TRIBUNE LIBRE - Merci pour tout Monsieur Monnier

Courses / 06.01.2020

TRIBUNE LIBRE - Merci pour tout Monsieur Monnier

Par Christopher Hogg, éleveur sans sol et propriétaire

« Sans passion, on peut se demander comment les éleveurs sans sol, comme les petits propriétaires, pourraient poursuivre leurs activités. Certes, parfois la chance permet de tomber sur un bon cheval capable de s’illustrer à haut niveau. Mais force est de constater que les plus grandes courses sont l’apanage des plus grandes casaques, ce qui est bien normal vu les sommes investies. Le fait de surveiller les investissements nécessaires pour durer et poursuivre cette passion le plus longtemps possible ne serait pas envisageable sans l’aide et les conseils des socioprofessionnels, et en particulier des éleveurs et des entraîneurs. Ce sont eux qui, en partageant leur propre passion, permettent de continuer et de durer. Cela demande de leur part une vraie bienveillance, laquelle, rappelons-le, est souvent dure à trouver, entre un rêve commun et la nécessité d’une saine gestion, tout évitant la facilité de faire croire à des miroirs aux alouettes qui découragent si rapidement de nouveaux propriétaires. Cette longue relation qui permet d’entretenir cette passion dans le temps, mon père a eu la chance de l’avoir avec Roland Monnier, lequel gérait jusqu’alors le haras de Victot. J’ai également eu le privilège de la partager ces dix dernières années avec lui, son épouse et son équipe. Ce sont ces relations authentiques qui maintiennent la passion des petits propriétaires et éleveurs, et qui continuent de donner de si nombreux partants sur les hippodromes. Quand ces relations s’arrêtent, dans le cas présent pour une retraite mille fois méritée, il semble important de savoir dire merci. »