Face à l’effondrement des paris en ligne, les opérateurs tentent l’exotisme

Autres informations / 21.03.2020

Face à l’effondrement des paris en ligne, les opérateurs tentent l’exotisme

Selon les informations de nos confrères du journal Le Monde, l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) s’est réunie jeudi afin de permettre un élargissement des compétitions ouvertes aux paris sportifs sur Internet. Face à la multiplication des annulations des évènements et des championnats sportifs (arrêt des courses, des principaux championnats de football, de la NBA, report de l’Euro et de Roland-Garros…), de nouvelles compétitions vont donc être proposées aux différents opérateurs de paris en ligne, comme l’a déclaré Charles Coppolani, le président de l’Arjel : « Nous avons admis le principe d’une extension de la liste des compétitions conformément à la loi et nous allons faire des propositions aux opérateurs. » Très affectées par l’importante baisse des sommes jouées en ligne, les 13 sociétés agréées (dont font partie le PMU, Geny, Zeturf…) devraient ainsi trouver de nouvelles ressources. Interrogé par Le Monde, Julien Brun, directeur des contenus de Betclic, site qui propose également des paris hippiques, a estimé : « On oscille entre une baisse de 65 % dans les jours où on peut encore proposer des matchs… et 95 % dans les pires. » Pour sa part, Tristan Giuglini, responsable des paris sportifs à Winamax, estime que, si le poker se porte bien, il ne compensera en rien les pertes liées aux paris sportifs. Il a par ailleurs déclaré : « Lundi 16 mars, le volume de mises a été divisé par quatre ; mercredi, c’était par huit, et on s’attend à des journées blanches. »

Des reports de paris vers des championnats "exotiques". Privés des championnats sur lesquels traditionnellement ils engagent leurs paris, les joueurs se tournent vers les derniers matchs qui sont encore organisés. Julien Brun précise : « Depuis les premières annulations, on a constaté un report des paris vers des championnats plus "exotiques", qui ne sont jamais dans le top 10 habituellement. » Ce samedi, par exemple, les différents opérateurs proposaient de jouer sur le championnat de football biélorusse ou encore sur du rugby à XIII australien, une tendance qui va s’accélérer. Pour rappel, les sites de paris en ligne suivent une liste d’événements sportifs ouverts au jeu, rédigée par l’Arjel selon deux principes : l’accessibilité des résultats et la transparence des règlements. Frappés de plein fouet par la crise du coronavirus, les opérateurs ont donc saisi l’instance. Une fois les fédérations concernées consultées, ainsi que le ministère de l’Économie et des Finances, l’Arjel fera des suggestions et les opérateurs choisiront alors les offres qu’ils mettront en place pour leurs clients. Charles Coppolani confie : « Nous surveillons notamment les compétitions en Amérique latine. »

En attendant, des opérateurs redoublent d’originalité. Comme le rapporte Le Monde, certains sites de paris en ligne, en attendant la décision de l’Arjel, proposent déjà de nouvelles formes de paris sportifs. Ainsi, Betclic a lancé sur Twitter, mercredi 18 mars, une course virtuelle entre… un scorpion, un gorille, un tigre et un singe, avec à la clé des crédits de jeu. Martin Houdbine, responsable activité à Betclic, explique : « On veut fidéliser et divertir notre communauté sur les réseaux sociaux. » Ce même opérateur proposera dans les jours qui viennent des tournois de Fifa, de Mario Kart ou encore des challenges sur Instagram pour obtenir des gains.