LE PALMARÈS DE L’ANNÉE 2019 EN OBSTACLE - Une première et un record

Courses / 07.01.2020

LE PALMARÈS DE L’ANNÉE 2019 EN OBSTACLE - Une première et un record

Par Christopher Galmiche

Pour connaître ceux qui ont dominé la discipline de l’obstacle en 2019, c’est simple, il faut suivre une ligne qui part de la Charente-Maritime vers la Nièvre et vous obtenez deux vainqueurs dans la catégorie éleveurs et entraîneurs. Pour le reste, c’est entre confirmation et records.

Propriétaires

Un dixième titre pour la famille Papot

En peu de temps finalement, la famille Papot a décroché dix titres de tête de liste des propriétaires. En 2019, ils ont obtenu leur dixième Cheval d’or dans la catégorie avec 37 victoires et 171 places pour 2.073.905 € de gains, soit plus de 500.000 € d’avance sur le deuxième, Palmyr Racing (l’entité de Guillaume Macaire). La domination sur les haies de Galop Marin (Black Sam Bellamy), auteur du doublé dans le Grand Prix d’Automne (Gr1), et celle en steeple de Dream Wish (Dream Well), vainqueur du Prix Congress (Gr2), ont été les temps forts de la casaque bleue et verte, sans oublier les nombreuses places de Groupe de Bel Apsis (Apsis), Sainte Turgeon (Turgeon) et Grâce Féline (Balko). Chez les propriétaires, les gains sont moins concentrés que chez les entraîneurs. Le deuxième, Palmyr Racing, est premier en nombre de victoires (113), sans avoir énormément de chevaux sous ses couleurs propres, à l’exception de Onestepforward (Alandi)… Depuis 2014, il est régulièrement parmi les meilleurs propriétaires et il en est à son troisième podium après 2014 et 2015. Le haras de Saint-Voir est troisième, à environ 4.000 € de Palmyr Racing. Nicolas de Lageneste a connu une belle réussite en tant qu’entraîneur, mais aussi en confiant ses représentants à d’autres professionnels comme avec Gardons le Sourire (Fame and Glory) et C’est le Bouquet (Coastal Path), ou en s’associant avec d’autres propriétaires comme avec Farnice (Saddler Maker) et bien sûr De Bon Cœur (Vision d’État). De Bon Cœur justement a défendu les couleurs de Jacques Détré, cinquième au classement, avec 37 chevaux seulement. Mais quels chevaux ! Jugez plutôt : Bipolaire (Fragrant Mix), Figuero (Yeats), Edgeoy (Saddler Maker), Road Senam (Saint des Saints), Polirico (Cokoriko)…

Éleveurs

Un premier titre pour Thierry Cyprès

C’est un premier titre de tête de liste des éleveurs que Thierry Cyprès a obtenu en 2019. Un an auparavant, il avait terminé deuxième à seulement 10.000 € de Benoît Gabeur, lequel avait élevé On the Go (Kamsin), vainqueur du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 2018. C’est une victoire méritée que l’éleveur nivernais obtient. Avec 204.687 € de primes, il termine avec 30.000 € d’avance sur Antonia Devin. Ses représentants ont brillé au plus haut niveau, notamment sous les couleurs Détré, comme Bipolaire, coélevé avec son frère Jacques, Figuero, Polirico, Eludy et Edgeoy… Antonia Devin a fait aussi bien qu’en 2004 et 2006 en finissant deuxième. Même avec l’apport du champion Shannon Rock (Turgeon), au début des années 2010, elle n’avait pu occuper le même rang. Cette année, elle a pu compter sur le nombre et la qualité avec Dream Wish, Doctor Squeeze (Doctor Dino), Lady Ardilaun (Soldier of Fortune), Happy Monarch (Saint des Saints) et Invincible Dina (Doctor Dino). Le haras de Saint-Voir a conclu troisième avec 167.078 € de primes. Il se classe donc au même rang que chez les propriétaires. Mais il est premier par les victoires (54), et deuxième selon les gains. Dans le classement par les gains, Jacques Cyprès pointe en troisième position. À noter, la percée du haras de Mirande grâce au succès de Carriacou (Califet) dans le Zeturf Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1).

Entraîneurs

François Nicolle casse la baraque

En 2019, François Nicolle s’est imposé sur tous les tableaux, en termes de victoires (231) et de gains. Il a même établi le record de gains pour un entraîneur d’obstacle (9.025.960 €). Il faut dire que le professionnel de Saint-Augustin a allié la quantité à la qualité, avec l’appui des plus grands propriétaires. En témoignent ses 20 victoires de Groupe sur 59 courses de ce niveau en France. La journée qui résume parfaitement l’année de François Nicolle est celle du 22 novembre à Compiègne, où il a gagné toutes les bonnes courses. Des chevaux d’âge avec Bipolaire en passant par les 4ans avec Figuero et L’Autonomie (Blue Brésil) ou encore les 3ans avec Chaptal (Le Havre) et Kool Has (Saint des Saints), il a été bien représenté dans toutes les catégories. Le record de victoires toutes catégories reste l’apanage de Guillaume Macaire avec 282 succès en 2015. L’entraîneur de Royan est deuxième avec 225 succès et 6.110.250 € de gains. Depuis 2005, il a toujours dépassé les 200 gagnants et il l’avait aussi fait en 2003. Cette année, il a eu le nombre, mais aussi les meilleurs 4ans du printemps, à savoir Goliath du Berlais (Saint des Saints), Feu Follet (Kapgarde) et Le Costaud (Forestier), vainqueur du Grand Steeple-Chase de Compiègne (Gr2). Au total, il a enlevé 15 Groupes. Sans bénéficier des mêmes appuis que les deux premiers, Arnaud Chaillé-Chaillé s’est une nouvelle fois inséré sur le podium, avec beaucoup de jeunes chevaux comme Nirvana du Berlais (Martaline), lauréat du Prix Cambacérès (Gr1), Bébé d’Or (Poliglote), vainqueur du Prix Morgex (Gr3), et Kapdam (Kapgarde), deuxième du Prix Maurice Gillois (Gr1). Il est troisième avec 2.816.830 €. Le jeune David Cottin fait une superbe remontée, passant du 13e rang en 2018 au 4e rang l’année dernière pour sa deuxième saison pleine en tant qu’entraîneur. Il a lui aussi enlevé de belles courses avec notamment Paul’s Saga (Martaline), gagnante des Prix Léon Olry-Roederer (Gr2) et Carmarthen (Gr3).

Jockeys

Bertrand Lestrade à nouveau sacré

Premier et fidèle pilote de Guillaume Macaire, Bertrand Lestrade a décroché sa quatrième Cravache d’or en dépit d’une mise à pied de trois semaines contractée à Merano. C’est son quatrième trophée en cinq ans, obtenu avec 72 succès et 8 victoires d’avance seulement sur la Cravache d’argent, Clément Lefebvre. Petite statistique amusante : depuis 2005, seuls trois jockeys ayant gagné la Cravache d’or ne montaient pas pour Guillaume Macaire. Bertrand Lestrade a piloté notamment Goliath du Berlais et Feu Follet et, au total, il a enlevé 11 Groupes, comme Angelo Zuliani. Respectivement Cravache d’argent et Cravache de bronze, Clément Lefebvre et Gaëtan Masure ont remporté leurs premiers trophées, surfant sur la bonne marche de leurs écuries. Globalement, la lutte a été serrée puisque seulement quatre victoires séparent le deuxième et le troisième. Comme en 2018, Félix de Giles a terminé quatrième avec 55 victoires. Depuis plusieurs saisons, les classements sont très changeants pour l’argent et le bronze.

Étalons

Saint des Saints, de nouveau au sommet

Avec des produits tels que Goliath du Berlais, Sainte Saône, Storm of Saintly ou encore Messagère, sans oublier Fusil Raffles, qui évolue outre-Manche, Saint des Saints a réalisé une grande année 2019. Après son sacre en 2014, année de la victoire de Storm of Saintly dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), il est de nouveau au sommet par les gains tout en ayant produit le plus de gagnants (102). En 2016 et 2018, il avait aussi conclu deuxième. Derrière le sire du haras d’Étreham, c’est Martaline qui occupe la deuxième place après avoir été le leader en 2017 et 2018. Il est d’ailleurs sur le podium de manière consécutive depuis 2015. Sa meilleure représentante a certainement été Paul’s Saga. Il a devancé Kapgarde, qui a produit aussi bien des 3ans comme Gamin d’Oudairies et Kapline que les vainqueurs de Groupe Feu Follet et Want of a Nail. Deux choses à noter sur ce classement : deux des trois premiers ont couru en obstacle et ils étaient entraînés par Guillaume Macaire, qui cartonne avec leurs productions désormais.