Le bout du tunnel semble encore très loin pour l’Espagne

International / 24.04.2020

Le bout du tunnel semble encore très loin pour l’Espagne

Le 22 avril a eu lieu une assemblée générale de l’Association des hippodromes espagnols pour essayer d’éclaircir un peu la situation. Les principaux dirigeants ont réaffirmé leur volonté de disputer les 64 réunions prévues sous réserve d’un calendrier validé par la loterie d’État (LAE). Mais, pour cela, il faudra que les points de vente physiques et virtuels bénéficient d’une activité revenue à la normale, et avoir l’accord du gouvernement. En clair, vu la situation du pays, il paraît peu probable que des courses aient lieu en mai en Espagne. Dans le meilleur des cas, elles reprendraient en juin, voire en juillet. Dans le calendrier proposé, il était prévu de courir les classiques et le Grand Premio de Madrid (A) en juin. Selon la presse espagnole, les allocations non distribuées sur les dix réunions madrilènes de ce printemps correspondent à plus d’un million d’euros, ce qui est énorme pour les courses locales. San Sebastian continue de prévoir un début de saison le 3 juin comme envisagé initialement. Et les célèbres courses de Sanlucar, sur la plage, en Andalousie, pourraient avoir lieu… sans public ! Difficile de l’imaginer.