Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les entraîneurs français qui ont cartonné avec leurs 2ans en 2019

Magazine / 14.02.2020

Les entraîneurs français qui ont cartonné avec leurs 2ans en 2019

Neuf entraîneurs français ont eu plus de dix gagnants avec les 2ans en 2019. Contre cinq l’année précédente. Certes, c’est presque le double, mais cela ne signifie pas pour autant que l’approche des professionnels a totalement changé, ni que la France a fini par succomber à la mode des 2ans de Royal Ascot…

Par Franco Raimondi

Tout au long de la saison, les 2ans d’André Fabre n’ont cessé de faire parler d’eux. Le maître cantilien a remporté le Darley Prix Morny et les Middle Park Stakes (Grs1) avec Earthlight (Shamardal), ainsi que le Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) avec Victor Ludorum (Shamardal). De même, Tropbeau (Showcasing) et la petite Savarin (Deep Impact) ont aussi gagné leurs Groupes. L’ensemble des 2ans de la maison Fabre dépasse le million de gains (1.057.200 €) en 2019. Une chose que l’on ne voit que très rarement en France. Les gains remportés par les 2ans représentent 11,9 % de l’ensemble de l’écurie. Et on atteint même 17,6 % si l’on enlève le pactole de Waldgeist (Galileo) grâce à son succès dans Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1).

Moins de partants, plus de Groupes. Une autre donnée est à prendre en compte car elle est vraiment étonnante. En 2019, le maître cantilien a certes obtenu plus de gains avec les 2ans, mais il a pourtant eu moins de partants (53) qu’en 2018 (62) dans cette catégorie. Et il a aussi eu moins de gagnants (13 contre 21). On dit que, quand on a de très bons chevaux, on peut prendre plus de temps avec les autres. C’est certainement vrai, mais il faut toujours garder à l’esprit que chaque génération est différente de l’autre… Sept juniors de chez Fabre ont décroché une valeur de 40 ou plus. Et c’est sans compter les fameux profils "une course ou deux et une victoire". Ils n’ont pas droit à un rating, mais ils sont tout de même talentueux et ils pourraient faire très mal à la concurrence en 2020.

Rouget tête de liste par gagnants. Le classement selon le nombre de gagnants a été dominé, comme en 2019, par Jean-Claude Rouget. À l’instar de son rival, il a aligné moins de partants (56 contre 73) et donc moins de gagnants (29 contre 37). Son pourcentage de juniors victorieux est en hausse, passant de 50,6 à 51,7 %. L’équipe Rouget a gagné un peu plus que l’année précédente (808.540 €). Et grâce à une proportion importante de « nés et élevés », les Rouget dépassent les Fabre au classement des "gains plus prime". Douze 2ans de Jean-Claude Rouget ont décroché une valeur 40 ou plus. Mais on peut facilement en ajouter encore une bonne dizaine à suivre si l’on considère ceux qui n’ont pas de rating. En 2018, Sottsass (Siyouni), futur lauréat classique, avait couru deux fois, remportant une Classe 2 à Clairefontaine. Au mois de février de ses 3ans, il n’avait pas encore de rating. Mais son succès correspondait à une valeur plus proche de 45 que de 40…

Les spécialistes de Guillemin, le métronome de Ferland. Didier Guillemin est deuxième du classement par le nombre de gagnants (24), cinquième par les gains et troisième au nombre de victoires. Il fait preuve d’une redouble efficacité sur ce créneau (mais pas que !) et, tout en comptant davantage de partants (46 contre 30), il a conservé presque le même pourcentage de gagnants. Les gains obtenus par ses 2ans s’élèvent à 485.670 € et représentent un tiers du chiffre d’affaires de l’écurie. Les juniors de Christophe Ferland sont réglés comme du papier à musique. Seize d’entre eux ont remporté un total de 22 courses, exactement comme en 2018, et leurs gains ont atteint 404.290 €, c’est-à-dire 120 € de moins que l’année précédente. Il a couru 30 poulains et pouliches, et 6 d’entre eux ont décroché une valeur 40 ou plus.

La grande saison de Fréderic Rossi. Fréderic Rossi occupe la deuxième place au classement par les victoires (30). Et la troisième par les gagnants (17) et par les gains (678.215 €). Le Marseillais a vécu une saison exceptionnelle, et les 2ans y ont grandement contribué avec presque 30 % des gains de l’écurie. Mais sa réussite va au-delà, elle n’est pas que quantitative. Son cheval le plus riche n’est autre que Kenway (Galyway), quatre de ses 2ans sont black types et sept des seize 2ans ont une valeur supérieur à 40. Il est également l’un des trois professionnels à avoir dépassé le million en "gains plus prime". En résumé, tous ses chiffres de 2018 ont été multipliés par deux ou par trois.

Chappet, une génération volante. Nous venons d’évoquer des professionnels qui, à l’exception d’André Fabre, entraînent tous en région. Et Chantilly alors ? Le classement nous offre deux surprises : Fabrice Chappet et Andrea Marcialis. Le Français est passé de sept à 17 gagnants sur 27 partants, c’est-à-dire que 63 % de ses 2ans présentés en compétition ont remporté leur course, et pas des réclamers… Dix d’entre eux ont décroché 40 ou plus de valeur, sur un total de 18 chevaux. Quatre ont même décroché leur caractère gras. On le sait, la maison Chappet compte de nombreux jeunes prometteurs. Généralement, ils ont peu couru, mais ont déjà ouvert leur palmarès.

Marcialis de trois à seize gagnants. En 2018, le Milanais de Chantilly avait sorti 11 juniors, dont trois gagnants, auxquels s’ajoutent la placée de Groupe Lagrandecatherine (Pedro the Great), qu’il avait achetée à réclamer. En 2019, il est monté d’un cran avec 16 gagnants sur 34 partants, dont six au-dessus de 40 de valeur. Andrea Marcialis est quatrième au classement des 2ans par les gains (489.060 €), alors qu’il arrive en onzième position dans celui "tous âges confondus".

Palussière baisse, Pantall monte. Deux autres entraîneurs ont franchi la barre de dix gagnants. Matthieu Palussière a payé au prix fort le départ de l’armada Marnane, qui en 2018 avait eu plus de 50 partants de 2ans dont 27 gagnants. En 2019, il a présenté 20 juniors en course, dont 11 ont remporté aux moins une course et six on décroché 40 ou plus de valeur. Henri-Alex Pantall, quant à lui, a eu 12 gagnants sur 51 partants, alors qu’en 2018 il était à 8 sur 59. À Beaupreau, quand les 2ans sont capables de galoper, on ne les empêche pas de gagner de bonnes courses !

Les grandes maisons de Chantilly. Plusieurs grandes maisons cantiliennes n’ont pas atteint les cinq gagnants avec leurs 2ans et ne figurent donc pas dans notre tableau. Mais cela n’a rien d’une surprise. Les entraîneurs dits "classiques" travaillent pour façonner des 3ans de haut niveau. Freddy Head a eu sept gagnants, dont Devil (Siyouni), lauréat de Groupe, Mauricio Delcher-Sanchez est à six et peut compter sur Marieta (Siyouni), deuxième du Prix Marcel Boussac (Gr1), Carlos Laffon-Parias a sorti cinq gagnants, dont deux se sont imposés dans les Groupes, Écrivain (Lope de Vega) et Hopeful (Motivator), Pia Brandt est à trois mais a remporté le Critérium de Saint-Cloud (Gr1) avec Mkfancy (Makfi). Les 2ans "kleenex" ne sont pas une spécialité de l’entraînement français mais, avec les jeunes chevaux, la France est tout de même en train d’évoluer…

CLASSEMENT DES MEILLEURS ENTRAÎNEURS FRANÇAIS CHEZ LES 2ANS

Entraîneurs

Chevaux

Gagnants

Courses

Victoires

Places

Gains

Gains plus prime

40 et plus de valeur

Jean-Claude Rouget

56

29

147

38

79

808.540

1.204.587

12

Didier Guillemin

46

24

141

30

87

485.670

756.515

3

Fréderic Rossi

35

17

122

32

66

678.215

1.044.643

7

Fabrice Chappet

27

17

73

19

43

454.770

700.519

10

Andrea Marcialis

34

16

114

21

63

489.060

682.470

6

Christophe Ferland

30

16

83

22

39

404.290

632.005

6

André Fabre

53

13

105

23

52

1.057.200

1.134.329

7

Henri-Alex Pantall

51

12

132

14

46

274.475

413.491

4

Matthieu Palussière

20

11

104

19

54

413.140

601.203

6

Ludovic Gadbin

29

9

98

10

53

209.770

323.339

1

Yann Barberot

22

8

78

12

38

306.840

475.041

6

P. & F. Monfort

28

8

103

10

43

196.450

254.222

1

François Rohaut

19

8

45

8

22

130.340

188.684

1

Stéphane Wattel

24

7

83

8

52

271.310

404.536

4

Freddy Head

24

7

62

9

24

258.070

367.830

3

Christophe Escuder

29

7

110

10

47

166.450

260.660

0

Jérôme Reynier

19

7

47

7

24

109.730

172.637

0

Mauricio Delcher-Sanchez

13

6

44

6

22

264.530

376.474

3

Henri-François Devin

29

6

72

8

37

246.540

286.796

1

Alessandro Botti

29

6

98

9

47

230.120

288.703

3

Cédric Rossi

15

6

70

12

36

187.375

288.638

1

Kevin Borgel

18

6

73

6

40

130.320

204.750

1

Carlos Laffon-Parias

22

5

46

8

29

301.440

438.775

5

Marc Pimbonnet

16

5

90

5

60

180.855

265.012

0

Philippe Sogorb

18

5

53

6

28

129.740

196.181

3

Jean-Philippe Dubois

9

5

42

6

24

109.400

167.995

0