Les explications de Pierre-Charles Boudot

Courses / 30.01.2020

Les explications de Pierre-Charles Boudot

Les médias généralistes ont révélé ce jeudi que Pierre-Charles Boudot avait été entendu, en audition libre, à la gendarmerie de Chantilly, dans le cadre d’une enquête pour viol. Nous avons interrogé Maître Florence Gaudillière, qui défend les intérêts du jockey. Elle nous a répondu par l’intermédiaire de ce communiqué : « Pierre-Charles Boudot fait l’objet d’une vengeance amoureuse datant de 2015. Il a été entendu sous le régime de l’audition libre, et il a fait le choix de s’exprimer parce qu’il n’a strictement rien à se reprocher. L’affaire qui remonte à 2015 se résume à un jockey de 22 ans qui flirte en soirée avec une cavalière de 19 ans avec laquelle il a le soir-même une relation sexuelle consentie. Après ce rapport sexuel, elle déclare elle-même : « Je me couche, je me mets contre lui. » Le lendemain matin, il la raccompagne en voiture chez son père. Elle ne lui fait aucun reproche. Quatre mois plus tard, elle lui fête son anniversaire. Elle continue à garder contact avec lui. Elle lui demande des conseils et le félicite lorsqu’il gagne des courses. Puis, trois ans et demi après cette relation, et alors qu’elle rencontre des déboires amoureux et que le jockey est à son apogée, elle dépose plainte. Elle n’est pas en mesure de démontrer la moindre contrainte et admet qu’elle n’a strictement aucune preuve mais déclare aux policiers : « Est-ce qu’il a de l’intérêt pour moi ? Ou est-ce que je me suis fait avoir ? » Ce qui relève plus du dépit amoureux que de quoique ce soit d’autre. »

Et celles de la plaignante. Pour sa part, Maître Alexandre Varaut, conseil de la plaignante, nous a déclaré : « Ce qu'il s’est passé entre ma cliente, qui était vierge au moment des faits, et monsieur Boudot ne relève pas de la "relation amoureuse". Je n’appelle pas "relation amoureuse" une relation qui n’a duré que quelques heures et n’a pas été consentie. Après la phase de sidération qui a suivi cette nuit à Deauville, elle a espéré nier, oublier. Au début, cela a fonctionné. Elle a même réussi à échanger avec lui comme si de rien n’était. Mais elle a pris quinze kilos et est devenue quasiment dépressive. Elle s’est rendue compte que se mentir à elle-même n’était plus possible. Elle en a parlé progressivement à des amis, qui seront entendus au fur et à mesure dans le cadre de l’enquête. Et depuis deux ans, elle voit un psychothérapeute qui confirme qu’elle le consulte depuis le début pour les conséquences d’un viol survenu à Deauville. Finalement, elle s’est mise en danger à force de nier. Aujourd’hui, nous voyons s’écrire l’histoire d’un homme qui ne veut pas entendre le mot "non", qui veut toujours "gagner" et à qui aucune fille ne devrait résister. »

Communiqué de France Galop

« Les commissaires de France Galop viennent d’apprendre par voie de presse que le jockey Pierre-Charles Boudot serait visé par une enquête à la suite d’une plainte déposée pour viol par une jeune femme, cavalière amateur, majeure au moment des prétendus faits.

Les commissaires de France Galop restent très attentifs à la situation rapportée dans cette communication et y donneront les suites adaptées en fonction des éléments du dossier dont ils pourront disposer. »