À l’assemblée générale de l’Association des propriétaires de chevaux de course au galop du Sud-Est et de Corse

Institution / Ventes / 06.03.2020

À l’assemblée générale de l’Association des propriétaires de chevaux de course au galop du Sud-Est et de Corse

À l’assemblée générale de l’Association des propriétaires de chevaux de course au galop du Sud-Est et de Corse

L’assemblée générale ordinaire de l’Association des propriétaires de chevaux de course au galop du Sud-Est et de Corse s’est tenue le jeudi 13 février dans le salon panoramique de l’hippodrome de Marseille-Vivaux à l’issue de la réunion de courses. Elle était présidée pour la première fois par Antoine Bardini, récemment élu à la présidence.

Après l’habituel rapport moral et financier, place aux votes : le conseil d’administration s’est enrichi d’un nouveau membre bien connu, Philippe Faucampré, qui viendra apporter sa grande expérience de propriétaire dans les débats.

Le résultat des élections 2019 au comité de France Galop a été commenté par les principaux protagonistes. Trois sièges ont été obtenus dans le collège des propriétaires soit 28,20 % des voix. La liste suivante est arrivée loin derrière. Le SNPG est clairement sorti vainqueur en voix et en sièges dans son propre collège. Au niveau du comité régional, le choix avait été fait de mener une liste d’union, élue à 100 % dans le collège des propriétaires.

Le Syndicat national des propriétaires a décidé de proposer au second tour une candidature de rassemblement de l’ensemble des socioprofessionnels en la personne de Serge Tardy. La décision d’une des associations socioprofessionnelles de se ranger du côté du président sortant n’a pas permis la victoire.

L’APGSE a par la suite évoqué ses principales missions pour l’année 2020 avec l’appui du Syndicat national des propriétaires :

– la demande d’un rééquilibrage Paris Province suite aux modifications de programmes faites en 2017 qui ont fortement pénalisé la province et les propriétaires français ;

– la vigilance à tenir sur la répartition entre courses de sélection et hors sélection ;

– la vigilance sur la menace de suppression des indemnités de transport des chevaux ;

– le statut des jockeys ;

– la formulation de nouvelles propositions en réaction aux changements de code sur le

thème des réclamers ;

– la défense des hippodromes dans les grandes métropoles, tels que Borély pour Marseille,

clef de voûte de l’ensemble de la filière dans le Sud-Est.

La réunion s’est achevée par un apéritif apprécié de tous durant lequel les échanges fournis ont continué.