LE PALMARÈS DE L’ANNÉE 2019 EN PLAT - Une année bleue

Courses / 06.01.2020

LE PALMARÈS DE L’ANNÉE 2019 EN PLAT - Une année bleue

Qui a dominé l’année 2019 dans la discipline du plat ? Un indice : cela s’est joué avec pas mal de bleu.

Par Franco Raimondi

Propriétaires

Godolphin, un doublé sur la vague Shamardal

Godolphin France a confirmé son titre de 2018 malgré une baisse de gains. Les Bleus ont gagné plus de courses que l’année précédente (76 avec 54 chevaux différents) et de Groupes (14). Les faits marquants de 2019 en bleu sont le doublé dans les Poules avec Persian King ** (Kingman) et Castle Lady (Shamardal) et la réussite des 2ans Earthlight et Victor Ludorum **, les deux poulains par Shamardal qui ont remporté respectivement en France le Darley Prix Morny et le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Grs1). Godolphin France compte neuf lauréats de Groupe différents, dont quatre issus de Shamardal (Giant’s Causeway) qui ont signé 7 succès, soit la moitié du total.

Wertheimer & Frère a progressé d’une place dans le classement avec le même nombre de victoires que l’année dernière (64) mais plus de gains et de Groupes (10). Le succès de Waldgeist (Galileo) dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe a propulsé à la troisième place le Gestüt Ammerland. La différence entre l’allocation au gagnant et celle décrochée avec la deuxième place d'Enable (1.714.000 €) a coûté le titre au prince Abdullah, mais c’est un détail. Gérard Augustin-Normand a remporté pour la neuvième fois le classement par victoires avec 115 succès et Serge Stempniak est parvenu à monter sur la troisième marche du podium.

Éleveurs

Wertheimer & Frère pour la troisième année consécutive

L’élevage Wertheimer & Frère a décroché pour la troisième fois consécutive la couronne des éleveurs de France. Les pur-sang issus de l’élevage Wertheimer ont terminé en tête dans le classement par les gains ainsi que celui par les victoires et il faut noter que 19 sujets de l’élevage ont couru pour d’autres casaques, pour 10 succès et 301.000 € de gains.

Le Qipco Prix du Jockey Club de Sottsass (Siyouni) a permis à l’écurie des Monceaux de monter sur la deuxième marche du podium, confirmant ainsi le jumelé de 2018. Son Altesse l’Aga Khan arrive en troisième position par les gains, et à la deuxième place par le nombre de gagnants. Dans le classement selon la prime éleveurs, il faut noter que Guy Pariente se classe troisième, alors que Franklin Finance est troisième dans celui par les gains.

Entraîneurs

André Fabre, un trentième titre et un record

André Fabre n’aime pas les banalités. Pour célébrer son trentième titre, il s’est offert l’Arc de Triomphe, 26 Groupes en France et le nouveau record de gains (8.853.905 €). Les 2,85 M€ remportés par Waldgeist le premier dimanche d’octobre à ParisLongchamp pèsent lourd dans le score mais il ne faut pas oublier qu’en 2015, quand l’escadron Fabre avait franchi pour la première fois le cap de huit millions (8,36 M€), Flintshire (Dansili) et New Bay (Dubawi), deuxième et troisième dans l’Arc de Triomphe, avaient décroché 1,71 M€. Si on comptabilise aussi la prime propriétaires, André Fabre est le premier entraîneur qui a dépassé les dix millions en France (10,26 M€). Il devance Jean-Claude Rouget et Henri-Alex Pantall, dont les gains cumulés n’atteignent pas ceux du Cantilien ! En revanche, l’ordre change dans le classement par victoires, avec Jean-Claude Rouget (169) qui devance Fabre (119) et Henri-Alex Pantall (111). Dans le classement par Groupes, y compris ceux à l’étranger, on a encore la domination Fabre avec 26 succès en France et les Middle Park Stakes (Gr1) d'Earthlight. Carlos Laffon-Parias est à sept. Jean-Claude Rouget et Henri-Alex Pantall sont dead-heat avec cinq succès.

Jockeys

La première de Maxime Guyon dans l’année Boudot

Maxime Guyon a remporté sa première Cravache d’or avec beaucoup d’avance et il a terminé sa saison avec 234 succès, soit 33 de plus que Pierre-Charles Boudot qui a enregistré sa troisième année avec plus de 200 victoires. C’est à la photo que Mickael Barzalona a gardé la troisième place devant Cristian Demuro. Pierre-Charles Boudot peut quand même sabrer le champagne car en plus de la première place dans le classement par gains, il a signé un record historique : il est le premier jockey de l’histoire qui a franchi avec ses montes le cap de dix millions. C’est la saison de son Arc de Triomphe mais aussi celle de 24 succès de Groupe, en comptabilisant aussi l’étranger, et il devance Mickael Barzalona d’une victoire. L’hiver à Dubaï et la fin de saison en Asie ont permis à Christophe Soumillon d’arriver à 14 Groupes.

Galileo devance les grands de France

Waldgeist a donné à son papa Galileo (Sadler’s Wells) son deuxième titre de champion sire en France. C’est l’effet Arc de Triomphe et le dernier étalon ayant décroché la couronne avec sa production française reste Poliglote (Sadler’s Wells) en 2012, quand sa fille Solemia avait gagné la grande course. Siyouni (Pivotal) aurait remporté le titre huit fois dans les dix dernières années avec ses 4,45 M€ mais il doit se contenter de la deuxième place. Siyouni est deuxième dans le classement par gagnants derrière Kendargent (Kendor) qui est aussi tête de liste par le nombre de victoires avec Le Havre (Noverre), deuxième devant l’étalon de Son Altesse l’Aga Khan. Les trois ont enregistré respectivement 114, 105 et 101 victoires. Dans le passé, un seul étalon avait atteint 100 succès, Verglas (Highest Honor) en 2008.