SPÉCIAL SAUDI CUP - On ne les arrête plus

International / 28.02.2020

SPÉCIAL SAUDI CUP - On ne les arrête plus

De notre envoyée spéciale à Riyad Adeline Gombaud

Les femmes ne se cachent plus en Arabie Saoudite. Mieux : elles gagnent des courses.

Sous l’impulsion de celui que tous surnomment le prince MBS, les droits des femmes en Arabie Saoudite évoluent petit à petit. Elles peuvent désormais conduire, créer leur société, aller dans les stades et, paraît-il, le port de l’abaya n’est plus une obligation. En 2018, Riyad a même accueilli pour la première fois l’Arab Fashion Week, que l’on imagine toutefois moins festive que sa version parisienne.

Queen, sérieusement ? Forcément, il fallait aussi frapper un grand coup pour la première édition de la Saudi Cup, partie intégrante de la stratégie d’ouverture du pays au monde, baptisée Vision 2030. Sept hommes, sept femmes, quatre courses : parité parfaite pour le challenge des jockeys.

On a tout de même cru rêver quand ont retenti les premières notes du mythique tube de Queen Don’t Stop Me Now pour l’arrivée des chevaux de la première manche du challenge. La personne en charge de la sonorisation a fait volte-face avant que Freddie Mercury ait eu le temps de s’étendre sur la façon dont il comptait s’en payer une bonne tranche. Tant pis, revenons au sport.

Lisa Ire. De la tribune, à 100m du poteau, Olivier Peslier avait encore les choses bien en main. Mais, à la corde, la Néo-Zélandaise Lisa Allpress est venue coiffer notre légende. Elle s’offre une place à vie dans la toute récente histoire des courses internationales de Riyad, en devenant la première femme à triompher sur le King Abdulaziz Racetrack. Sibylle Vogt est troisième de cette manche, avant de remporter la dernière.

On vous mentirait si on vous disait que l’ambiance valait celle des JeuXdi de ParisLongchamp (l’effet Badoit, sans doute), mais enfin Lisa restera à jamais la première. Entre ces deux succès féminins, Mike Smith n’a pas fait de détail en gagnant d’une rue la deuxième manche, devant Mickaëlle Michel, que même le Coronavirus n’arrête pas, et Sibylle Vogt, encore. L’Américain a enfoncé le clou en devançant Yutaka Take dans la troisième manche. C’est lui qui gagne le challenge, devant Sibylle Vogt, Lisa Allpress et Mickaëlle Michel.

Un petit bout de France à Riyad

Comme l’a souligné Bob Baffert jeudi, les stalles de départ pour la réunion de la Saudi Cup ont été fournies par l’entreprise française Fornells. C’est aussi Fornells qui a réalisé la lice mobile pour le décordage de la piste en gazon. TecRail, autre entreprise française dirigée par Jean-Philippe Boisgontier, a quant à elle équipé de lices fixes la piste en gazon (intérieur et extérieur), ainsi que la piste de quarantaine.

La grande réunion en accès libre sur Equidia Racing

Vous aussi vous souhaitez vivre ce grand moment d’histoire ? Rendez-vous sur Equidia Racing ce samedi à partir de 13 h 45.