CORONAVIRUS : LA SITUATION À L’INTERNATIONAL - L’Angleterre à huis-clos, enfin !

International / 16.03.2020

CORONAVIRUS : LA SITUATION À L’INTERNATIONAL - L’Angleterre à huis-clos, enfin !

Enfin ! L’Angleterre a décidé de suivre la loi du bon sens et de courir à huis-clos à partir de ce mardi, avec les réunions d’obstacle de Wetherby et Taunton. La décision, prise par la British Horseracing Authority, les hippodromes et les socio-professionnels, est de continuer les courses sans public jusqu’à la fin du mois de mars, mais il est aussi possible que quelques réunions soient supprimées en raison d’absence de personnel. Au programme de cette semaine : trois réunions d’obstacle, mercredi et jeudi ; deux d’obstacle et deux de plat vendredi ; ainsi que trois meetings pour les sauteurs et deux sur les P.S.F. de Lingfield et Southwell samedi. Nick Rust, le directeur de la B.H.A. qui a décidé de fermer ses bureaux suite à la découverte de quelques cas de coronavirus chez ses employés, a dit : « Les hippodromes et les écuries sont strictement liées à leur communauté et ont la responsabilité de protéger la santé publique. Nous avons des mesures à mettre en place pour suivre les ordonnances du gouvernement. Nous savons que cette décision va impacter beaucoup d’activités locales, notamment celles des restaurants et hôtels, qui sont déjà en crise. Nous avons choisi de suivre le conseil du gouvernement, de garder un équilibre entre la santé publique et l’économie. » Weatherbys, qui s’occupe de gérer l’aspect technique des courses, a aussi pris des précautions avec des restrictions pour l’accès des clients aux bureaux mais a renforcé les services on line pour garantir un travail bien fait.

Quand Cheltenham fut annulé. L’Angleterre a déjà dû faire face à des longues interruptions des courses par le passé. En 1963, suite au mauvais temps, il n’y avait pas eu de courses pendant deux mois, de janvier au début mars. Les P.S.F. n’existaient pas à cette époque. La fièvre aphteuse avait fait des dégâts en 1967 avec six semaines d’arrêt en plein hiver et plusieurs jockeys d’obstacle s’étaient déplacés en France pour trouver du travail. La fièvre aphteuse avait aussi entraîné l’annulation du Festival de Cheltenham en 2001 en empêchant Istabraq (Sadler’s Wells) de remporter pour la quatrième fois le Champion Hurdle (Gr1). Le blocage de toute l’activité n’avait pas duré plus d’une semaine mais la multiplication des foyers de la maladie avait continué jusqu’à l’été avec plus de 120 réunions annulées en obstacle et en plat.

World Cup, l’inconnue… L’Australie sans japonais

Trois événements internationaux risquent d’être sérieusement affectés. Le premier en date est la Dubai World Cup qui est à l’affiche le 28 mars. La grande réunion s’effectuera à huis-clos mais reste à savoir si les professionnels (entraîneurs et jockeys) seront soumis aux nouvelles règles, plus strictes, pour l’accès au pays. En Australie, après le Golden Slipper (Gr1) de samedi, sont attendues les deux réunions du Championship, les 4 et 11 avril. Les courses auront lieu à huis-clos mais le gouvernement australien a décidé d’imposer deux semaines de quarantaine aux voyageurs, entraîneurs et jockeys inclus. Trois japonais, dont Mozu Ascot (Frankel), favori du Doncaster Mile (Gr1), et Danon Premium (Deep Impact), qui a le même rôle dans les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1), étaient attendus à Sydney, mais si les autorités des courses ne trouvent pas d’accord avec le gouvernement, il sera difficile pour le trio de faire le déplacement. Deux anglais, Addeybb (Pivotal) et Young Rascal (Intello), sont déjà sur place, mais le problème se pose aussi pour leurs entourages. Les chevaux de Nouvelle-Zélande resteront chez eux. Les jockeys australiens n’échappent pas au renforcement des règles. Racing Victoria a décidé, depuis ce lundi et pour quatre semaines, que les jockeys des autres États du pays peuvent monter à Melbourne s’ils se rendent aux courses avec leur voiture ou en avion privé. Ceux qui exercent leur profession à Melbourne peuvent sortir, mais en transport privé.

Du côté de l’Argentine, les courses sont suspendues à Buenos Aires jusqu’au 31 mars.

Kentucky Derby très douteux

Il reste un énorme point d’interrogation sur le Kentucky Derby après l'annulation du meeting de Keeneland qui était prévu du 2 à 24 avril. . Dimanche, l’hippodrome de Sunland, dans le
Nouveau Mexique, a annoncé sa fermeture quelques heures après avoir validé les partants de sa grande course, le Sunland Derby (Gr3), une étape sur le chemin pour le Kentucky Derby. Toutes les courses sont annulées au Maryland alors qu’en Floride, en Californie, dans l’État de New York, en Arkansas et au Texas, les courses continuent à huis-clos.

Ocala lance sa breeze up

Ce mardi démarre à Ocala la breeze up OBS, avec un catalogue de 681 jeunes chevaux. Fasig-Tipton a annulé la vente de 2ans qui était prévue le 1er avril et Keeneland a fait la même chose avec sa vente du 7 avril. En Australie, ce lundi, 124 yearlings ont trouvé preneurs pour un chiffre d’affaires de 3,59 millions de dollars australiens (1,99 M€) lors de la première des deux sessions de Magic Millions March, une vente de second plan.

Le gros morceau arrive les 7 et 8 avril avec l'Australian Easter Yearling Sale d'Inglis. La maison a fait savoir que la vente aura bien lieu, mais on ne pourra s’y rendre qu'exclusivement sur invitation. Le gouvernement australien a imposé l’annulation de tous les rassemblements de plus de 500 personnes non essentiels. Mark Webster, directeur d’Inglis, a expliqué : « La vente ne rentre pas dans cette définition, il s’agit d’un événement essentiel pour le secteur économique des courses. C’est un moment de business, pas une rencontre amicale, et on peut contrôler l’affluence avec les invitations. » Cette année, le catalogue est de 514 yearlings. L’année dernière, avec 349 vendus sur 450, le chiffre d’affaires avait atteint 123,37 millions de dollars australiens (68,66 M€).