Le mot de la fin - Lost in translation

Le Mot de la Fin / 31.01.2020

Le mot de la fin - Lost in translation

Parmi les noms qui ne passent pas dans les pays anglo-saxons, il y a eu récemment Siyounexttuesday, dont le nom n’a pas plu au Jockey Club américain ! On peut rajouter le nom d’une pouliche qui débutait ce jeudi à Chantilly : No Money No Fanny (No Nay Never)… "Pas d’argent pas de…" Fanny est un mot assez vulgaire en Angleterre dont nous vous laisserons chercher la signification. Nos amis anglo-saxons ont en tout cas apprécié ce nom sur les réseaux sociaux : « L’histoire de ma vie », « Ce que me disait mon ex » Ou encore : « Espérons qu’elle coure à Royal Ascot ! » Pas certain que Sa Majesté apprécierait.

Derrière un tel nom, il y a certainement une histoire. Et Morten Buskop, copropriétaire de la pouliche avec Pia Brandt, nous l’a racontée : « Nous étions à la breeze up Arqana. La journée de vente était finie et nous prenions un verre de vin, parlant de la vente. Pia m’a dit qu’elle avait acheté cette pouliche, une No Nay Never, pour 5.000 €. Et je lui ai dit que je voulais bien en prendre une part : j’ai toujours voulu avoir un No Nay Never, c’est un cheval qui m’avait fait forte impression. Alors, en rigolant, Pia m’a dit : "D’accord, mais no money no fanny !". Cela nous a fait beaucoup rire et nous nous sommes dit : "Appelons-la comme cela !" J’étais stupéfait lorsque j’ai appris que le nom était validé, mais il faut bien un peu d’humour de temps en temps ! Je suppose cependant que nous pourrions avoir quelques difficultés à la courir ou à la vendre à l’étranger (rires) ! »