LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Fabrice Chappet, un rang à tenir

Courses / 15.03.2020

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Fabrice Chappet, un rang à tenir

Par Franco Raimondi

Fabrice Chappet a connu une année 2019 exceptionnelle avec ses 2ans. Il en a couru 27, dont 17 ont gagné, et tous ses juniors ont pris une allocation au moins une fois. Comme le dit toujours le grand analyste américain Andy Beyer, les statistiques des entraîneurs sont d’une grande aide au moment de faire le papier, surtout quand on croise les chiffres. Avec un pourcentage de gagnant par partant de 63 %, Fabrice Chappet est en tête, selon ce critère, du classement des entraîneurs de 2ans. Un autre chiffre impressionnant est la quantité de ses 2ans qui ont décroché une valeur de 40 ou plus. Ils sont 10, soit deux de moins que le leader, Jean-Claude Rouget, qui a eu le double de partants. Bref, 37 % de ses partants ont franchi le cap des 40 alors qu’un score de 20 % est déjà considéré comme très bon !

Fabrice Chappet figure en sixième place dans le classement selon les gains, mais ses 2ans ont disputé moins de courses que ceux de ses confrères qui sont devant lui. Quatre de ses 2ans ont décroché leur black type et les gains des juniors représentent presque un tiers du total de l’écurie. C’est beaucoup, surtout en considérant que les juniors ont moins d’argent à prendre que les chevaux d’âge et surtout moins de courses à disputer, puisque leur saison s’étale sur six mois, voire sept pour ceux qui débutent plus tôt. L’entraîneur n’est pas vraiment surpris de la réussite de son cru 2017 : « J’avais un joli lot et tout s’est bien passé, j’ai pu programmer la saison comme je le voulais et courir les 2ans au bon moment. Ils n’ont pas eu des campagnes très chargées. C’est la qualité des chevaux qui fait toujours la différence. »

Faire mieux que leurs aînés. Le cru 2018 parviendra-t-il à faire aussi bien ? Question pour un champion. Fabrice Chappet, comme tous ses confrères, est logiquement prudent à ce stade de la saison : « Il est très tôt pour les juger mais je suis optimiste : les 2ans sont presque tous arrivés entre novembre et janvier, ils ont pris leur travail du bon côté et ils sont au niveau de préparation prévu. J’ai un bon lot de juniors, avec de belles origines et surtout des jolis modèles. Je pense débuter les plus précoces à partir de juin. En principe, en regardant les pedigrees et le mouvement de ces jeunes, je peux espérer qu’ils puissent faire des 2ans, pas des 2ans de Royal Ascot, mais des juniors capables de bien s’illustrer déjà dans leur première partie de la saison. »

Un Kingman top price. L’escadron des 2ans Chappet est composé par 49 sujets, avec une légère majorité de pouliches (27). Trente-neuf parmi eux sont passé aux ventes en affichant (rachats compris) une valeur avoisinant les 3,7 millions d’euros. Vingt ont été recrutés à la vente d’octobre Arqana, 10 à la vente d’août, 3 à la v.2 et 6 à l’étranger.  Le top price est Steadyman (Kingman), un poulain qui a fait monter les enchères à 675.000 € à la vente d’août où il a été acheté par Amanda Skiffington. Il s’agit d’un demi-frère du très bon sprinter et jeune étalon Goken (Kendargent). Fabrice Chappet est très fier de l’entraîner : « Kingman est un super étalon et le poulain est magnifique, ce qui est logique vu son prix d’achat. Je le vois comme un 2ans qui effectuera ses débuts cet été. »

Les grands étalons de France. Dans le lot, il y a tous les prix et toutes les origines. Dix-neuf sujets sont issus d’étalons qui ont officié en France et le plus représenté est Siyouni (Pivotal), avec quatre pouliches, suivi par Dabirsim (Hat Trick) (trois 2ans, tous appartenant à l’écurie Normandie Pur Sang), et Wootton Bassett (Iffraaj). Fabrice Chappet a entraîné le premier lauréat black type de Siyouni, Mocklershill, qui avait remporté le Prix Yacowlef (L), et connaît bien l’étalon : « On ne le présente plus ! C’est devenu un grand étalon. Je suis toujours preneur des Dabirsim : l’année dernière il m’a donné deux black types avec Célestin et Pizzicato. Wotton Bassett est aussi au top et j’ai trois jolis 2ans, deux pouliches et un poulain, tous achetés à la vente d’octobre. »

Les Américains et les jeunes étalons. Dans la colonne étalons, en plus de Kingman et Siyouni, on trouve les noms de Frankel (Galileo), No Nay Never (Scat Daddy), avec deux pouliches, Quality Road (Elusive Quality) et War Front (Danzig) pour ne citer que ceux qui sont proposé cette année à un tarif de 100.000 € ou plus. Les étalons qui ont leurs premiers 2ans en 2020 sont représentés par neuf produits chez Fabrice Chappet. Il s’agit d’Adaay (Kodiac), Dariyan (Shamardal), Exosphere (Lonhro), Kodi Bear (Kodiac), Morandi (Holy Roman Emperor), New Bay (Dubawi), Scissor Kick (Redoute’s Choice) – tous représentés par un sujet – et The Gurkha (Galileo) qui en a deux. Le lauréat de la Poule d’Essai des Poulains 2016 a reçu un accueil assez froid sur le marché des yearlings, mais Fabrice Chappet le soutient : « Les gens changeront d’idée après avoir vu les deux que j’ai reçus ! J’aime bien la pouliche par Scissor Kick et aussi celle par Morandi. »

Et les mamans aussi… Seize des 2ans de Fabrice Chappet sont issus de juments qui ont acquis leur black type en piste et dix-huit viennent de « black type producers », comme Watch Him (Elvstroem), le demi-frère de Watch Me (Olympic Glory) qui a remporté les Coronation Stakes (Gr1). Fabrice Chappet dit de lui : « Il est beau, il va faire un bon cheval. » Fabrice Chappet compte six 2ans issus d’une jument à la fois black type sur la piste et au haras. Parmi ceux-là figure la demi-sœur par Australia (Galileo) de Rocques (Lawman), un demi-frère de The Juliet Rose (Monsun) par Frankel, et un Zoffany (Dansili) issu de Magic America (High Yield), deuxième du Prix Morny (Gr1) et mère de Look Around (Kingman), une des bonnes 3ans la saison dernière en Angleterre.

Nos cinq coups de cœur

Pas si facile ! Il faut tourner le regard vers l’avenir… mais pas trop loin ! Nous avons donc choisi cinq juniors qui peuvent briller cet été, quand le virus maudit sera un mauvais souvenir…

STEADYMAN (M2)

Kingman & Gooseley Chope, par Indian Rocket

Propriétaire : Fiona Carmichael

Éleveur : Guy Pariente Holding

Son prix d’achat à la vente d’août (675.000 €) parle pour lui. Les résultats de ses deux premières générations (29 black types sur 247 produits) ont fait monter en flèche le tarif de Kingman (Invincible Spirit) de 55.000 £ à 150.000 £ (165.000 €). L’an dernier, dix de ses yearlings ont été achetés à plus de 500.000 €. Ce poulain est un demi-frère de Goken (Kendargent), sprinter de haut niveau qui a remporté deux Grs3 et s’est classé troisième dans les King’s Stand Stakes (Gr1) à Royal Ascot avant de devenir étalon. Il a reçu un bon soutien et peut compter sur 60 juniors. La mère, Gooseley Chope (Indian Rocket), a aussi produit Gokena (Kendargent), pas très loin de son black type.

N (M2)

The Gurkha & Daltiana (Selkirk)

Propriétaire : Antoine Gilibert, Écurie Vivaldi & Luciano Disaro

Éleveur : Écurie des Charmes

Ce poulain a été adjugé 80.000 € à la vente d’août. C’est le dixième prix enregistré par les premiers produits de son père, The Gurkha (Galileo), qui a eu des hauts et des bas sur les rings, d’où la décision de Coolmore de réduire son tarif de 25.000 € à 12.500 €. Le marché se trompe souvent avec ces jugements précipités. The Gurkha avait remporté la Poule d’Essai, par cinq grandes longueurs, ainsi les Sussex Stakes (Gr1).

La mère du poulain, Daltiana (Selkirk), de la grande souche Aga Khan de Dalakhani (Darshaan) et Daylami (Doyoun), a donné une seule gagnante sur quatre produits de 3ans et plus. Deux parmi eux ont décroché une valeur de 40 ou plus, dont la 3ans Digression (Gleneagles) qui a montré des moyens même si elle est encore maiden. Ça, c’est ce que dit le catalogue. Mais Digression est entraînée par Fabrice Chappet et les entraîneurs, quand ils font leur choix, savent toujours plus que ce qui est imprimé sur le catalogue…

EARLY LIGHT (M2)

Wootton Bassett & Accalmie, par Invincible Spirit

Propriétaire : en instance

Éleveurs : Haras des Sablonnets & A. de Talhouët-Roy

Le croisement de ce poulain a été décidé quand le tarif de son père, Wootton Bassett (Iffraaj), est monté de 6.000 € à 20.000 € sur la vague des succès de son fils Almanzor. Il a été adjugé 200.000 €, soit le deuxième prix parmi les 51 yearlings de Wootton Bassett qui ont trouvé preneurs en Europe en 2019, lors de la vente d’octobre. Il est le quatrième produit d’Accalmie (Invincible Spirit) qui est encore en attente de son premier gagnant mais sa souche, développée par l’élevage Wertheimer, continue de sortir des chevaux de Groupe.

SECOND TO NONE (M2)

Zoffany & Magic America, par High Yield

Propriétaire : Écuries Jean-Louis Bouchard

Éleveur : R. McDonald

L’an dernier, seuls deux des yearlings de Zoffany (Dansili) ont affiché un prix plus haut que les 280.000 € payés à la vente d’août pour ce poulain. Son père, qui a fait ses débuts à 7.500 €, compte 69 sujets black types sur 660 produits conçus dans l’hémisphère nord. Sa mère, Magic America (High Yield), a été une 2ans de haut niveau, deuxième de l’anglais Dutch Art (Medicean) dans le Prix Morny (Gr1) et troisième du Prix Robert Papin (Gr2), avant de décrocher un Gr3 bien mérité dans le Prix Miesque. Les chiffres disent qu’elle a donné 3 gagnants sur 8 produits de 3ans et plus. Mais elle a aussi donné deux femelles black types : l’anglaise Look Around (Kingman) et la française Sara Lucille (Dansili).

N. (F2)

Scissor Kick & Minza, par Zamindar

Propriétaire : en instance

Éleveur : Jedburg Stud

Son père, Scissor Kick (Redoute’s Choice), a été un cheval de Gr1 en Australie. Il fut meilleur à 3ans qu’à 2ans et ses deux succès de Gr3 ne reflètent pas sa valeur. Sa première production dans l’hémisphère sud compte déjà une pouliche black type et en France, il a 42 juniors. La mère de la pouliche, Minza (Zamindar), n’a pas couru et son score est de trois gagnants sur sept produits de 3ans et plus. La deuxième mère, Dominga (Be my Guest), en a donné 8 sur douze mais c’est une demi-sœur des lauréats de Groupe Execute (Suave Dancer), Tôt ou Tard (Robellino) et Ing Ing (Bering). Les chevaux qui galopent plus vite que leur pedigree sont nombreux et cette pouliche peut en faire partie.

Pour consulter la liste des 2ans de Fabrice Chappet, cliquez ici http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2020/2-ans-2020-Chappet.pdf