Ces trotteurs qui réussissent au galop (et réciproquement)

Courses / 26.01.2020

Ces trotteurs qui réussissent au galop (et réciproquement)

Allure interdite à Vincennes, le galop n’en reste pas moins un univers vers lequel les entraîneurs, propriétaires et éleveurs de trotteurs se diversifient avec bonheur. Au fil du temps, nos colonnes ont vu passer de nombreux articles qui attestent de cet intérêt grandissant et réciproque. À l’occasion du centenaire du Prix d’Amérique, nous vous proposons une sélection de 10 papiers, parmi les plus marquants et les plus récents.

De Moni Maker à No Nay Never, l’odyssée transatlantique des Antonacci

La famille Antonacci a la particularité (presque) unique d’avoir gagné le Prix d’Amérique avec Moni Maker et le Prix Morny avec No Nay Never, jeune vedette du parc étalon européen. Nous vous proposons de revenir en dix dates sur leur impressionnante odyssée hippique, à cheval entre la France et la côte est des États-Unis. Pour lire l’article, cliquez ici.

Quand Jean-Pierre Dubois domine les Poules d’Essai

En 2018, Olmedo** a offert à Jean-Pierre Dubois une première victoire dans l’Emirates Poule d'Essai des Poulains (Gr1). Avec trois 3ans au départ, cette légende du trot était l’éleveur le plus représenté dans les deux premières épreuves classiques du programme français.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Trot et galop : une longue et belle histoire

Bazire, Allaire, Guarato, Gérard Augustin-Normand, Daniel Wildenstein, Alec Weisweiller, le comte Pierre de Montesson, la marquise de Moratalla, Bianca Verga… ils ont tous connus des réussites à cheval entre trot et galop. Voici leur histoire.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Christophe Toulorge, à cheval entre trot et galop

Gérant du haras de Bouttemont, où est notamment stationné Ready Cash, Christophe Toulorge est connu pour avoir élevé l’un des meilleurs fils du crack trotteur, à savoir Bird Parker. C’est pourtant au galop, et plus précisément en obstacle, que l’homme de confiance de Philippe Allaire a récemment été mis en lumière par l’intermédiaire de ses élèves Elimay et Goshen.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Quand Carlos Lerner remporte le Prix Maurice de Gheest

« Vous savez que j’ai gagné le Prix Maurice de Gheest de Vincennes, et pas celui de plat ? », nous a dit en riant Carlos Lerner, lorsque nous l’avons croisé lundi dernier et lui avons demandé de commenter la victoire de Feeling Cash (Ready Cash) dans le Prix Maurice de Gheest (Gr2), disputé samedi dernier à Vincennes. Carlos Lerner est copropriétaire de ce poulain doué.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Rémi Boucret, l’éleveur de Very Nice Name et Tornado Bello

Au trot, Rémi Boucret compte plus de six cents victoires et son porte-drapeau est Tornado Bello. Mais il a déjà eu un partant dans l’Arc avec Very Nice Name et plusieurs de ses produits se sont très bien vendus sur les rings français.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Sylvain Roger, les "Larré" de Vincennes et d’Auteuil

Nous l’avions vu tout sourire à Auteuil, le 25 octobre 2017, lorsque son représentant et élève Cobra de Larré s'était imposé dans le Prix Robert Bates. Sylvain Roger a commencé son aventure au galop sur les obstacles, en 2009, avec Camivilla, la mère de Cobra de Larré.

Pour lire l'article, cliquez ici.

Joël Hallais, légende du trot, amoureux de l’obstacle

Il est l’homme des "Rib" et du haras du Ribardon... La casaque vert et rouge de Joël Hallais brille aussi bien sur les hippodromes de trot que sur les obstacles. Cette grande figure des courses de trot a accepté de revenir avec nous sur son aventure au galop.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Jean-Étienne Dubois à la conquête de l’Australie

En avril 2018, alors que son poulain Aylmerton défrayait la chronique aux antipodes, Jean-Étienne Dubois nous avait ouvert les coulisses de son odyssée australienne.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Un peu de galop trotte dans la tête de Pierre Pilarski

En septembre 2017, il n’avait pas encore la réussite au galop qu’on lui connaît aujourd’hui. Le propriétaire du meilleur trotteur du monde (Bold Eagle) avait pourtant décidé d’acheter en août, chez Arqana, ce qui fut petit événement… Mais quelle mouche a donc piqué Pierre Pilarski ?

Pour lire l’article, cliquez ici.