TRIBUNE LIBRE - Les permis d'entraîner font preuve de solidarité

Courses / 22.03.2020

TRIBUNE LIBRE - Les permis d'entraîner font preuve de solidarité

Par Jacques Le Dantec, président de l'Association des propriétaires permis d'entraîner

« Les propriétaires permis d'entraîner, comme tous les socioprofessionnels des courses, seront impactés par l'arrêt des compétitions pendant une durée indéterminée. L'Appe sera solidaire des associations représentatives demandant qu'une compensation soit versée aux acteurs des courses pendant cette période, financée par une baisse temporaire et exceptionnelle de la fiscalité sur les enjeux hippiques à partir de la reprise des courses.

En outre, l'Appe rappelle que les permis d'entraîner, s'ils sont considérés comme des amateurs, leur activité hippique se superposant à une autre activité professionnelle et principale exigée statutairement, sont par définition des propriétaires intervenants donc assujettis à l'impôt sur les bénéfices tirés de leur activité hippique. Ce qui pourrait être assimilé à une activité professionnelle.

Face à  cette ambiguïté et pour faire écho à l'article paru dans l'édition du 22/03 de Jour de Galop, préconisant que les propriétaires-amateurs n'aient pas accès à une réparation financière pour amortir les manques à gagner, l'Appe souhaite que les éventuelles aides accordées par les instances ou l'État soient distribuées en priorité aux professionnels des courses, et ensuite, si c'est financièrement possible aux propriétaires qui font courir pour leur plaisir et qui ont investi dans une activité de loisir, quel que soit leur choix fiscal.

Je souhaite que les propriétaires permis d'entraîner comprennent que la solidarité commence par soutenir ceux dont l'unique source de revenus est l'activité hippique. »