Uni, une française au sommet du gazon américain

International / 24.01.2020

Uni, une française au sommet du gazon américain

ECLIPSE AWARDS 2019

Cette nuit, alors que la France dormait encore, Gulfstream Park accueillait la cérémonie des Eclipse Awards. Pour le titre de la meilleure femelle sur le gazon américain, nous avons assisté à un véritable mano a mano entre deux françaises de naissance : la tenante du titre, Sistercharlie (Myboycharlie), née à l’écurie des Monceaux, face à Uni (More than Ready), une élève du haras d’Étreham. Au final, c’est la Breeders’ Cup qui a fait la différence. Uni a gagné la Breeders’ Cup Mile (Gr1). Une heure et demie plus tôt, Sistercharlie avait raté le penalty d’une saison parfaite dans la Breeders’ Cup Filly & Mare Turf (Gr1). Le verdict des électeurs a été sans appel : l’alezane a reçu 126 suffrages sur 241 en devançant plus largement que prévu sa rivale (qui en a eu 61).

Un moment de joie chez Étreham. En 2013, le haras d’Étreham a fait naître Almanzor (Wootton Bassett). Ce champion français de naissance et d’entraînement a décroché un Cartier Award (celui du meilleur mâle de 3ans) avant de revenir faire la monte sur son lieu de naissance. Un an plus tard, c’est Uni, future titulaire d’un Eclipse Award, qui voyait le jour. Nicolas de Chambure était certainement très pressé de se lever ce vendredi matin pour découvrir les résultats des Eclipse Awards et il nous a expliqué : « Nous pensions avoir une bonne chance, mais avant le coup cela paraissait très serré. La Breeders’ Cup a joué un rôle décisif :  ce n’était pas évident de battre les mâles et je pense que cette performance a orienté les votes. C’est vraiment un très grand moment pour un haras. Au départ, nous avions gardé la moitié d’Uni, en association avec Sol Kumin et ses partenaires. Ils ont ensuite racheté nos parts. Nous avons conservé un très beau demi-frère de cette championne et ce yearling par Almanzor (Wootton Bassett) passera en vente en août à Deauville. Au mois de décembre 2019, lors de la vente d’élevage, nous avons vendu la mère, Unaided (Dansili), pour 1,25 million d’euros à Peter Brant. Elle était pleine de No Nay Never (Scat Daddy). Après Uni, qui est son premier produit, Unaided n’a donné que des mâles. Mais lorsque l’occasion se présentera à nouveau, nous investirons encore une fois dans cette souche. »

Sa mère avait "bricolé" au Japon. En novembre 2013, le haras d’Étreham, par l’intermédiaire de Meridian Bloodstock, avait acheté Unaided pour 230.000 $ (208.000 €) à Keeneland. La future poulinière était déjà passée en vente dans ses jeunes années. Achetée 65.000 Gns (80.800 €) à Tattersalls en octobre 2012, elle a "bricolé" au Japon sans parvenir gagner le moindre yen en huit sorties. Unaided s’est ensuite envolée pour les États-Unis. Il s’agit d’une demi-sœur de la lauréate de Gr3 Whazzis (Desert Prince) et de la gagnante black type Whazzat (Daylami). Cette dernière a donné le bon sprinter James Garfield (Exceed and Excel), lauréat des Mill Reef Stakes (Gr2), et désormais étalon chez Rathbarry Stud. La deuxième mère, Wosaita (Generous), est une demi-sœur de la lauréate du Prix de Diane (Gr1) Rafha (Kris), qui a produit les grands étalons Invincible Spirit (Green Desert) et Kodiac (Danehill).

L’œil de Nicolas de Watrigant. Uni a débuté avec la casaque Étreham à Deauville, sous la férule de Fabrice Chappet, en ouvrant son palmarès le 6 janvier de son année de 3ans. Elle s’est ensuite classée troisième dans le Prix de la Californie (L). Mais c’est après son succès face aux mâles dans le Prix Matchem (L) qu’elle est montée dans l’avion pour les États-Unis. Le deal fut négocié par Nicolas de Watrigant, ce dernier ayant toute la confiance de Sol Kumin et de Bradley Weisbord pour leurs achats européens. Uni a commencé sa carrière américaine avec une troisième place dans les Belmont Oaks (Gr1). La pouliche a décroché son premier succès de Groupe dans les Sandy Point Stakes (Gr2) au mois de septembre de ses 3ans. Elle est devenue gagnante de Gr1 au mois de décembre de ses 4ans, lorsqu’elle s’est imposée dans les Matriarch Stakes à Del Mar. Son entraîneur, Chad Brown, a très bien géré sa campagne de 5ans : Uni a couru quatre fois. Il a su convaincre les copropriétaires de débourser 100.000 $ pour l’engager dans la Breeders’ Cup Mile face aux mâles… alors qu’elle disposait d’un engagement gratuit dans le Filly & Mare Turf, face aux seules femelles !

Une domination française… méconnue ! Uni va rester à l’entraînement en 2020, à l’âge de 6ans, tout comme Sistercharlie. Les deux françaises de naissance ont décroché le même rating (118) dans le World’s Best Racehorse Ranking. Uni a ajouté une pierre supplémentaire à la domination française dans les courses de femelles sur le gazon américain. C’est en 1979 que cette catégorie a été ajouée à la soirée des Eclipse Award. Et les françaises – de naissance et/ou d’entraînement – ont décroché la couronne 17 fois. Plus précisément, à 10 reprises la victoire est revenue à des femelles entraînées dans l’Hexagone. Mais les trois dernières sont toutes des pensionnaires de Chad Brown… issues de l’élevage français ! Malheureusement, à l’étranger, beaucoup ignorent qu’un cheval peut porter l’affixe GB (comme Uni) ou IE (comme Sistercharlie) tout en étant le produit de l’élevage français. D’ailleurs, cette nuit, le speaker des Eclipse Awards a annoncé que la gagnante avait vu le jour en Grande-Bretagne et il n’a même pas mentionné le haras d’Étreham… une situation très frustrante.

Bricks and Mortar, le gazon au sommet. Chad Brown n’a que 41 ans. Le jeune professionnel, outre son quatrième Eclipse Award en tant qu’entraîneur, a eu le bonheur de voir un autre de ses pensionnaires, Bricks and Mortar (Giant’s Causeway), décrocher le titre suprême. À l’issue d’une saison parfaite, il a en effet été nommé Horse of the Year, avec 204 votes sur 241, loin devant le sprinter Mitole (Eskendereya). Le titre va coûter assez cher à Shadai Farm. Les Japonais ont en effet acheté Bricks and Mortar pour en faire un étalon. Dans le deal négocié par le courtier italo-américain Eugenio Colombo, un bonus était prévu dans le cas où il aurait remporté la couronne ! Bricks and Mortar a fait l’unanimité comme meilleur mâle sur le turf. Et il est devenu ainsi le quatrième cheval de gazon à être élu Horse of the Year sur les trente dernières années après Wise Dan (Wiseman’s Ferry) en 2012 et 2013 et le Wertheimer Kotashaan (Darshaan) en 1993.

Pas des surprises. Les autres catégories ont livré des verdicts conformes aux attentes. Vino Rosso (Curlin) est le meilleur cheval d’âge sur le dirt avec 129 votes, Midnight Bisou (Midnight Lute) a dominé l’équivalent chez les femelles grâce à 201 votes. Mitole a décroché le titre chez les sprinters avec 236 votes. Covfefe (Into Mischief) a eu 189 votes et est ainsi devenue la meilleure pouliche de 3ans, mais elle a aussi été élue meilleure femelle sur le sprint avec 235 voix. Maximum Security (New Year’s Day) est le patron chez les 3ans avec 217 suffrages alors que British Idiom (Flashback) et Storm the Court (Court Vision) sont respectivement les champions des pouliches et des poulains de 2ans avec 222 et 147 votes. Seth Klarman et William Lawrence, associés sur Bricks and Mortar, ont reçu le trophée des propriétaires. Ce fut aussi le cas des autres personnes liées au Horse of the Year, dans leurs catégories respectives : George Strawbridge en tant qu’éleveur et Irad Ortiz parmi les les jockeys.

Un japonais champion des apprentis. La surprise est arrivée au moment de l’annonce du meilleur apprenti de l’année 2019. Kazushi Kimura, japonais de l’île de Hokkaido et formé à l’école de Japan Racing Association, a battu à la lutte Julio Correa. Le jeune homme, âgé de 20 ans, exerce à Woodbine, au Canada. Il a gagné 104 courses lors de sa première saison en 2018 et il a amélioré son score en 2019, avec 148 succès (soit une réussite de 17 %). Kazushi Kimura a aussi déjà pris des places dans les Groupes. Un Japonais champion aux États-Unis ? Il y a vingt ans, tout le monde aurait cru à de la science-fiction !

LES FEMELLES NÉES, FORMÉES OU ENTRAÎNÉES EN FRANCE AYANT DECROCHÉ UN ECLIPSE AWARD SUR LE GAZON

Saison

Championne (Age)

Entraîneur

Propriétaires

Éleveurs

2019

Uni (5)

Chad Brown

Head of Plans, Dubb, La Penta & Bethlehem St.

Haras d’Étreham

2018

Sistercharlie (4)

Chad Brown

Peter M. Brant

Écurie des Monceaux

2012

Zagora (5)

Chad Brown

Martin S. Schwartz

Éric Puerari & Oceanic Bloodstock

2011

Stacelita (5)

Jean-Claude Rouget

Martin S. Schwartz

Jean-Pierre Dubois

2010

Goldikova (5)

Freddy Head

Wertheimer & Frère

Wertheimer & Frère

2009

Goldikova (4)

Freddy Head

Wertheimer & Frère

Wertheimer & Frère

2007

Lahudood (4)

Kiaran McLaughlin (John Hammond)

Shadwell Racing

Shadwell

2005

Intercontinental (5)

Robert J. Frankel

Khalid Abdullah

Juddmonte

2001

Banks Hill (3)

André Fabre

Khalid Abdullah

Juddmonte

1994

Hatoof (5)

Christiane Head

Maktoum Al Maktoum

Gainsborough Farm

1991

Miss Alleged (4)

Pascal Bary

Fares Farm

Carl M. Freeman

1988

Miesque (4)

François Boutin

Stavros Niarchos

Flaxman Holdings

1987

Miesque (3)

François Boutin

Stavros Niarchos

Flaxman Holdings

1986

Estrapade (6)

Charles E. Whittingham

Allen E. Paulson

Nelson Bunker Hunt

1983

All Along (4)

Patrick Biancone

Daniel Wildenstein

Dayton Investments

1982

April Run (4)

Francois Boutin

Diana M. Firestone

F. Feney

1979

Trillion (5)

Maurice Zilber

Nelson Bunker Hunt

Nelson Bunker Hunt