VENTE MIXTE DE FÉVRIER ARQANA - Les acheteurs français bien présents pour le second jour

Institution / Ventes / 12.02.2020

VENTE MIXTE DE FÉVRIER ARQANA - Les acheteurs français bien présents pour le second jour

MERCREDI, DEAUVILLE

Comme évoqué dans notre édition précédente, la vente de février 2019 fut un cas à part, étant boostée par deux dispersions de prestige (Farès et Moratalla), lesquelles sont par essence des événements peu courants.

À l’issue des deux journées, la situation est comparable aux éditions précédant 2019, le prix moyen de cette année (9.754 €) étant proche de celui de 2018 (9.957 €). Néanmoins, par rapport à 2018, le pourcentage de vendus régresse (de 79,83 % à 66,02 %) ce qui entraîne mécaniquement une baisse du chiffre d’affaires (de 2,85 à 2,35 millions). De même, face à un marché amiable insatiable sur les bons sujets à l’entraînement, cette vacation 2020 a peut-être souffert d’un manque de lots haut de gamme pour cette catégorie. C’est d’ailleurs la première fois depuis 2017 qu’aucun cheval ne dépasse les 200.000 €. Or, on le sait, les gros prix pèsent lourd sur le bilan statistique d’une vente.

On remarquera, en ce qui concerne ce deuxième jour, la bonne tenue des achats français. Ils représentent cinq des sept prix les plus élevés (contre trois en 2018). Ce sont d’ailleurs des éleveurs français, rassemblés autour de Pierre Talvard, qui ont réalisé le top price. Pour 82.000 €, ils se sont offert Princess Bianca (Rock of Gibraltar). Elle est la propre sœur du double gagnant de Gr1 et étalon du haras de Montaigu Prince Gibraltar (Rock of Gibraltar).

LA PROPRE SŒUR DE PRINCE GIBRALTAR POUR PIERRE TALVARD ET SES ASSOCIÉS

# 419   PRINCESS BIANCA (F5)  Rock of Gibraltar & Princess Sofia, par Pennekamp     82.000 €

            Acheteur : Scea Écurie haras du Cadran

            Vendeur : Haras du Cadran

            Éleveur : Jean-François Gribomont

Après avoir réalisé une belle saison 2019 (Spirif of Nelson, Rise High, Gm Hopkins, Roman Candle, Marianafoot, San Benedeto…) avec les chevaux élevés et/ou vendus, le haras du Cadran débute bien l’année, ayant élevé pour l’un de ses clients Mariafoot (Footstepsinthesand), gagnante du Prix de la Californie (L). Bien élever, c’est aussi bien acheter. En particulier les poulinières. Et en plaçant l’enchère gagnante pour Princess Bianca (Rock of Gibraltar), l’homme du haras du Cadran a certainement réalisé une bonne affaire compte tenu de son pedigree. Il nous a confié : « C'est une belle jument, avec un pedigree irréprochable. Je pense qu’elle va aller à Caravaggio (Scat Daddy) pour reproduire le croisement de Land Force (Scat Daddy sur Rock of Gibraltar), lauréat des Qatar Richmond Stakes (Gr2). Il est toujours intéressant de trouver une jument indemne du sang de Sadler’s Wells (Northern Dancer). Nous sommes très contents. Elle aurait certainement pu coûter beaucoup plus cher. Monsieur Gribomont garde un tiers. L’écurie Mélanie prend un tiers et moi un tiers. » L’écurie Mélanie, en association avec le haras du Cran, a notamment élevé Roman Candle ** (Le Havre), lauréat du Prix Greffulhe. Princess Bianca a gagné deux maidens en province sous les couleurs son éleveur. Carlos Lerner, son ancien entraîneur, nous a expliqué : « C’est une grande et belle jument. Je pense qu’elle peut devenir une bonne poulinière. »

Une belle origine. Rock of Gibraltar (Danehill) est déjà le père de mère de cinq gagnants de Gr1 : Mikki Isle (Mile Championship & NHK Mile Cup, Grs1), Belvoir Bay (Breeders' Cup Turf Sprint, Gr1), Kameko (Vertem Futurity Trophy Stakes, Gr1), Line of Duty (Breeders' Cup Juvenile Turf, Gr1) et Photo Call (First Lady Stakes & Rodeo Drive Stakes, Grs1).

La mère de Princess Bianca, Princess Sofia (Pennekamp), réside au haras du Cadran. Et elle a produit trois bons chevaux, dont l’étalon du haras de Montaigu Prince Gibraltar (Rock of Gibraltar), lauréat du Grosser Preis von Baden et du Critérium de Saint-Cloud (Grs1) et la pouliche Princess Gibraltar (Rock of Gibraltar), gagnante du Grosser Preis der Sparkasse (L) et troisième du Prix de Bagatelle (L). Russian Royal (Nureyev), deuxième mère de Princess Bianca, est à l’origine de 12 black types – en première, deuxième ou troisième génération – dont Illuminate (Zoffany), gagnante des Duchess of Cambridge Stakes (Gr2) et des Albany Stakes (Gr3), mais également deuxième des Cheveley Park Stakes (Gr1)…

LES MEILLEURS ÉLEVEURS ANGLAIS FONT CONFIANCE À NO RISK AT ALL

# 0217t            1/50e de NO RISK AT ALL (M13)           My Risk & Newness, par Simply Great            62.000 €

            Acheteur : Goldford Stud

            Éleveur : Sylvia Wildenstein

Richard et Sally Aston sont à la tête de Goldford Stud, certainement le meilleur haras anglais en ce qui concerne la production de sauteurs. Parmi les meilleurs chevaux qu’ils ont élevés, pour leur compte ou celui de leurs clients, il faut citer Inglis Drever (In the Wings), triple lauréat du Ladbrokes World Hurdle (Gr1), Rule the World (Sulamani), lauréat de trois Groupes dont le Grand National (Gr3) de Liverpool, Riverside Theatre (King’s Theatre), double lauréat de l’Ascot Chase (Gr1) ou encore Cue Card (King’s Theatre), lauréat de neuf Grs1 dont deux fois l’Ascot Chase et trois fois le Betfair Lancashire Chase (Grs1).

Contacté par téléphone ce mercredi, Richard Aston nous a confié : « No Risk at All est un étalon que nous avons beaucoup utilisé. Nous sommes d’ailleurs très contents du travail de l’équipe du haras de Montaigu. Par le passé, nous avons envoyé beaucoup de juments à Martaline (Linamix). No Risk at All n’a cessé de s’affirmer au fil des années. Et nous avons suivi cette progression avec grande attention. Pour un étalon qui n’a que 13ans, ce qui est jeune pour un père de sauteurs, il a un palmarès assez incroyable. Dès lors, nous avons saisi l’opportunité d’acheter une part de ce sire que nous voulons beaucoup utiliser dans les années à venir. Quand vous élevez des sauteurs en Angleterre, vous devez nécessairement envoyer des juments à l’étranger, en France ou en Irlande. C’est un coût supplémentaire, mais la qualité est à ce prix. Alors acheter une part d’un étalon français a du sens. » Le prix de saillie de No Risk at All est passé de 2.500 € à 7.000 € en quelques années. On lui doit notamment Esprit du Large (Henry VIII Novices’ Chase, Gr1), Épatante (Christmas Hurdle Gr1), Highway to Hell (Prix Léopold d’Orsetti, Gr3), Allaho (Powerstown Novice Hurdle, Gr3), Royale Maria Has (Prix Hopper, Gr3)…

La mode des "FR" n’est pas un phénomène récent. Richard et Sally Aston ont acheté de très bonnes juments françaises, comme Ma Filleule (Turgeon), pour 220.000 € sur le ring d’Arqana, ou encore New Destiny (Highest Honor), une sœur de No Risk at All, toujours chez Arqana, mais pour le compte d’un client. Au sujet de ces achats français, l’homme de Goldford Stud détaille : « Si vous ne pouvez pas battre les éleveurs français, il faut leur piquer leurs bonnes souches ! Depuis très longtemps, l’élevage français produit des sauteurs de toute première classe. Ce n’est pas récent. Cela fait près d’un demi-siècle que cela a commencé, avec des étalons achetés en France comme Vulgan (Sirlan) ou Escart (Turmoil). Deep Run (Pampered King), tête de liste en son temps et père de la championne Dawn Run, avait une mère française. En outre, en tant que haras anglais, les pedigrees français nous ouvrent des opportunités commerciales, pour vendre ici, en Irlande, ou en France. Nous avons d’ailleurs bien vendu plusieurs poulains à Deauville. Tout en sachant que les familles et étalons français ont une cote exceptionnelle outre-Manche. C’est enfin une belle opportunité de sortir du sang de Sadler’s Wells (Northern Dancer) qui est présent chez la plupart de nos juments… »

LES PREMIERS YEARLINGS DE RECORDER FONT RECETTE

# 334   (M2019)         Recorder & Keira, par Turtle Bowl          52.000 €

            Acheteur : Sylvain Vidal

            Vendeur : Normandie Breeding

            Éleveurs : Franklin Finance, Sylvain Vidal & Élisabeth Ribard

Sylvain Vidal est allé jusqu’à 52.000 € pour le lot 334, un frère du très prometteur Port Guillaume (Le Havre), lequel a fait impression le 23 janvier à Cagnes-sur-Mer lors de ses premiers pas en compétition. Il nous a confié : « Gérard Augustin-Normand a racheté les parts des autres copropriétaires pour ce beau poulain. C’est un très beau sujet. » Par le passé, Sylvain Vidal a connu une belle réussite avec les produits de jeunes étalons sur le ring d’Arqana, où il a notamment déniché le double lauréat classique Brametot (Rajsaman). Élevé par Franklin Finance, Élisabeth Ribard et Sylvain Vidal, ce foal est un fils de Recorder (Galileo). Les premiers produits de l’étalon du haras de Montfort & Préaux sont yearlings cette année. Sa mère, Keira (Turtle Bowl), gagnante pour ses débuts, fut jument de course honnête. Ce mercredi, elle a été rachetée 105.000 €.

Au haras, Keira a donné Aubevoye (Le Havre), lauréat du Prix Pelleas (L), Houseville (Rajsaman), lauréat de trois courses et donc Port Guillaume, qui vient de faire impression à Cagnes-sur-Mer, au point de faire partie des espoirs de Jean-Claude Rouget.

Keira est une sœur du bon Shutterburg (Soldier of Fortune), lauréat du Grand Prix de Bordeaux et deuxième du Grand Prix de Marseille (Ls), et est une propre sœur d'Anahita ** (Turtle Bowl), elle aussi entraînée par Jean-Claude Rouget pour lequel elle a pris la deuxième place du Prix de Psyché (Gr3) et du Prix Volterra (L), ainsi que la troisième place du Prix Occitanie (L). Exportée à Dubaï, elle s'est classée deuxième des Balanchine Stakes (Gr2) et troisième des Cape Verdi Stakes (Gr2).

# 356   (F2019)           Recorder & Luna Celtica, par Celtic Swing         38.000 €

            Acheteur : Guy Petit

            Vendeur : Normandie Breeding

            Éleveurs : Franklin Finance, Sylvain Vidal & Élisabeth Ribard

Toujours dans la première production de Recorder, cette femelle a été vendue 38.000 € et c’est Guy Petit qui a signé le bon à 38.000 € pour Noëlle Hosselet. L’animatrice du haras de la Croix Sonnet nous a expliqué : « Elle pourrait repasser en vente, pourquoi pas. Mais l’objectif est plutôt d’avoir une bonne pouliche, et peut-être une future poulinière, pour produire en plat. » Recorder officie à 5.000 €. La mère de la pouliche, Luna Celtica (Celtic Swing), a déjà donné trois bons chevaux : La Pernelle (Beat Hollow), deuxième du Prix Vanteaux (Gr3), Celtic Rock (Rock of Gibraltar), gagnant de 11 courses dont le Prix André Baboin (Gr3), et Fresles (Royal Applause), lauréate du Prix Miss Satamixa (L). Luna Celtica est aussi la deuxième-mère de Moskova (Invincible Spirit), troisième du Prix Mélisande (L).

LA SŒUR D’ECTOT POUR UN CLIENT IRLANDAIS D’HOWSON & HOULDSWORTH BLOODSTOCK.

# 245   MERVILLE (F12)   Montjeu & Tonnara, par Linamix 50.000 €

            Pleine d’Australia

            Acheteur : Howson & Houldsworth Bloodstock

            Vendeur : Wertheimer & Frère

            Éleveurs : Écurie des Monceaux & Écurie Skymarc

Les filles de Montjeu (Sadler’s Wells) se font rares et grâce à la réussite d’Obviously (Shoemaker Mile, deux fois, Breeders Cup Turf Sprint, Grs1), Charm Spirit (Prix Jean-Luc Lagardère, Queen Elizabeth II Stakes & Prix Jean Prat, Grs1), Legatissimo (1.000 Guinées, Nassau Stakes & Matron Stakes, Grs1), Journey (British Champions Fillies & Mares Stakes, Gr1), elles sont recherchées… Merville (Montjeu), présentée par Wertheimer & Frère, a été acquise par un client irlandais d’Howson & Houldsworth Bloodstock. Geoffrey Howson nous a confié : « C’est une page de catalogue dont on peut espérer qu’elle s’améliore dans les années à venir. » Merville, pleine d’Australia (Galileo), a déjà donné trois gagnants, dont Ouezy (Le Havre), en valeur 39. La deuxième mère a produit l’étalon du haras de Bouquetot Ectot (Hurricane Run), gagnant du Critérium International et des Joe Hirsch Turf Classic Stakes (Grs1), ou encore Most Improved (Lawman), lauréat des St James's Palace Stakes (Gr1). La deuxième mère a produit l’étalon du haras des Granges Johnny Barnes (Acclamation), lauréat du Prix Quincey (Gr3) et deuxième du Critérium International (Gr1).

ALBAN CHEVALIER DU FAU S’OFFRE LA SŒUR DE YAKABA

# 333   AYABA (F3) Medicean & Kayaba, par Anabaa 45.000 €

            Acheteur : Broadhurst Agency

            Vendeur : Wertheimer & Frère

            Éleveur : Wertheimer & Frère

On se souvient que Yakaba (Medicean) avait gagné le Prix d'Arenberg (Gr3) en affolant le chronomètre. Sa propre sœur Ayaba (Medicean) n’a pas couru, mais moyennant 45.000 €, elle va rejoindre l’effectif d’Alban Chevalier du Fau qui nous a expliqué : « C’est une famille très connue pour sa vitesse et sa précocité, très vivante. Sa sœur Hergame (Motivator), placée du Prix Six Perfections (L), a été vendue 200.000 € à BBA Ireland, la semaine dernière, chez Goffs. Yakaba est à la reproduction chez les frères Wertheimer et Pierre-Yves Bureau m’en a dit beaucoup de bien. Ayaba a des aplombs critiquables, mais un beau dessus. J’espère qu’elle nous fera de beaux yearlings pour aller aux ventes. Elle vient chez moi à Angers. Son papier est original et cela la rend facile à croiser. » Medicean (Machiavellian) est le père de mère d’Admire Mars (Asahi Hai Futurity Stakes, Hong Kong Mile & NHK Mile Cup, Grs1), et de Shakeel (Grand Prix de Paris, Gr1). La deuxième mère a donné Barbayam (Stormy River), gagnante du Prix Amandine (L) et deuxième du Prix Miesque (Gr3). Sous la troisième mère, on retrouve Sendawar (Priolo), gagnant de la Poule d'Essai des Poulains, du Prix d'Ispahan, du Prix du Moulin de Longchamp et des St James's Palace Stakes (Grs1).

UNE PETITE-FILLE DE PRODIGALITÉ POUR DAVID POWELL

# 380   MOODY MARY (F6)          Saint des Saints & Mood, par Laveron     35.000 €

            Acheteur : Écurie du Chêne

            Vendeur : Haras du Hoguenet

            Éleveurs : Haras du Hoguenet & Pierre Goral

Moody Mary (Saint des Saints) a gagné une course sur les haies de Pau en février 2019. David Powell a eu le dernier mot pour cette ancienne pensionnaire de Robert Collet à 35.000 €. C’est une fille de Saint des Saints (Cadoudal), lequel est le père de mère de De Bon Cœur (Prix Cambacérès, Prix Renaud du Vivier & Grande Course de Haies d’Auteuil, Grs1), Adrien du Pont (Finale Juvenile Hurdle, Gr1), Envoi Allen (Champion Bumper, Royal Bond Novice Hurdle & Lawlor's of Naas Novice Hurdle, Grs1), Figuero (Prix Maurice Gillois, Gr1), Douvan (10 victoires de Gr1 outre-Manche)… Moody Mary est une fille de Mood (Laveron), lauréate du Prix François de Poncins (L) et troisième du Prix André Michel (Gr3). La deuxième mère, Prodigalité (Saint Andrews), deuxième du Prix Finot (L), s’est révélée une remarquable reproductrice. Elle est à l’origine – en première, deuxième ou troisième génération – d’une dizaine de black types sur les obstacles, dont Invicter (Sholokhov), gagnant du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2) et deuxième du Prix Cambacérès (Gr1), Worldbest (Muhtathir), vainqueur du Prix Camille Duboscq (L), troisième du Grand Prix d'Automne et du Prix Renaud du Vivier (Grs1)…

LES TOP-LOTS
Lot S/A Nom Origines Prix
419 F5 Princess Bianca Rock of Gibraltar & Princess Sofia 82.000 €
Acheteur : Scea Écurie Haras du Cadran
Vendeur : Haras du Cadran
334 M1 Collandres Recorder & Keira 52.000 €
Acheteur : Sylvain Vidal
Vendeur : Normandie Breeding
245 F12 Merville Montjeu & Tonnara 50.000 €
Pleine d’Australia
Acheteur : Howson & Houldsworth Bloodstock
Vendeur : Wertheimer & Frère
333 F3 Ayaba Medicean & Kayaba 45.000 €
Acheteur : Broadhurst Agency
Vendeur : Wertheimer & Frère
356 F1 Longuerue Recorder & Luna Celtica 38.000 €
Acheteur : Guy Petit
Vendeur : Normandie Breeding
380 F6 Moody Mary Saint des Saints & Mood 35.000 €
Acheteur : Écurie du Chêne
Vendeur : Haras du Hoguenet
252 F10 Héronchelles New Approach & Centifolia 28.000 €
Pleine de Kendargent
Acheteur : Daniel Colé
Vendeur : Écurie S. Gavilan
344 F1 La Baroche Recorder & La Bellière 26.000 €
Acheteur : Agence BHB
Vendeur : Normandie Breeding
387 F6 Obedient Motivator & Namaskar 24.000 €
Vide de Shalaa
Acheteur : Anonyme
Vendeur : Haras de Castillon
308 F4 Gazelle Siyouni & Grande Rousse 20.000 €
Acheteur : Meridian International
Vendeur : Haras du Mézeray