportant une maiden claiming à Gulfstream Park. Il fallait déposer un bulletin de 16.000 $ (14.300 €) pour l’acheter. Quasiment un an après, Coolmore a payé un peu plus que ça pour s’assurer la moitié du gagnant malheureux du Kentucky Derby (Gr1), lequel a remporté quatre Grs1. Le 29 février, il s’alignera au départ de la Saudi Cup, la course à 20 millions de dollars (17,86 M€), dont 10 sont offerts au gagnant. C’est un joli pari pour Coolmore, même si on ne connaît pas le montant de la transaction. Quelques semaines après un Kentucky Derby perdu dans la salle des commissaires, Katsumi Yoshida avait récupéré au Brésil New Year’s Day (Street Cry), le père de Maximum Security, vendu là-bas après la saison 2018 et où il avait officié à 5.000 $ (4.460 €). Il sera proposé aux éleveurs japonais à 3 millions de yens (24.600 €).  

NAKAYAMA (JP), DIMANCHE 22 DÉCEMBRE

ARIMA KINEN

Gr1 - 3ans et plus - 2.500m

1re      LYS GRACIEUX  (F5)       Damian Lane

(Heart's Cry & Liliside, par American Post)

Pr.: U Carrot Farm

El. : Northern Farm

Ent. : Y. Yahagi

SB_MAB AGENCY_ MERE ACHETE PAR

2e        SATURNALIA (M3)           Christophe Soumillon

(Lord Kanaloa & Cesario, par Special Week)

Pr.: U Carrot Farm

El. : Northern Farm

Ent. : K. Sumii

3e        WORLD PREMIERE (M3)                       Yutaka Take

(Deep Impact & Mandela, par Acatenango)

Pr. : R. Otsuka

El. : Northern Farm

Ent. : Y. Tomomichi

Écarts : 5, ENC (16 partants). Temps : 2’30’’50.