Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TRIBUNE LIBRE - Prime à l’éleveur : une réforme tardive mais une bonne réforme

Institution / Ventes / 13.01.2020

TRIBUNE LIBRE - Prime à l’éleveur : une réforme tardive mais une bonne réforme

Par Baudouin de La Motte Saint-Pierre, vice-président de l’Association PP, éleveur

« Par un vote sans équivoque, les éleveurs se sont exprimés clairement en faveur de plus d'équité. Incessamment et longtemps isolé, j’ai tiré la sonnette d’alarme. Ce résultat prouve s’il en est besoin la nécessité de ce combat. Il faut tirer de cette trop longue tragi-comédie sur le sujet primordial de la prime à l'éleveur plusieurs enseignements :

1 - France Galop doit toujours éviter de diviser. En mettant au ban du système les chevaux d’âge dont nous avons pourtant tant besoin pour nourrir nos moyennes de partants, France Galop avait attisé des divisions inutiles et suscité des débats dont l’Institution aurait vraiment pu faire l’économie. La réforme ainsi mise en œuvre est une réforme tardive et incomplète, mais dont l’ensemble des membres des PP peuvent se féliciter. C’est une victoire des valeurs que nous portons aujourd'hui comme hier et encore davantage demain.

2 - Les éleveurs ont montré leur attachement à un meilleur équilibre en retenant l’option la plus lisible et la plus équitable dans sa distribution. À chaque allocation doit correspondre une prime pour l’éleveur, et sur la base d’un système de taux unique, simple et compréhensible par tous.

3 - Les éleveurs travaillent dans la durée. Ils ont besoin de règles stables qui n’évoluent pas chaque année en fonction de la conjoncture ou des choix commerciaux. Souhaitons que le système maintenant retenu soit gravé dans le marbre.

4 - En ayant recours, pour prendre une décision, à une formule nouvelle et facile à mettre en œuvre compte tenu des moyens informatiques en pleine évolution, France Galop a fait un pas en avant important vers un mode de gestion désormais participatif. Il est donc établi que les options stratégiques devront être définies par ce système de consultation des acteurs des courses. Bravo au président de France Galop pour cette innovation qui ouvre une phase nouvelle pour les évolutions du Galop, ce dont je me réjouis. »