CORONAVIRUS - Pas de courses jusqu’au 15 avril

Institution / Ventes / 16.03.2020

CORONAVIRUS - Pas de courses jusqu’au 15 avril

La très mauvaise nouvelle : les courses sont annulées jusqu’au 15 avril. La bonne : la saison de monte ne devrait pas être interrompue. Enfin, JDG continuera à paraître pendant la crise.

Lundi, à 12 h 30, France Galop et LeTrot ont réuni un Conseil d’administration exceptionnel en conférence téléphonique et la décision est tombée peu après : les deux sociétés-mères ont décidé de suspendre toutes les réunions hippiques jusqu’au 15 avril 2020, à compter du mardi 17 mars. Et elles commencent déjà à travailler sur les conséquences économiques de la crise [lire en page 2].

Les conséquences économiques et financières sur les acteurs de la filière seront sans précédent, mais avions-nous un autre choix ? Alors que l’on se dirige vers un confinement total du pays, comment aurait-on pu justifier que l’on continue à courir ? L’essentiel, pendant cette période, c’est que les chevaux puissent continuer à être soignés et à sortir normalement, pour garantir leur bien-être. Bien sûr, cela a un coût. Quelles aides seront mises en place ? Le sujet est bien compris des sociétés-mères, qui devront sans doute en référer à l’État – qui a la tutelle sur notre activité, ne l’oublions pas.

Les transports d’animaux ne sont pas interdits. Cela veut dire que la saison de monte peut continuer, même s’il faut des laboratoires ouverts et des vétérinaires disponibles malgré le possible confinement, les gardes d’enfants, etc. Cela veut-il dire aussi que certains pourraient être tentés d’aller courir en Angleterre et en Irlande puisque, pour l’instant, les courses continuent à huis-clos là-bas ? Pas impossible.

On va s’en sortir ! On va s’entraider !

Pendant la crise, certaines personnes ou certaines entreprises vont avoir besoin d’un coup de main. Covoiturage, jument nourrice, portage de repas à une personne dans l’impossibilité de se déplacer, garde d’enfants, conseils sociaux, fiscaux, bancaires… Les cas de figure sont nombreux et à chaque fois, un peu de solidarité peut souvent apporter la bonne solution.

C’est pourquoi JDG a décidé de créer une rubrique spéciale, où vous pourrez publier gratuitement (et confidentiellement si vous le précisez au préalable) vos demandes ou vos offres d’aide. Pour cela, écrivez à : al@jourdegalop.com

« Notre priorité absolue est la santé de tous les acteurs de la filière »

À 14 h, lundi, Jean-Pierre Barjon (LeTrot) et Édouard de Rothschild (France Galop) ont expliqué : « Notre priorité absolue est la santé de tous les acteurs de la filière et le respect des directives de l’État. En suspendant toute compétition, nous voulons d’abord et avant tout les protéger de la pandémie actuelle. Par cette décision, la filière hippique française montre également sa solidarité et sa responsabilité vis-à-vis de la Nation toute entière.

Nous sommes pleinement conscients des conséquences économiques de l’annulation des courses. C’est pourquoi nous avons décidé d’organiser une grande remontée d’informations depuis les entreprises de la filière jusqu’aux sociétés-mères. Pour cela, nous proposerons aux associations professionnelles de collecter tous les éléments utiles, métier par métier, et de nous les transmettre au cours des semaines à venir. Ce sera la première étape pour la sauvegarde de notre activité.

Les équipes des sociétés-mères sont d’ores et déjà à pied d’œuvre en télétravail et nous continuerons de communiquer au fil de l’évolution de la pandémie.

Le moment que nous vivons est exceptionnel et d’une gravité sans précédent. Nous savons que nous pouvons compter sur l’engagement de tous pour endiguer au plus vite la pandémie ; vous pouvez aussi compter sur notre engagement et notre détermination : personne ne sera abandonné. »

JDG continue

Malgré l’arrêt des courses, Jour de Galop continuera à paraître chaque soir. Cela nous semble important, particulièrement si des régions entières devaient être confinées. Au-delà des informations sur la pandémie, nous ferons notre maximum pour vous informer – et un peu vous distraire pendant cette période qui va être difficile pour tout le monde.

Sans actualité sportive (en France tout au moins), JDG ne sera pas exactement le même. Mais nous avons tant à partager, ensemble, forts de l’incroyable passion qui nous unit ! JDG sera un peu comme un de ces dîners entre amoureux des courses… ces discussions qui n’en finissent pas sur les mérites de tel ou tel jockey… sur l’étalon de rêve pour notre jument… sur son produit à naître qui sera forcément un champion… sur l’exploit d’Arazi dans la Breeders’ Cup… sur le mythique Jockey Club de 1984… sur le traité écrit par Tesio ou la série Luck… Voilà l’esprit que nous essaierons d’insuffler.