La stratégie anglaise pour reprendre les courses en mai s’affine

International / 25.04.2020

La stratégie anglaise pour reprendre les courses en mai s’affine

Une lueur d’espoir s’est dessinée ce samedi pour les professionnels anglais quand le gouvernement, Boris Johnson en tête, a estimé que la reprise du sport, et notamment des matchs de League 1, était un élément pour booster le moral des Anglais après un mois de confinement. Immédiatement, les bookmakers ont réagi et ont fait baisser la cote (désormais à 2/5) d’un retour des courses avant le 1er juin. D’autres médias ont annoncé qu’un groupe mêlant des responsables de plusieurs sports travaillait main dans la main avec les pouvoirs publics pour décider dans quelles conditions le sport pourrait reprendre tout en évitant la propagation du virus.

Vendredi, la BHA (British Horseracing Authority) a révélé les grandes lignes de son plan de reprise de l’activité. Ce plan évolue au fur et à mesure des annonces du gouvernement, mais une chose est sûre : les courses reprendront à huis clos, et les hippodromes devront répondre à de fortes exigences sanitaires pour contenir le risque de propagation du virus. En début de semaine prochaine, une vidéoconférence entre représentants anglais, irlandais, français et allemands leur permettra d’échanger sur leurs plans respectifs de reprise.

Quand les courses reprendront, la BHA prévient déjà que le nombre de réunions sera limité, avec des allocations revues à la baisse, pour compenser la perte de revenus liée à la fermeture de betting shops, mais aussi à l’absence de public. Le nombre de partants par course sera volontairement limité à 12, pour à la fois diminuer le risque d’accidents et pouvoir respecter – même en course, ils sont fous ces Anglais ! – la distanciation sociale. En revanche, le nombre de courses par réunion sera augmenté, pour offrir le maximum d’opportunités à chaque catégorie de chevaux. Là encore, la BHA prévient que les chevaux de petite valeur seront certainement plus compliqués à engager au début de la reprise. Concernant les jockeys, il semble que seuls les plus expérimentés seront autorisés à monter, dans le but de limiter le risque d’accidents. L’accès aux hippodromes sera strictement limité.

En ce qui concerne le programme de sélection, la BHA souhaite préserver l’organisation des meilleures courses, celles qui permettent de sélectionner la race. Les Guinées devraient avoir lieu début juin, Royal Ascot à partir du 16 juin, comme prévu, et le Derby et les Oaks début juillet. L’objectif est aussi de « sauver » un certain nombre de Groupes et de Listeds qui auraient dû être courus pendant l’arrêt des courses, et de les programmer durant la seconde moitié du mois de mai. Le Derby et les Oaks devraient se courir le même jour, alors que, traditionnellement, la course pour femelles a lieu le premier vendredi de juin et celle pour les mâles le lendemain. La possibilité de courir à Epsom – avec le souci de la distanciation sociale dans le centre de l’hippodrome, où une foule compacte se presse habituellement – est toujours un sujet de débat.