Merci

30.03.2020

Merci

Comme vous le savez certainement, les médias (dont la presse fait partie) sont en crise depuis au moins une décennie. Ceux qui traitent des questions équestres et hippiques ne font pas exception. Vous avez certainement remarqué que des titres consacrés aux pur-sang arabes ont disparu en France et à l’étranger ces dernières années. Mais c’est aussi le cas de périodiques du monde des courses qui se sont éclipsés en silence. Dans cet univers déjà affaibli, la crise du coronavirus ne facilite pas les choses. Et d’ailleurs, Paris-Turf, en France, et le Racing Post, en Grande-Bretagne, vont fonctionner en version diminuée pour les semaines à venir : ces quotidiens ne seront plus imprimés et continueront à vivre seulement sur internet. Pour ces structures lourdes, avec des effectifs nombreux, le manque à gagner va être énorme. Et si la crise dure, on peut craindre pour leur avenir.

Par bonheur, The French Purebred Arabian est en bonne santé. Et ce pour deux raisons. La première c’est que mois après mois, vous êtes de plus en plus nombreux à télécharger le journal. C’est la plus belle des satisfactions pour toute l’équipe qui œuvre en coulisse. Chers lecteurs, merci pour votre fidélité ainsi que pour l’intérêt que vous portez à notre travail. Le deuxième élément important, c’est que dans cette période difficile, les annonceurs ont répondu présent. Un immense merci à eux aussi. En renouvelant votre confiance à notre titre, vous manifestez votre attachement au travail éditorial que nous menons et qui peut se résumer ainsi : offrir aux courses de pur-sang arabes une couverture aussi exigeante que celle qui existe pour les pur-sang anglais, informer et divertir les connaisseurs, faire découvrir cet univers au reste du monde des courses. Mais soutenir The French Purebred Arabian, c’est aussi afficher publiquement le fait que, malgré les difficultés, vous avez foi dans l’avenir des courses de pur-sang arabes.

Dans cette édition, grâce à la tribune d’Axelle Nègre de Watrigant, la présidente de l’Afac, vous aurez accès à un point de vue réaliste et bien documenté sur la situation des courses en France. La situation évolue vite, mais les grandes lignes seront sans aucun doute toujours valables dans les jours à venir. Il est important de noter le volontarisme qui accompagne cette prise de parole. Les difficultés ne manquent pas, le calendrier européen va être perturbé, de grandes courses ont été annulées (comme la Dubai Kahayla Classic ou la Qatar Gold Sword)… mais notre univers a toujours fait preuve d’une grande résilience. À l’image de l’ensemble de notre société et de notre économie, les courses sauront se relever, comme elles l’ont fait avec les crises qui ont secoué la planète depuis plus d’un siècle.