Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Dix sauteurs à suivre en 2020

Courses / 17.01.2020

Dix sauteurs à suivre en 2020

Dix sauteurs à suivre en 2020

Alice Baudrelle & Christopher Galmiche

Au cours des derniers mois, plusieurs chevaux d’obstacle ont laissé entrevoir de gros moyens à Auteuil, à Compiègne ou encore à Pau. Nous avons sélectionné par ordre alphabétique dix sauteurs qui ne sont pas encore black types, mais qui devraient le devenir dans les mois qui viennent.

AVEN JOA (H4)

(Evasive & An Alarc’h, par Peintre Célèbre)

Propriétaire et éleveur : Rouge et Gris Racing

Entraîneur : Antoine de Watrigant

Poulain tardif, Aven Joa (Evasive) a laissé une belle impression en s’imposant d’entrée de jeu le 14 janvier dernier sur les haies paloises, face à des chevaux expérimentés. Malgré un fer en moins, l’élève et représentant de Rouge et Gris Racing a pris facilement le meilleur dans la phase finale pour l’emporter de six longueurs, à l’issue d’une course d’attente. Il a fait aussi bien que sa sœur, Alpha Joa (Kentucky Dynamite), qui avait effectué des débuts victorieux sur les haies en début d’année de 4ans, sur l’hippodrome du Pont-Long. Alpha Joa a confirmé par la suite qu’elle était une bonne jument en remportant notamment le Prix d’Arles (L), à Auteuil. Le père d’Aven Joa, Evasive (Elusive Quality), n’a pas le profil d’un père de sauteurs, mais il a tout de même donné Tertre, vainqueur du Prix Univers II (L) sur la butte Mortemart et quatrième du Prix Amadou (Gr2). Estimé par son entraîneur, Antoine de Watrigant, Aven Joa devrait donc s’illustrer lui aussi à bon niveau, d’autant qu’il semble perfectible.

FARO (H5)

(Cokoriko & Teskaline, par Martaline)

Propriétaires : Lord Daresbury, Andrée Cyprès & François Nicolle

Éleveur : Jacques Cyprès

Entraîneur : François Nicolle

Faro (Cokoriko) a été l’une des belles impressions chez les 4ans en 2019. Certes, il a désormais 5ans, mais il est tout neuf, la faute à des pépins de santé. Il a couru trois fois pour deux victoires, la dernière ayant eu lieu dans le Prix Patrick Lec. Dans cette épreuve, le représentant de la casaque Daresbury a durci le ton en face et a réalisé une démonstration. Il devrait revenir sous peu chez son entraîneur, François Nicolle, et a les moyens de monter les échelons pour atteindre un très bon niveau. De plus, il est dressé en steeple et s’y prend bien.

FASTORSLOW (H4)

(Saint des Saints & Popova, par Kahyasi)

Propriétaire : Sean Mulryan

Éleveur : Sydney Vidal

Entraîneur : Arnaud Chaillé-Chaillé

Fastorslow (Saint des Saints) a marqué le retour de la casaque de Sean Mulryan en France en s’imposant le 9 juin à Châteaubriant. Deuxième ensuite derrière l’espoir Galléo Conti (Poliglote) à Clairefontaine, il a débuté victorieusement en steeple dans le Prix Weather Permitting, la première préparatoire au Prix Congress (Gr2). Dans cette épreuve, Fastorslow a devancé Dream Wish (Dream Well), Road Senam (Saint des Saints) et Mauricius (Kapgarde), respectivement premier, troisième et quatrième du Congress. Malheureusement absent du Gr2 à cause d’un contretemps, son entourage a pris son temps avec lui et compte beaucoup sur ce 4ans pour les Groupes réservés aux steeple-chasers.

FIRE DANCER (H4)

(Martaline & Steel Dancer, par Kaldounévées)

Propriétaires : Pierre Pilarski & Palmyr Racing

Éleveurs : Écurie Maulepaire & Mlle Marie-Cécile de Saint-Seine

Entraîneur : Guillaume Macaire

Fire Dancer (Martaline) a débuté victorieusement dans le Prix de Saint-Raphaël à Compiègne, le 1er novembre. Ce jour-là, toujours à proximité des animateurs, il est arrivé librement sur la ligne de tête. Son jockey, Bertrand Lestrade, ne bougeait pas, alors que tous ses rivaux étaient cadencés. Dans les cent derniers mètres, il s’est débarrassé de Capodanno (Manduro) pour finir son parcours les oreilles pointées, pas éprouvé. Plus revu ensuite, il a changé de couleurs. En effet, Pierre Pilarski en a acheté la moitié. Ce frère de Tzar’s Dancer (Tzar Rodney), vainqueur des Prix du Président de la République (Gr3), Rigoletto, Gaston Desprès et du Grand Steeple-Chase de Bordeaux (Ls), et d’Al Dancer (Al Namix), vainqueur de Gr3 sur les obstacles anglais, devrait progresser en prenant de l’âge, mais on peut en attendre de belles choses dès 2020.

FOU DÉLICE (H5)

(Poliglote & Gladice, par Cadoudal)

Propriétaire : Franck Deliberos & Haras de Saint-Voir

Éleveur : Franck Deliberos

Entraîneur : François Nicolle

Fou Délice (Poliglote) n’est pas encore black type, mais il a déjà pas mal d’expérience, même si huit sorties à 5ans, cela peut paraître faible. Le sauteur de Franck Deliberos et du haras de Saint-Voir a un physique imposant et il devrait encore progresser en prenant de l’âge. Plaisant vainqueur de deux steeples AQPS sur 4.400m, dont l’important Prix Nupsala, qui fait office de finale pour les chevaux de cette race, il a tout pour s’affirmer sur les gros parcours d’Auteuil. Et pourquoi pas en passant par des épreuves comme le Prix du Président de la République ou le Prix Montgomery (Grs3) avant d’arriver sur le Grand Steeple ? Il pourrait ainsi devenir le digne successeur de Borice (Network), qui défendait les mêmes couleurs et le même entraînement, en ayant eu un début de carrière similaire, pour finalement s’essayer face à l’élite.

FRISSON D’ESTRUVAL (H5)

(Saint des Saints & Ombre d’Estruval, par Nikos)

Propriétaires : Pierre Pilarski, Palmyr Racing & Mme Bernard Le Gentil

Éleveur : Mme Bernard Le Gentil

Entraîneur : Guillaume Macaire

Oui, Frisson d’Estruval (Saint des Saints) a déjà 5ans, mais il n’a couru que cinq fois, sans participer à un Groupe ou une Listed. Il a tout l’avenir devant lui, c’est pourquoi nous l’avons retenu dans notre sélection de chevaux à suivre pour les mois qui viennent au meilleur niveau. D’autant qu’il provient d’une famille, en particulier d’une mère, exceptionnelle. Ombre d’Estruval (Nikos), a gagné huit courses à Auteuil dont les Prix Bournosienne (Gr3), Wild Monarch et de Chambly (Ls) tout en finissant deuxième des Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) et des Drags (Gr2). Avant Frisson, elle a produit le géant As d’Estruval (Nickname), vainqueur des Prix Murat (Gr2), Ingré, Robert de Clermont-Tonnerre (Grs3), Fondeur et Triquerville (Ls), et Caresse d’Estruval (Poliglote), gagnante des Prix Magne, de Chambly et d’Iéna (Ls), deuxième du Prix de Maisons-Laffitte (Gr3) et cinquième du Prix Alain du Breil (Gr1). Rien que ça ! Forcément, le jour de ses débuts, on regardait Frisson d’Estruval avec les yeux de l’amour. Mais il n’a pas bien compris ce qu’il se passait. Ensuite, il a aligné quatre victoires, deux en haies et deux en steeple, en plaçant des accélérations remarquables. S’il évolue bien et ne connaît pas de contretemps, il peut briller dans les Groupes en 2020. D’autant plus qu’il a un physique plus léger qu’As d’Estruval.

GAMIN D’OUDAIRIES (H4)

(Kapgarde & Une d’Oudairies, par Discover d’Auteuil)

Propriétaires & éleveurs : Comte Michel de Gigou & Guillaume Macaire

Entraîneur : Guillaume Macaire

On ne peut pas reprocher grand-chose à Gamin d’Oudairies (Kapgarde), qui a fait l’arrivée à sept reprises en autant de tentatives. Gagnant en plat pour ses débuts à la fin du mois de juillet, ainsi que sur les haies d’Auteuil, l’élève et représentant du comte Michel de Gigou et de Guillaume Macaire est également à ce jour invaincu sur les gros obstacles en deux sorties à Pau. Gamin d’Oudairies n’a pas eu de courses dures et ne devrait pas tarder à décrocher son black type, puisqu’il va en toute logique prendre part au Prix Antoine de Palaminy (L). S’il reste dans la même forme, il fera sans doute un cheval de Groupe sur les gros obstacles.

GIRONDE (F4)

(Network & Tamise, par Sleeping Car)

Propriétaires : Paul Couderc, Emmanuel Clayeux, Andrée Cyprès & Laurent Couétil

Éleveurs : Jacques Cyprès & Laurent Couétil

Entraîneur : Emmanuel Clayeux

Gironde (Network) n’a fait que progresser tout au long de l’automne pour finir son année par une victoire plaisante dans le Prix Kerym. Longuement attentiste dans la seconde moitié du petit peloton, elle ne s’est rapprochée qu’au saut de l’avant-dernière haie, qu’elle n’a pas bien passée d’ailleurs. Son jockey, Alain de Chitray, l’a montée en pensant à l’avenir, mais sur le plat, Gironde a trouvé son action en finissant bien pour l’emporter avec de la marge. Encore verte, cette sœur d’Ébonite (Khalkevi), deuxième du Prix La Haye Jousselin (Gr1), devrait encore monter les paliers dans les mois qui viennent.

KATY LOVE (F4)

(Enrique & Dallas des Mottes, par Maresca Sorrento)

Propriétaire : Mme Patrick Papot

Éleveurs : Nicolas Taudon & Gaëtan Poutier

Entraîneur : Patrice Quinton

Gagnante à trois reprises en quatre sorties, Katy Love (Enrique) a quasiment réalisé un sans-faute depuis ses débuts. La seule fois où elle a été battue, c’était lors de sa deuxième sortie à Compiègne : elle était alors devancée par la "Nicolle" Nanosecond (Doctor Dino), qui en était déjà à sa quatrième tentative. Selon son entraîneur, Patrice Quinton, la représentante de la famille Papot devrait bien faire à Auteuil, d’autant qu’elle a fait ses preuves en terrain pénible. Du côté maternel, Katy Love est bien née puisqu’elle est la sœur de Groove (Mister Sacha), deuxième du Prix Fleuret et troisième du Prix Morgex (Grs3). Sa mère, Dallas des Mottes (Maresca Sorrento), est une propre sœur de Farlow des Mottes, vainqueur de quatre Groupes à Auteuil dont le Prix Murat (Gr2).

MOISES HAS (M4)

(Martaline & Monika, par Dernier Empereur)

Propriétaire & éleveur : Scea Hamel Stud

Entraîneur : François Nicolle

Quatrième pour ses débuts dans le Prix Pride of Kildare, l’entier Moises Has (Martaline) a ensuite signé deux succès consécutifs sur les haies d’Auteuil avec la manière. En dernier lieu, il devançait notamment sa compagne d’entraînement Grâce Féline (Balko), qui restait sur une deuxième place dans le Haras d’Étreham - Prix Bournosienne (Gr2). Très estimé par son entraîneur, il n’est pas précoce et devrait se bonifier au fil des courses. Les sires ayant fait carrière en obstacle sont de plus en plus nombreux et Moises Has a le profil d’un futur étalon, d’autant qu’il est très bien né : fils du regretté Martaline (Linamix), il est entre autres le frère de Mocolacato Has (Poliglote), vainqueur des Prix Wild Monarch et Fifrelet (Ls) et troisième des Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2), d’Indy et Général de Saint-Didier (Grs3).