L’élevage du cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan prend de l’ampleur

09.03.2020

L’élevage du cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan prend de l’ampleur

À la tête d’Al Wathba Stables, Khalil Dababneh est aussi le directeur général de Yas Horse Racing Management. Depuis trois ans, il est également membre du Comité de direction du Festival du cheval arabe de Son Altesse le cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan.

En rejoignant l’équipe du cheikh Mansour, Khalil Dababneh a aussi découvert le monde des courses de chevaux. Il explique son recrutement par la volonté de faire appel à une personne ayant l’expérience du management, sans qu’elle soit forcément issue du sérail. Et pour cause, les prérogatives de son poste sont vastes et diversifiées. Il admet qu’il a encore à apprendre et a néanmoins déclaré : « Je suis très heureux car cela s’est révélé encore plus intéressant que je ne l'espérais ! C’est un contexte très stimulant et je pense que notre succès est en grande partie dû à la qualité de l’équipe en place. Nous avons la chance de travailler pour une équipe qui dispose de certains des meilleurs étalons, tout en ayant une bonne jumenterie… c’est important car l’écurie de course fonctionne en grande partie avec les chevaux de l’élevage. »

L’élevage prend de l’ampleur. Par le passé, les chevaux du cheikh Mansour débutaient leur carrière en France avant d’être éventuellement exportés aux Émirats Arabes Unis pour y courir de 4ans à 6ans. Mais à partir de 2019, l’élevage a pris une autre dimension. À présent, l’élevage et la carrière sportive sont répartis dans les deux pays. En ce moment, environ 35 chevaux sont à l’entraînement en France pour approximativement 80 aux Émirats Arabes Unis. Beaucoup de poulinières ont été envoyées en France et elles vont y rester. Les poulains seront donc élevés dans l’Hexagone, même si une partie restera dans le Golfe. Khalil Dababneh poursuit : « Nous allons analyser les résultats au fur et à mesure avant d’éventuellement procéder à quelques changements. L’année dernière a été très satisfaisante au niveau de l’élevage, avec une production de 220 foals dans les deux pays. Nous avons environ 180 juments pleines pour 2020. Espérons donc qu’elles vont donner naissance à des poulains en bonne santé, pour avoir des générations annuelles approchant les 150 foals. C’est quatre ou cinq fois plus que la saison dernière. »

Il y a trois ans, tous les étalons ont été délocalisés dans une nouvelle entité aux Émirats Arabes Unis, Al Wathba, pour intégrer l’entité Wathba Stallions. Leur promotion est assurée par les courses sponsorisées par le Festival du cheikh Mansour. En 2019, Munjiz (Kesberoy) a été l’étalon tête de liste en Grande-Bretagne et n’a été devancé que par Amer (Wafi) en France, où il était numéro un en 2018. Khalil Dababneh détaille : « Munjiz est un grand étalon. Il nous a donné certains de nos meilleurs chevaux ces dernières années. Mais en ce moment, nous ne nous concentrons pas uniquement sur Munjiz et Mahaab (Tahar de Candelon). Nous voulons aussi mettre en valeur leurs fils au haras, comme Raaziq (Munjiz) et Thakif (Mahabb). Ces deux étalons sont des produits de Sheena (Djelfor), une sœur d’Akbar (Djelfor), lequel nous a donné de très bonnes poulinières. »

Khalil Dababneh poursuit : « Nous avons un très bon lot de juments, avec de la diversité dans les pedigrees. Naturellement, nous voulons nous concentrer sur celles qui nous ont apporté des succès, en privilégiant la conservation de ces familles. Néanmoins, nous ne reproduisons pas systématiquement les mêmes croisements. Nous avons beaucoup de juments par Akbar (Djelfor) et Dormane (Manganate). Et nous aimons les descendants de Cherifa (Chéri Bibi), CR Samborsta (Sambor) et Nevada II (Djanor). »

Le Festival du cheikh Mansour accroît sa présence en 2020

Khalil Dababneh poursuit : « Notre leader, le cheikh Mansour, est le parrain du cheval arabe à travers le monde. C’est sa passion. Et son objectif est de développer cette race à l’international. C’est pour cette raison que le Festival est un élément de promotion du cheval arabe et c’est aussi pour cela que nous avons renforcé notre programme d’élevage. »

Au total, le programme du Festival du cheikh Mansour va sponsoriser 130 courses en 2020, y compris beaucoup de Groupes de pur-sang arabes. Au moment où nous écrivons ces lignes, le cas de quelques épreuves est encore en négociation. Le nombre de courses sponsorisées en France va augmenter pour atteindre le nombre de 30. Il faut noter l’apparition de trois nouvelles épreuves en décembre, à Pau, dans le calendrier publié par l’Afac. Parmi les nouveautés, on notera la présence de huit courses sponsorisées au Koweït. D’autres pays vont être plus fortement soutenus en 2020, c’est le cas de l’Australie, l’Italie, Pologne, l’Espagne et la Grande-Bretagne.  

Khalil Dababneh est aussi très enthousiaste à l’idée que la Sheikh Zayed bin Sultan Al Nayhan Jewel Crown (Gr1 PA) sera désormais courue au début du mois de décembre. Le format du meeting organisé à l’Abu Dhabi Equestrian Club va évoluer pour devenir un véritable festival, avec l’ajout de la Sheikh Zayed bin Sultan Al Nayhan National Day Cup (Gr3 PA) sur 1.600m. Cette épreuve a été remportée par RB Lam Tara (General) l’année dernière. Le programme va aussi accueillir un sprint, une épreuve pour femelles et la GCC Golden Cup.

Khalil Dababneh explique : « En planifiant le programme du Festival du cheikh Mansour, nous avons essayé de procéder de manière plus méthodique. Pour cela, nous avons ajusté le nombre de courses à la population de chevaux de chaque pays. Cela n’a pas de sens de promouvoir les courses de pur-sang arabes dans un pays où il n’y pas de chevaux de cette race, car pour y courir, il fallait les faire venir de l’étranger. À présent, nous nous concentrons sur l’idée de faire grandir la population de pur-sang arabes dans les pays que nous soutenons et que nous aidons donc à atteindre leurs objectifs. »

Des victoires aux Emirats Arabes Unis cette saison

L’écurie a connu deux succès au meilleur niveau aux Emirats Arabes Unis cette saison, avec la victoire de Ziyadd (Bibi de Carrère) dans le Round 2 de l’Al Maktoum Challenge (Gr1 PA) et celle de Rmmas (Mahabb) dans H.H. The President Cup (Gr1 PA). Khalil Dababneh félicite le cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan pour la réussite d’Al Wathba Stables et de Yas Racing et il déclare : « Nous pouvons espérer obtenir d’encore plus beaux succès dans un avenir proche. Nous avons toujours cru en Rmmas, lequel a commencé par remporter un Gr3 et un Gr2 sur les distances plus courtes. Jean de Roüalle a réalisé un fantastique travail en le façonnant pour qu’il gagne en tenue, le cheval remportant la course préparatoire à la President's Cup pour son retour à la compétition. Ses trois sœurs, Rakha (Mahabb), Joudh (Mahabb) et Mabrooka (Mahabb), sont toutes lauréates de Gr1 PA. Et à présent, il intègre le cercle fermé des grands chevaux en remportant un Gr1 qui nous est cher. Nous étions très satisfaits de la victoire de Ziyadd dans le Round 2 de l’Al Maktoum Challenge. Sa performance fut incroyable. Ces deux chevaux évoluent bien à l’entraînement et sont en forme. Ziyadd vise l’Obaiya Arabian Classic, le 29 février à Riyadh, et Rmmas l’Emirates Championship, le 14 mars à Abu Dhabi. Il faut remercier le cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan pour son soutien inconditionnel aux courses de pur-sang arabes à travers le monde. Et en particulier pour le soutien et la confiance qu’il nous accorde. C’est grâce à son implication, à sa vision et à ses directives que nous avons pu obtenir de si bons résultats, en endurance comme dans les courses. »