Embouteillage

Le Mot de la Fin / 21.03.2020

Embouteillage

C’est avec un certain soulagement que les éleveurs ont appris que la saison de monte allait se poursuivre, tout en ayant bien conscience des risques qu’ils prenaient sur le plan sanitaire. Mais la situation change de jour en jour, et nombreux sont ceux qui craignent que les activités de reproduction ne soient à un moment ou à un autre à l’arrêt. Dans ce cas, que va-t-il se passer ? Les juments non saillies pendant cette période ne seront pas pleines en 2020 : lors du redémarrage de la saison, les étalons vont être surbookés et il sera impossible de rattraper le temps perdu en augmentant la cadence de monte. Et le décalage de la fin de la saison apparaît difficile au moment où les acheteurs veulent toujours plus de précocité. Aussi, en cas de perturbation de la reproduction, la génération de yearlings français 2022 sera affaiblie, avec d’énormes conséquences pour les éleveurs français, dont beaucoup sont déjà en situation difficile sur le plan financier. Pendant ce temps, les éleveurs anglais et irlandais continueront à saillir, pour préparer la génération de yearlings à vendre en 2022 sur le sol français. Alors que faire si l’État ou les évènements venaient à interrompre la monte cette année ? Plusieurs éleveurs nous ont écrit en suggérant que l’insémination artificielle soit autorisée au sortir de la crise, en France et à titre exceptionnel, pour une durée de deux mois. Tout cela, dans l’objectif de rattraper le temps perdu et de sauver la génération de yearlings 2022. Et vous, qu’en pensez-vous ? Pour vous exprimer à ce sujet, envoyez vos tribunes à jdg@jourdegalop.com.