Hommage à Jean Souilhé

Autres informations / 09.04.2020

Hommage à Jean Souilhé

Hommage à Jean Souilhé

Par Frédéric Landon, président de la Société des courses de Fontainebleau

Jean Souilhé nous a quittés le 1er avril, son dernier "clin d’œil", à l’âge de 90 ans.

Surnommé affectueusement "la godasse"  par ses amis, Jean a été un gentleman-rider de grand talent, tant en obstacle qu’en plat.

Ses victoires furent nombreuses et prestigieuses : en 1953 à Auteuil le prix de France, en 1961 à Chantilly le prix Georges Courtois et tant d’autres.

Il fut tête de liste en 1955 et 1956.

Personnage atypique, homme de cheval passionné, il s’était investi avec enthousiasme, humilité et désintéressement dans la formation de jeunes cavaliers, afin de leur faire découvrir l’équitation de course et les amener progressivement à rejoindre les rangs de l’amateurisme, au sein du Club des gentlemen-riders et cavalières.

C’est à partir de la Société d’équitation de Paris que son projet vit le jour dans les années 70, celui des courses SHR-SHU-SHN, faisant ainsi naître des vocations.

« Audace n’est pas déraison », était sa devise.

Patrick Barbe, Martine de Beauregard, Hubert Guy, Bartabas, Thierry Delègue, Christophe Riom et bien d’autres ont fait partie de ces jeunes cavaliers qui mesurent l’honneur et le privilège d’avoir croisé la route de Jean Souilhé.

Membre de la société des courses de Fontainebleau depuis les années 90, Jean a assumé pendant de très nombreuses années les fonctions de commissaire des courses, avec dévouement, compétence et toujours dans la bonne humeur.

Jean a toujours insufflé l’optimisme et la joie de vivre.

L’âge venant, il n’était plus en capacité de se rendre sur les hippodromes, notamment Auteuil qu’il affectionnait particulièrement, et je sais qu’il le regrettait vivement.

Nous garderons de Jean le souvenir d’un parfait gentleman.

Son départ souligne une nouvelle fois la reconnaissance que nous devons à nos grands anciens qui ont tant donné aux courses hippiques, notre passion commune.

Jean a rejoint son "grand rival" et ami René Couétil, ses camarades Bernard Marlin et Jean-Jacques Guyon.

Malheureusement, la situation actuelle ne nous a pas permis d’être aux côtés de ses proches, lors de ses obsèques.

Toutes nos pensées vont à son épouse Suzanne et à son fils Jean.

On dit d’une personne qui déploie autour d’elle des valeurs, une présence, une attention aux autres qu’elle est une belle personne.

Jean Souilhé était une belle personne.

Au revoir, Jean, notre ami.

Jean Souilhé nous a quittés le 1er avril. Ses obsèques ont eu lieu ce jeudi à Neuilly-sur-Seine.