Le poids attribué à Tiger Roll pour le Grand National fait débat… comme prévu !

International / 12.02.2020

Le poids attribué à Tiger Roll pour le Grand National fait débat… comme prévu !

Christopher Galmiche

Ce mardi, au cours d’une grande cérémonie organisée au St George’s Hall à Liverpool, les poids des engagés dans le Grand National (Gr3) ont été annoncés. Celui de Tiger Roll (Authorized) était forcément le plus commenté. En effet, il a remporté deux fois la course et pourrait tenter un triplé seulement réussi par le mythique Red Rum. Logiquement, il est le favori de la course chez les books. Propriétaire de Tiger Roll, Michael O’Leary avait mis la pression sur les handicapeurs en déclarant que le bien-être du cheval passait avant tout, ce qui est louable. Mais c’était surtout une manière de se donner toutes les chances d’avoir un poids acceptable. Finalement, le handicapeur l’a crédité du top weight avec 74,5 kilos contre 72 en 2019 et 69 en 2018. Il s’est basé sur l’incroyable aptitude de Tiger Roll au parcours d’Aintree ce qui le rend « imbattable » selon ses termes. Il a aussi expliqué qu’il l’avait placé deux livres en dessous de sa valeur en fin de saison dernière. Depuis Suny Bay en 1998, lequel avait fini deuxième, aucun cheval n’a porté autant de poids. Aucun n’a d’ailleurs réussi à gagner le Grand National avec ce poids. Et même Red Rum n’avait pas gagné la course de manière consécutive, notamment à cause du poids. On peut analyser la valeur de Tiger Roll de deux manières. Elle est très élevée, mais le handicapeur est bien obligé de pénaliser un double gagnant de la course qui est couru sous la formule handicap. Mais d’un autre côté, il n’est pas logique qu’il soit à la même valeur que son compagnon d’écurie et d’entraînement Delta Work (Network), qui ira sur la Gold Cup (Gr1), ou encore qu’il doive rendre du poids à des vainqueurs de Gr1 comme Bristol de Mai (Saddler Maker) et Native River (Indian River). Mais tout cela ne fait-il pas simplement partie du "spectacle" du Grand National ? De fait, Native River et Delta Work ne devraient pas courir l’épreuve. Donc Tiger Roll aura des rivaux largement dans ses cordes. Sera-t-il au départ ?

Du 50/50 pour les propriétaires. Eddie O’Leary, frère de Michael, qui gère les intérêts de Gigginstown House Stud, a donné son sentiment sur la valeur attribuée à Tiger Roll : « Tiger Roll adore sauter, sinon il ne serait pas à Aintree. Les 74,5 kilos, nous le comprenons. Mais nous regardons aussi comment sont traités les autres chevaux. La valeur de Native River, un gagnant de Gold Cup, a été compressée si bien que nous devrions lui rendre deux kilos… Le handicapeur a un job à faire et il l’a fait. Nous voudrions qu’il y ait plus de "compression" en haut de tableau et de logique. Nous devons maintenant décider si nous courrons ou pas. Tiger Roll est inestimable à nos yeux et nous devons veiller sur lui. Il sera engagé dans le Bowl Chase et probablement dans la Punchestown Gold Cup (Grs1). Nous espérons qu’il va réussir sa rentrée à Navan. Il revient d’un souci de santé et ne gagnera probablement pas. Et s’il est arrêté mais que tout va bien, ça nous ira. Ensuite, il courra à Cheltenham et là-bas, il devra nous en montrer plus. Pour le moment, c’est 50/50 quant à courir ou non le Grand National. À présent, le Bowl Chase entre vraiment comme une possibilité dans son programme. Tiger Roll est un cheval très spécial, mais est-il un cheval de Gold Cup ? Un génie comme Gordon Elliott n’a jamais pensé à l’engager dans une Gold Cup. Nous aimerions évidemment voir Tiger Roll essayer de tenter le Grand National pour la troisième fois. Mais il faut que le handicap soit mieux pensé. Le bien-être du cheval est plus important que n’importe quelle course. Si tout va bien, il restera à l’entraînement la saison prochaine. Lorsque vous voyez un cheval de 12ans comme Faugheen courir encore et gagner un Gr1, vous réfléchissez. Pourquoi mettre un cheval à la retraite alors qu’il adore courir et qu’il adore sa vie. À la minute où Tiger Roll dira non, il partira en retraite. »

Gordon Elliott favorable à une troisième tentative. Entraîneur de Tiger Roll, Gordon Elliott a réagi ainsi au poids donné à son pensionnaire : « Nous espérions qu’il porte une ou deux livres en moins. Mais le handicapeur a un travail à faire. Nous sommes pénalisés de quatre livres par rapport à Magic of Light, deuxième l’année dernière... Chacun a son avis. Si ça ne tenait qu’à moi, il courrait. Tiger Roll est connu de tous et c’est la course la plus célèbre du monde. Le plan est de courir ce week-end et ça sera notre point de base. Avant Aintree, il pourrait avoir la chance d’être l’un des rares chevaux à avoir gagné à cinq Festivals de Cheltenham. C’est le cheval d’une vie. Si nous pouvons le courir à Cheltenham, je serai heureux. »

Et les poids des deux français ? Deux français sont engagés dans le Grand National. Le premier, Dalko Morivière (Balko), est entraîné par Jérôme Larrigade à La Teste. Il reste sur une troisième place dans le Prix Bernard de Dufau (L). Il est 69e sur la liste avec un poids de 63 kilos. Le vainqueur d’un Grand Cross de Pau (L), Disco d’Authie (Discover d’Auteuil), sous la responsabilité de David Cottin, est 102e sur la liste avec 54 kilos. Les handicapeurs britanniques ont du mal à attribuer des valeurs à nos chevaux, d’autant plus sur des parcours totalement opposés aux leurs.