Solidarité, pragmatisme, urgence

Courses / 19.03.2020

Solidarité, pragmatisme, urgence

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Par Hubert Tassin, président de l’association PP - Province Paris pour le galop français

« Dans le contexte actuel que traverse notre pays et notre activité hippique, comme d’autres aussi, et face aux lourdes difficultés qui frappent l’ensemble de l’écosystème des courses, l’Association PP va participer activement à la réflexion demandée par les instances des sociétés-mères du Trot et du Galop dans un récent communiqué publié dans la presse.

L’état d’esprit qui fondera notre attitude tout au long de cette crise se résume en trois points :

1 - Solidarité avec les sociétés-mères et les autres composantes de l’Institution. Depuis le début de la crise, les deux sociétés-mères et la Fédération nationale se sont mobilisées et ont pu maintenir une activité jusqu’au début de cette semaine en faisant preuve de responsabilité et d’anticipation. Cela a été rendu possible parce que chacun, nonobstant les sacrifices demandés, a su jouer le jeu et être solidaire. Face aux enjeux des négociations à venir, et en premier lieu avec l’État, cette solidarité doit plus que jamais être parfaite afin que l’Institution s’exprime d’une seule voix.

2 - Pragmatisme. Il va falloir, à très court terme, négocier avec l’État afin de pouvoir obtenir des moyens importants pour mettre en place des mesures de soutien vis-à-vis des entreprises de notre secteur et des propriétaires qui les font vivre. Cela passe nécessairement par des mesures financières. Nous porterons des propositions pour réclamer d’une seule voix un mécanisme pragmatique et efficace. L’État a déjà annoncé des mesures de soutien à certains secteurs de l’économie. Il est sans nul doute ouvert à une discussion urgente. Nous avons un argument de poids : nous ne demanderons pas une aide, mais simplement de verser moins au budget public.

3 - Urgence. Beaucoup de propriétaires et éleveurs vont voir leurs situations fragilisées dans un délai très court, avec un effet qui peut être rapide et très pénalisant pour les activités d’entraînement. Une partie importante d’entre nous élevons ou entretenons des chevaux de course dans le cadre d’un loisir et d’une passion. Il faut annoncer rapidement des mesures de soutien et d’indemnisation afin que cette activité de loisir ne fasse pas, chez beaucoup, les frais d’arbitrage financier lourds de conséquence. Les entreprises d’entraînement, celles de propriétaires et d’éleveurs en ayant fait leur activité principale, les jockeys, les sociétés de courses aussi doivent passer la période de recettes de courses zéro.

Un effondrement – possible – des effectifs à l’entraînement engagerait un effet boule de neige dramatique pour l’emploi, à terme pour le chiffre d’affaires des paris hippiques, bases de l’écosystème des courses françaises. 

Dans un premier temps, un partenariat avec l’État doit donc être négocié afin d’obtenir un aménagement du prélèvement sur les jeux à la reprise des courses, pour pouvoir financer les mesures de soutien. Nous ne demandons pas au budget de l’État de décaisser une aide pour manifester la solidarité nationale, mais d’y contribuer moins pendant une période définie et à titre exceptionnel compte tenu des circonstances. Il faudra, dans un second temps, mais très rapidement, annoncer les premières mesures d’aide aux plus fragilisés par la crise.

Dans cet esprit, notre association reste en contact avec les dirigeants de France Galop, les animateurs des associations concernées au Galop mais aussi au Trot, tant les débats sont liés et les problématiques communes. L’ensemble des membres de notre association est appelé ainsi à nous remonter toutes informations et suggestions utiles pour nourrir nos propositions concrètes.

Enfin l’Association PP souligne avec satisfaction la communication rapide des sociétés-mères vis-à-vis des socioprofessionnels. Fort d’un fichier d’environ 2.500 adresses mail destinataires de sa communication, les PP peuvent, autant que nécessaire, servir de relais autant que de besoin. Confinement ne doit pas être synonyme d’isolement mais au contraire de partage et de solidarité

Bon courage à tous. »